Vous êtes ici

Rapports publiés

Rapports publiés

De 2013 jusqu’au printemps 2017, six évaluations ont été conduites en collaboration avec l’UETMIS du CHU de Québec :

Prévention de la néphropathie induite par les agents de contraste iodés lors d’une intervention radiologique (2013)

Le rapport d’évaluation concernant la prévention de l’insuffisance rénale chez les patients à risque de développer cette condition suite à un examen radiologique requérant l’injection d’un produit de contraste recommande d’abandonner 2 pratiques courantes à l’hôpital: (1) l’administration de N-acétylcystéine (Mucomyst) seule ou de façon concomitante à une hydratation, et (2) l’hydratation à l’aide du bicarbonate de sodium. Aussi, il est recommandé de favoriser une procédure d’hydratation avec le chlorure de sodium par voie intraveineuse.  Ces recommandations ont déjà eu des impacts importants au sein de tous les services cliniques de l’hôpital suite à la mise en place d’une ordonnance collective aujourd’hui appliquée de façon systématique chez les patients identifiés comme étant à risque de développer une néphropathie aux produits de contraste.  Un rapport de veille scientifique publié en juillet 2016 fait état des plus récentes données scientifiques à ce sujet.  Les conclusions du rapport publié en 2013 sont maintenues.

Rapport d'évaluation ETMIS, novembre 2013 
Résumé du rapport d'évaluation ETMIS, décembre 2013
Rapport de veille scientifique ETMIS, juillet 2016 

Évaluation des mesures liées à la prévention des chutes multiples chez la personne âgée hospitalisée (2014)

Parmi l’ensemble des incidents liés à la sécurité des patients en milieu hospitalier, les chutes sont les plus fréuents. Les patients hospitalisés sont exposés à un risque accru de chute comparativement aux personnes non hospitalisées. Ce phénomène peut s’expliquer, en partie, par l’acquisition récente de nouveaux facteurs de risque (p. ex. : mobilité réduite, nouveau traitement pharmacologique) combinée à la présence d’un environnement peu familier. Dans le but de bonifier les pratiques permettant de réduire l’incidence des chutes multiples à l’IUCPQ-UL, un projet ETMIS a été entrepris afin de réviser les données probantes portant sur les mesures liées à la prévention des chutes multiples chez la personne âgée en milieu hospitalier.  Bien qu’il n’y ait pas de recette unique, le rapport permet à l’établissement de comparer ses pratiques à celles préconisées par des groupes d’experts afin d’éclairer la prise de décision. Une prise en charge globale et individualisée semble être une pratique à adopter afin d’éviter les chutes subséquentes et les blessures associées. À ce propos, la communication et la mobilisation des membres du personnel concernés, mais également, des membres de la famille du patient semblent constituer l’une des approches à privilégier. La création d’une communauté de pratique avec d’autres établissements pourrait être envisagée dans le but de partager les expériences et ainsi identifier les meilleures mesures liées à la prévention des chutes.

Évaluation des mesures liées à la prévention des chutes multiples chez la personne âgée hospitalisée - Note informative ETMIS, novembre 2014

Pertinence d’ajuster le seuil de positivité du test de D-dimères en fonction de l’âge chez les patients à faible risque d’évènements thromboemboliques veineux (2016)

Les données probantes issues d’une étude de synthèse supportent l’utilisation d’un seuil ajusté pour l’âge pour le dosage des D-dimères lors de la détermination du risque d’évènements thromboemboliques veineux chez les patients ayant plus de 50 ans. Cependant, aucune des études primaires incluses n’avait pour objet d’évaluer la performance diagnostique du dosage des D-dimères en ajustant a priori le seuil de positivité pour l’âge. Une seule étude prospective a été publiée à ce jour. Les résultats montrent que l’ajustement du seuil de positivité des D-dimères pourrait potentiellement bénéficier à un faible échantillon de la population visée. De plus, les nombreuses lacunes méthodologiques de même que l’hétérogénéité clinique présente limitent la portée des résultats et questionnent la faisabilité d’appliquer cette procédure dans la pratique clinique courante.

