Vous êtes ici

Horaire

Mercredi le 7 juin PM

Présentations orales
Grand Salon, Pavillon Alphonse-Desjardins de l'Université Laval

Modérateur : Dr Philippe Joubert

12h30 Mot de bienvenue
12h45 Benoit Ranchoux, Étudiant(e) niveau Postdoctorat en Pneumologie avec Dr Sébastien Bonnet
Syndrome métabolique et hypertension pulmonaire associée à une insuffisance cardiaque avec fraction d’éjection préservée
13h00 Dorothée Buteau-Poulin, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Cardiologie avec Dr Jean-Pierre Després
La qualité nutritionnelle : un «signe vital» associé au profil cardiométabolique 
13h15 Anne-Sophie Archambault, Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Nicolas Flamand
Les métabolites du leucotriène (LT) B4 inhibent les fonctions induites par le LTB4 chez les neutrophiles humains : impact potentiel dans la défense de l’hôte pulmonaire.
13h30 Stéphanie LeBlanc, Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Eric Larose
Subclinical Carotid Atherosclerosis and Coronary Artery Disease Risk
13h45 Joanie Routhier, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr Mathieu Morissette
Investigation du rôle de l’axe SIRPα/CD47 en contexte tabagique seul ainsi que dans un modèle murin de fibrose pulmonaire idiopathique facilité par le tabagisme
14h00 Anthony Poulin, Résident(e) / Externe niveau Résident en Cardiologie avec Dr Tomas Cieza
Nouvelle Approche d'Angioplastie avec Cutting Balloon dans la Dissection Coronarienne Spontanée
14h15 Sandrine Sallé-Lefort, Étudiant(e) niveau Doctorat en Obésité-Métabolisme avec Dr Frédéric Picard
Expression et rôle du long ARN non codant Malat1 lors de la réponse à l’hypoxie in vivo
14h30 Andréanne Gagné, Résident(e) / Externe niveau Résident en Pneumologie avec Dr Philippe Joubert
Évaluation de l’hétérogénéité du marquage de PD-L1 et de son expression en fonction des patrons d’adénocarcinomes pulmonaires : implications cliniques.
14h45 Pause-Café
15h00 Rihab Bouchareb, Étudiant(e) niveau Postdoctorat en Cardiologie avec Dr Patrick Mathieu
l'activation plaquettaire à la surface de la valve aortique entraînent la minéralisation via une interaction autotaxin et GPIIbIIIa
15h15 Marie-Ève Dubuis, Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Caroline Duchaine
Efficacité de l’Ozone Gazeux pour le Contrôle de Virus Aérosolisés
15h30 Jean-Christophe Bérubé, Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Yohan Bossé
Nouveaux gènes de l’asthme par méthode d’intégration des associations génétiques et du transcriptome pulmonaire
15h45 Ryma Boukari, Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Vincent Joseph
Les récepteurs nucléaires et membranaires de la progestérone contribuent à la stabilité respiratoire des rats nouveau-nés.
16h00 Lawrence Labrecque, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Cardiologie avec Dr Patrice Brassard
Augmentation de la vitesse du sang dans l’artère cérébrale postérieure lors d’un passage de la position assise à debout chez des femmes actives : résultats préliminaires.
16h15 Émilie Laflamme, Résident(e) / Externe en Cardiologie avec Dr Sébastien Bergeron
Usefulness of a titration algorithm for de novo users of sacubitril/valsartan in a tertiary care heart failure clinic
16h30 Raphaëlle Bourgeois, Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Benoit Arsenault
Étude de l’association entre la lipoprotéine(a) et l’autotaxine
16h45 Julyanne Brassard, Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Marie-Renée Blanchet
La modulation de l’expression du CD103 par les cellules dendritiques : un nouveau mécanisme de régulation de l’initiation de la réponse immune au poumon.