L’analyse de l’ensemble des données disponibles révèle que le test de D-dimères est une des composantes d’un algorithme clinique décisionnel utilisé lors de l’évaluation du risque d’évènements thromboemboliques veineux à l’urgence. De plus, les résultats indiquent que l’ajustement du seuil de positivité des D-dimères en fonction de l’âge des patients constitue à ce jour une pratique dont la pertinence clinique n’a pas été démontrée. L’appréciation de l’ensemble des données probantes conduit le Comité d’ETMIS de l’IUCPQ-UL à recommander de ne pas introduire pour le moment une pratique d’ajuster à l’urgence le seuil de positivité des D-dimères en fonction de l’âge des patients.

Pertinence d’ajuster le seuil de positivité du test de D-dimères en fonction de l’âge chez les patients à faible risque d’évènements thromboemboliques veineux, ETMIS, février 2016 

Stratégies de conservation sanguine en chirurgie cardiaque: le thromboélastogramme et le thromboélastomètre rotatoire pour la surveillance de l’hémostase en chirurgie cardiaque (2016)

Les thromboélastogrammes sont des appareils de mesure de la viscosité du sang utilisés pour la surveillance de l’hémostase.  Bien qu’ils soient disponibles à l’IUCPQ-UL pour guider le recours aux produits sanguins, leur utilisation en chirurgie cardiaque n’est pas standardisée. Les études révisées suggèrent que, comparativement aux analyses conventionnelles en laboratoire, l’utilisation dans le cadre d’un algorithme transfusionnel de la thromboélastographie pour la surveillance de l’hémostase en chirurgie cardiaque est associée à une réduction du risque de transfusion de culots globulaires, de concentrés plaquettaires et de plasma frais congelé. De plus, à l’exception du fibrinogène, cette stratégie est associée à une réduction du volume de produits sanguins administrés.  Par ailleurs, la contribution des appareils ne peut être distinguée de l’effet global lié à la standardisation des pratiques réalisées par l’utilisation d’un algorithme transfusionnel. Bien qu’aucune comparaison directe n’ait été réalisée, les données disponibles ne suggèrent pas qu’il existe une différence quant à l’efficacité et à l’innocuité des appareils actuellement disponibles. Sur la base de ces résultats, le Comité ETMIS-IUCPQ-UL recommande de développer et d’implanter un algorithme transfusionnel pour la surveillance de l’hémostase en chirurgie cardiaque et de poursuivre l’utilisation du thromboélastogramme pour guider le recours aux transfusions sanguines.

Le thromboélastogramme et le thromboélastomètre rotatoire pour la surveillance de l’hémostase en chirurgie cardiaque, juillet 2016

Évaluation des technologies permettant l’induction d’une hypothermie thérapeutique chez les patients ayant subi un arrêt cardiaque (2016)

Les données probantes disponibles suggèrent que l’hypothermie thérapeutique est associée à une amélioration possible de la survie et du pronostic neurologique lorsqu’utilisée dans la prise en charge des patients inconscients après un arrêt cardiaque. De plus, le recours à l’hypothermie thérapeutique dans un environnement de soins contrôlé est associé à un faible niveau de risque d’évènements indésirables dans cette population. Au total, on dénombre huit méthodes de refroidissement ayant été évaluées dans les essais cliniques randomisés. Cependant, les données probantes actuellement disponibles ne permettent pas de déterminer la méthode de refroidissement optimale.

En appréciant l’ensemble des données probantes, il est recommandé de maintenir la pratique médicale d’avoir recours à l’hypothermie thérapeutique chez les adultes demeurés dans un état comateux à la suite d’une réanimation pour un arrêt cardiaque, sans qu’il soit toutefois possible de préciser la méthode optimale de refroidissement à privilégier. Le Comité ETMIS-IUCPQ-UL suggère également de prendre en considération d’autres éléments dans la prise de décision au regard de la méthode de refroidissement à privilégier, notamment en lien avec la performance technique du dispositif, de même que les aspects budgétaires et organisationnels.

Évaluation des technologies permettant l’induction d’une hypothermie thérapeutique chez les patients ayant subi un arrêt cardiaque, juin 2016