 

17h00 Session de présentations par affiches groupes A, B, C, D

Présentations par affiches
Atrium J. G. Paquet, Pavillon Alphonse Desjardins de l'Université Laval

Groupe A

A1 Mylène Shen, Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Philippe Pibarot
Impact du sexe et de la morphologie de la valve aortique sur la relation entre la calcification valvulaire aortique et le gradient transalvulaire moyen chez des patients atteints de sténose aortique 
A2 Alexandra Ribon, Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Aida Bairam

L’estradiol restaure les perturbations induites par l’hypoxie intermittente sur la fonction vasculaire dans un modèle animal d’apnée du sommeil

A3 Marjorie Boyer, Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Benoit Arsenault
Impact d’un programme de modification des habitudes de vie sur la capacité des HDL à promouvoir l’efflux de cholestérol chez des hommes avec obésité abdominale
A4 Zhi Fei Li, Étudiant(e) niveau Doctorat en Obésité-Métabolisme avec Dr Elena Timofeeva
Differential effects of fear conditioning in binge eating prone and binge eating resistant rats
A5 Mélanie Le Barz, Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr André Marette
Identification de nouvelles souches probiotiques contre le développement de désordres métaboliques dans un modèle de souris soumises à une diète obésogène
A6 Myriam Gagné, Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Louis-Philippe Boulet
Measurement Properties of Patient-Reported Outcome Instruments Measuring Adherence to Inhaled Corticosteroids in Adults With Asthma: A Systematic Review
A7 Maxime Hervault, Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Marie-Annick Clavel
Les différences liées au sexe dans le remodelage des valves aortiques bicuspides et tricuspides sténosées.
A8 Rami Abu-Alhayja'a, Moniteur de recherche clinique en Cardiologie avec Dr Philippe Pibarot
Human Epididymis protein 4 (HE4) is associated with Outcome in Low-Flow, Low-Gradient Aortic Stenosis

 

 

 

Présentations par affiches
Atrium J. G. Paquet, Pavillon Alphonse Desjardins de l'Université Laval

Groupe B

B1 Ariane Lechasseur, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr Mathieu Morissette
Impacts pulmonaires de la cigarette électronique et de sa double utilisation électronique avec le tabac chez la souris
B2 Geneviève Marchand, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Obésité-Métabolisme avec Dr André Tchernof

Les variations de la masse adipeuse contribuent à l’association positive entre le niveau d’estradiol circulant et la résistance à l’insuline chez la femme ménopausée

B3 Kevan Rahimaly, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Cardiologie avec Dr Patrice Brassard
­Elevated Cardiorespiratory Fitness is Associated with Blunted Cerebral Pressure-Flow Relationships
B4 Cynthia Gagné-Thivierge, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr Steve Charette
Le gène bamB est nécessaire à la virulence de Pseudomonas aeruginosa LESB58
B5 Sarah Beaulieu, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Obésité-Métabolisme avec Dr Alain Veilleux

Impact d’un excès de nutriments sur la signalisation de l’insuline dans les entérocytes 

B6 Alix St-Aubin, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Cardiologie avec Dr Paul Poirier

Impact d’un programme d’exercice supervisé sur la capacité fonctionnelle chez une population obèses sévères ayant subi une chirurgie bariatrique.

B7 Emma Roy, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr François Maltais
Évolution post-opératoire des patients porteurs d'une maladie pulmonaire obstructive chronique légère à modérée à la suite d’une résection pour cancer pulmonaire
B8 Marc-André Nolin, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Obésité-Métabolisme avec Dr Frédéric Picard
La protéine circulante IGFBP-2 est associée de façon négative au diabète et à l’albuminurie chez les adolescents diabétiques de type 2
B9 Alisson Clémenceau, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Cardiologie avec Dr Yohan Bossé

Identification de biomarqueurs afin de personnaliser le traitement suivant une chirurgie de résection d’un adénocarcinome pulmonaire de stade I

B10 Marie-Claude Lampron, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr Roxane Paulin
L'effet thérapeutique d'un inhibiteur de Pim1, le SGI-1776, dans l'hypertension artérielle pulmonaire  

 

 

 

Présentations par affiches
Atrium J. G. Paquet, Pavillon Alphonse Desjardins de l'Université Laval

Groupe C

C1 Renée Paradis, Professionnel(le) de recherche en Pneumologie avec Dr Steeve Provencher
Rôle du facteur de transcription FOXM1 dans l’hypertension artérielle pulmonaire
C2 Geneviève Guèvremont, Professionnel(le) de recherche en Obésité-Métabolisme avec Dr Elena Timofeeva
Le rôle de la progestérone sur les comportements liés à l’anxiété et la compulsion alimentaire et son influence au niveau central sur l’expression de Relaxine-3
C3 Mickaël Martin, Professionnel(le) de recherche en Pneumologie avec Dr François Maltais
Adiposité ectopique et santé cardiométabolique dans la MPOC: Données de la Canadian Cohort of Obstructive Lung Disease
C4 Anne-Marie Lemay, Professionnel(le) de recherche en Pneumologie avec Dr David Marsolais
Combined sphingolipidomic and transcriptomic analyses unravel keys to pathway modulations in lung cancer histological subtypes
C5 Anick Langlois, Professionnel(le) de recherche en Pneumologie avec Dr Marie-Renée Blanchet
L’irradiation de cellules et de souris : un outil maintenant disponible et opérationnel au CRIUCPQ. 
C6 Valérie Nadeau, Professionnel(le) de recherche en Pneumologie avec Dr Steeve Provencher
L’activité mitochondriale de HSP90 promeut la survie cellulaire en hypertension artérielle pulmonaire

 

 

 

Présentations par affiches
Atrium J. G. Paquet, Pavillon Alphonse Desjardins de l'Université Laval

Groupe D

D1 Danuzia Marques, Stagiaire en Pneumologie avec Dr Vincent Joseph
Androgens and my breath, what's the relationship between them? A study in male Wistar rats
D2 Stefania Oros, Stagiaire niveau Stagiaire en Cardiologie avec Dr Benoit Arsenault
Identification et traitement du phénotype de la lipoprotéine(a) élevée en sténose aortique: l'étude ATLAS 
D3 Audrey Poirier, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Obésité-Métabolisme avec Dr Mathieu Laplante
Caractérisation d’un nouveau lien unissant l’oncogène RAS à l’instabilité chromosomale.
D4 Maude Cameron-Gagné, Stagiaire niveau Stagiaire en Cardiologie avec Dr Frédéric Jacques

Obstruction sous-aortique fibromusculaire: un suivi à vie est requis

D5 Anne-Julie Boilard, Stagiaire niveau Stagiaire en Cardiologie avec Dr Marie-Annick Clavel
La déformation et la vitesse de déformation longitudinale du ventricule gauche mesurées avant la chirurgie : un prédicateur utile pour la détection des patients avec une fraction d'éjection abaissée après une chirurgie pour correction d'une insuffisance aortique pure
D6 Alicia Durocher, Stagiaire en Pneumologie avec Dr Steve Charette
La production de bactéries enrobées par deux protozoaires de type cilié du genre Tetrahymena
D7 Bellemare, Vicky,
L'activité d'AMPK est augmentée par le PF-4708671, un inhibiteur de la p70 ribosomal S6 kinase 1 (S6K1)
D8 Christian Luis Carlos Arias Reyes, Stagiaire en Pneumologie avec Dr Jorge Soliz
Hippocampal, cortical and brainstem mitochondrial activity is modulated by cerebral Epo

 

 

 

Jeudi le 8 juin AM

 

Présentations orales
Grand Salon, Pavillon Alphonse Desjardins de l'Université Laval

 

 

Modérateur : Dr Denis Richard

08h15 Sandrine Chometton, Étudiant(e) niveau Postdoctorat en Obésité-Métabolisme avec Dr Elena Timofeeva
La stimulation de la partie shell du noyau accumbens diminue la consommation de sucrose chez les rats femelles
08h30 Béatrice Choi, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Obésité-Métabolisme avec Dr André Marette
 Effets d’un extrait de canneberge sur la perte de poids et la glycémie chez des souris obèses contaminées avec des polluants organiques liposolubles
08h45 Jean-Philippe Rousseau, Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Richard Kinkead
Nouvelles pistes sur la modulation neuroendocrinienne dans le développement des centres de contrôle respiratoire. 
09h00 Jacinthe Leclerc, Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Paul Poirier
Augmentation des événements indésirables associés à l’utilisation du clopidogrel générique
09h15 Pause-Café
09h30 Samuel Mailhot-Larouche, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr Ynuk Bossé
La métacholine diminue la réactivité bronchique : combattre le feu par le feu
09h45 Étienne Racine, Résident(e) / Externe en Pneumologie avec Dr Philippe Joubert
Identification de critères déterminant la pertinence d’examens extemporanés avec congélation sur les marges chirurgicales lors de résections pulmonaires oncologiques.
10h00 Carole-Ann Huppé, Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr David Marsolais
Réduction des signes de l’alvéolite allergique extrinsèque expérimentale par l’activation du récepteur S1P1
10h15 Erwan Salaun, Moniteur de recherche clinique en Cardiologie avec Dr Philippe Pibarot
Incidence, Prédicteurs et Impact de la Détérioration Hémodynamique des Bioprothèses à la Suite d’un Remplacement Valvulaire Aortique
10h30 Préparation conférence
11h00 Conférence de M. Yanick Villedieu « Une vraiment très brève histoire des sciences depuis 1974 »
12h00 Dîner

 

13h00 Session de présentations par affiches groupes E, F, G, H

Présentations par affiches
Atrium J. G. Paquet, Pavillon Alphonse Desjardins de l'Université Laval

Groupe E

E1 Nicolas Perrot, Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Benoit Arsenault
Impact d’un programme d’un an de modification des habitudes de vie sur le niveau plasmatique de lipoprotéine(a) chez des patients avec obésité abdominale et dyslipidémie
E2 Mélissa Pagé, Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Marie-Renée Blanchet
Importance du CD34 dans la fonction du muscle squelettique en réponse à un modèle d’exposition à l’hypoxie
E3 Ghada Mkannez, Étudiant(e) niveau Postdoctorat en Cardiologie avec Dr Patrick Mathieu

La méthylation de l'ADN d'un amplificateur intronique dérégule l’expression de PLPP3 et favorise l'ostéogenèse dans le rétrécissement valvulaire aortique calcifié  

E4 Noémie Daniel, Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr André Marette
Modulation du microbiote intestinal par les oméga-3 endogènes et exogènes dans le cadre de l’obésité liée au syndrome métabolique
E5 Hamza Mbareche, Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Caroline Duchaine
Optimisation de la récupération des spores fongiques dans l’air pour une meilleure évaluation de l'exposition
E6 Lionel Tastet, Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Philippe Pibarot
L'impact du ratio apolipoprotéine B/apolipoprotéine A-I élevé sur la progression hémodynamique de la sténose aortique - Résultats de l'étude PROGRESSA
E7 Camila De Avila Dal Bo, Étudiant(e) niveau Doctorat en Obésité-Métabolisme avec Dr Elena Timofeeva

Les effets du knock down des neurones relaxin-3 sur le poids corporel et la prise alimentaire chez les rats femelles

E8 Anne-Sophie Zenses, Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Philippe Pibarot
Effect of Pre-existent Prosthesis-Patient Mismatch on Hemodynamic Outcome Following Aortic Valve-in-Valve for the Treatment of Failing Surgical Bioprostheses

 

 

 

Présentations par affiches
Atrium J. G. Paquet, Pavillon Alphonse Desjardins de l'Université Laval

Groupe F

F1 Myriam Pettigrew, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Cardiologie avec Dr Paul Poirier
Niveau quotidien d’activité physique chez des patients ayant suivi un programme d’activité physique supervisé après une chirurgie bariatrique 
F2 Jennifer Labrecque, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Obésité-Métabolisme avec Dr André Tchernof
Relation entre l’expression de la prostaglandine synthase AKR1B1 dans le tissu adipeux et divers paramètres métaboliques 
F3 Catherine Maheux, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr Marie-Renée Blanchet
Impact de l’expression du CD103 sur la fonction des cellules dendritiques
F4 Marine Clisson, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Cardiologie avec Dr Marie-Annick Clavel
Différenciation sexuelle de l'initiation de la sténose aortique dans un modèle de souris dyslipidémique et diabétique
F5 Kevin Gonthier, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Obésité-Métabolisme avec Dr Frédéric Picard
Modulation de l’expression de MED15 au foie dans l’obésité et le vieillissement
F6 Magali Boucher, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr David Marsolais
Évaluation de l’activation des cellules dendritiques par des bioaérosols complexes
F7 Isabelle Tardif, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Cardiologie avec Dr Paul Poirier
Influence d’un programme d’entraînement structuré de 12 semaines sur le bilan lipidique des patients obèses sévères ayant subi une chirurgie bariatrique.
F8 Vanessa Dion-Dupont, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr Caroline Duchaine
Évaluation de l’exposition professionnelle aux bioaérosols dans les centres de traitement des eaux usées
F9 Dominic Chartrand, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Cardiologie avec Dr Jean-Pierre Després
Contributions respectives de la condition cardiorespiratoire et de l’adiposité viscérale au risque cardiométabolique chez la femme et chez l’homme

 

 

 

Présentations par affiches
Atrium J. G. Paquet, Pavillon Alphonse Desjardins de l'Université Laval

Groupe G

G1 Déborah Argaud, Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Patrick Mathieu
ENPP2, un gène inflammatoire sous le contrôle du couple NF-κB/JMJD3
G2 David Gendron, Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr David Marsolais
A phosphorylatable sphingosine analogue reverses airway smooth muscle enlargement in experimental asthma
G3 Éric Jubinville, Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Mathieu Morissette
Impact du tabagisme sur le transport inverse des lipides pulmonaires
G4 Abdellaziz Dahou, Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Philippe Pibarot
B-Type Natriuretic Peptide and High-Sensitivity Cardiac Troponin for Risk Stratification in Low Flow, Low Gradient Aortic Stenosis -A Substudy of the TOPAS study-  
G5 Sarah Imhoff, Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Patrice Brassard
Découplage entre le débit sanguin cérébral et l’oxygénation cérébrale à l'exercice chez une athlète ayant un syndrome post-commotionnel: étude de cas.
G6 Caroline Turcotte, Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Nicolas Flamand
Les neutrophiles humains expriment la 15-lipoxygénase-2 et métabolisent les acides gras et l’endocannabinoïde anandamide via cette voie enzymatique.
G7 Morgan Gazzola, Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Ynuk Bossé
Une exposition chronique au HDM augmente le gain de force du muscle lisse dans un modèle murin
G8 Richard Quansah Amissah, Étudiant(e) niveau Doctorat en Obésité-Métabolisme avec Dr Elena Timofeeva
Neuronal activity is increased in the medial prefrontal cortex of binge-eating prone rats
G9 Audrey Auclair, Professionnel(le) de recherche en Cardiologie avec Dr Paul Poirier
Effet d’un programme d’entraînement de 12 semaines suivant une chirurgie bariatrique sur les changements de la composition corporelle et du muscle à la cuisse
G10 Oumhani Toubal, Moniteur de recherche clinique en Cardiologie avec Dr Philippe Pibarot

Intérêt pronostique des peptides natriurétiques (BNP) dans la régurgitation mitrale organique asymptomatique –l’étude PROGRAM-

 

 

 

Présentations par affiches
Atrium J. G. Paquet, Pavillon Alphonse Desjardins de l'Université Laval

Groupe H

H1 Eve Tremblay, Professionnel(le) de recherche en Pneumologie avec Dr Sébastien Bonnet
Macitentan, un antagoniste des récepteurs à l’endotheline, utilisé comme traitement dans un modèle d’hypertension pulmonaire secondaire à une cardiopathie gauche chez le rat Fawn Hooded
H2 Sylvie Pilote, Professionnel(le) de recherche en Cardiologie avec Dr Benoit Drolet
La souris T0901317: Un modèle animal rapide à obtenir et peu coûteux pour évaluer l’impact de la stéatose hépatique sur les cytochromes P450?
H3 Nathalie Turgeon, Professionnel(le) de recherche en Pneumologie avec Dr Caroline Duchaine
Preferential aerosolization of bacteria in laboratory
H4 Nicolas Thiboutôt-Gagnon, Personnel de soutien DRU en Centre de Recherche avec Mme Michèle Clavet
Procédures de redérivation embryonnaire chez la souris dans un cadre d'introduction d'une lignée transgénique dans un secteur exempt d'organismes pathogènes spécifiques (EOPS).
H5 Marie-Josée Beaulieu, Professionnel(le) de recherche en Pneumologie avec Dr Mathieu Morissette
Plateforme d’analyse ex vivo de tissus par micro-tomodensitométrie.
H6 Élise Roussel, Professionnel(le) de recherche en Cardiologie avec Dr Marie Arsenault

Dhrs7c, une des multiples oxydo-réductases de type SDR à être modulée dans l’hypertrophie cardiaque.

H7 Caroline Lambert, Professionnel(le) de recherche en Pneumologie avec Dr Sébastien Bonnet
Signalisation épigénétique altérée dans les artères coronaires de patients atteints d’hypertension artérielle pulmonaire : le rôle de BRD4 dans le développement de comorbidités

 

 

 

Jeudi le 8 juin PM

 

Présentations orales
Grand Salon, Pavillon Alphonse-Desjardins de l'Université Laval

 

Modérateur : Dr Benoit Arsenault

14h15 Sandra Martineau, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr François Maltais
Dommages mitochondriaux dans les quadriceps des patients atteints de la maladie pulmonaire obstructive chronique
14h30 Mohamed-Salah Annabi, Moniteur de recherche clinique en Cardiologie avec Dr Philippe Pibarot
Quel biomarqueur pour stratifier le risque dans la sténose aortique à bas debit et à fraction d’éjection abaissée, le peptide natriuretique de type B ou sa fraction N-terminale ?
14h45 Élizabeth Elliot, Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Jorge Soliz
Erythropoietin protects against the stress-related respiratory dysfunction in mice: neural control of ventilation and sex dimorphism
15h00 Olivier Moreault, Résident(e) / Externe niveau Stagiaire en Pneumologie avec Dr Jean Bussières
Physiologie de l’affaissement pulmonaire en ventilation uni-pulmonaire
15h15 Catherine Sweeney, Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr Louis-Philippe Boulet
Connaissances et perception de contrôle à l'égard de l’interprétation de la spirométrie chez les étudiants en médecine.
15h30 Romain Villot, Étudiant(e) niveau Doctorat en Obésité-Métabolisme avec Dr Mathieu Laplante
Caractérisation de ZNF768, une nouvelle protéine à doigts de zinc sous contrôle de l’axe RAS/MAPK/PI3-Kinase/AKT et potentiellement impliquée dans la régulation du cycle cellulaire. 
15h45 Délibération jury


12h45 Ranchoux, Benoit - Étudiant(e) niveau Postdoctorat en Pneumologie avec Dr Sébastien Bonnet - Retour à l'horaire

 

Syndrome métabolique et hypertension pulmonaire associée à une insuffisance cardiaque avec fraction d’éjection préservée

 François Potus, MSc1,4*; Ranchoux Benoit, PhD1*; Bourgeois Alice, BSc1, Nadeau Valérie, PhD1; Paulin Roxane, PhD1;Tremblay Éve, BSc1; Coté Nancy, PhD1; Abu-alhayja Rami, MD1; Dumais Valérie MSc1; Nachbar Renato T, PhD1; Tastet Lionel, MSc1; Dahou Abdelaziz, MD1; Ferreira Pedro, PhD3 ; Breuils-Bonnet Sandra, MSc1; Lajoie, Annie Christine, MD1; Marette André PhD1; Pibarot Philippe, PhD1; Jocelyn Dupuis MD2 ; Boucherat Olivier, PhD1 ; Provencher Steeve, MD1; Archer Stephen L, MD4; Bonnet Sébastien PhD1.

1 Goupe de recherche en hypertension pulmonaire du CRIUCPQ, Université Laval, Quebec, Canada, 2 Institut de cardiologie de Montreal, 3Dpt. Physiology and Cardiothoracic Surgery Faculty of Medicine of the University of Porto, Portugal, 4Dept of Medicine, Queen’s University, Kingston, Ontario, Canada

Introduction : L’insuffisance cardiaque avec fraction d’éjection préservée (ICFEP) représente plus de 50% des insuffisances cardiaques. 50% des patients ICFEP développent une hypertension pulmonaire (HTP) qui aggrave leur pronostique. 94% des cas d’HTP associées à une cardiopathie et 34% des hypertensions artérielles pulmonaires idiopathiques présentent au moins 2 caractéristiques du syndrome métabolique (SM).

Objectif : Vérifier l'implication du SM dans la pathogénèse de l'HTP associée à une ICFEP.

Méthodes : Nous avons développé un nouveau modèle d’HTP-ICFEP. L’ICFEP est induite par constriction de l’aorte (supra-coronary aortic banding-SAB) chez des rats Wistar. Un SM est induit par nourriture grasse (high fat-HF) et/ou injection d’olanzapine (4mg/kg/2 jours) durant 9 semaines. Les paramètres de la fonction cardiaques sont mesurés par échocardiographie et les paramètres hémodynamiques au niveau des ventricules gauche et droit par cathétérisme cardiaque. La composition en masse grasse et maigre est mesurée par résonance magnétique nucléaire (minispec Brucker lf90) et la répartition des tissus adipeux est analysée par tomodensitométrie (CT scan).

Résultats : Les rats ayant la constriction de l’aorte développent une ICFEP 5 semaines après chirurgie, caractérisée par une hypertrophie de ventricule cardiaque gauche, une augmentation des pressions systoliques et de fin de diastole dans le ventricule gauche sans modification de la fraction d’éjection. La condition HF+olanzapine induit un SM caractérisé par une augmentation de la masse grasse, une accumulation de gras viscéral, une hypertension systémique ainsi que du taux de triglycérides hépatiques. Seuls les rats SAB+HF+olanzapine développent une HTP (pression artérielle pulmonaire moyenne ≤25 mmHg) associé à un remodelage du lit vasculaire pulmonaire. Les rats HTP-ICFEP présentent une accumulation de graisse viscérale et médiastinale corrélant avec la sévérité de l’HTP ainsi qu’une augmentation du taux de leptine circulante. Au niveau pulmonaire, les rats HTP-ICFEP présentent une activation de la voie STAT3 ainsi qu’une l’accumulation de macrophage pro-inflammatoires corrélant fortement avec l’HTP. L’olanzapine induit également in vitro la différenciation des pré-adipocytes ainsi que la surexpression de leptine. La leptine induit une réponse pro-inflammatoire les macrophages qui induisent la prolifération des cellules musculaires lisses (CML) d’artères pulmonaires. La leptine induit également la prolifération des CML par la voie STAT3.

Conclusion : L’ICFEP n’est pas suffisante pour induire une HTAP. Un SM chronique induit une inflammation des tissues adipeux qui participe au développement de l’HTP-ICFEP.

13h00 Buteau-Poulin, Dorothée - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Cardiologie avec Dr Jean-Pierre Després - Retour à l'horaire

 

La qualité nutritionnelle : un «signe vital» associé au profil cardiométabolique 

Buteau-Poulin D1,2, Poirier P1, 3, Després JP1,2, Alméras N1,2

1Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec – Université Laval ; 2Département de kinésiologie, Faculté de médecine ; 3Faculté de pharmacie, Université Laval

Introduction : Selon les plus récentes données de l’American Heart Association, une alimentation de faible qualité nutritionnelle est devenue le premier facteur de risque modifiable de mortalité totale aux États-Unis. En effet, elle cause 678 000 décès par année, dont près de la moitié par maladies cardiométaboliques, et engendre des frais médicaux annuels de 33 milliards ce qui en fait un enjeu majeur de santé publique. Au Canada, le portrait est sans doute comparable, mais de telles données ne sont pas disponibles actuellement. 

Objectif : L’objectif principal de ce programme de recherche est d’évaluer la contribution de la qualité nutritionnelle à la variation du profil cardiométabolique (CM). Un des objectifs secondaires est de décrire l’association entre les changements de qualité nutritionnelle et les variations du profil CM à la suite d’un programme d’intervention de 3 mois en milieu de travail qui cible les habitudes de vie (bouger plus, manger mieux et cesser de fumer).

Méthodes : Les évaluations initiales ont été complétées par 4185 participants et les données incluent notamment un court questionnaire validé sur la qualité nutritionnelle, la tension artérielle de repos, un prélèvement sanguin, la circonférence de taille (CT) et un test à l’effort sous-maximal. Après l’intervention de 3 mois, la CT et la tension artérielle de repos ont été reprises pour l’ensemble des sujets. Le questionnaire de qualité nutritionnelle a été rempli à nouveau par un sous-groupe de 1585 sujets et le prélèvement sanguin a été effectué auprès de 948 participants. Des analyses de variance entre les classes de qualité nutritionnelle (faible, modérée et élevée) et de régression linéaire multiple, par sexe et ajustées pour l’âge, ont été effectuées. 

Résultats : Avant l’intervention, les participants avec une qualité nutritionnelle élevée avaient une CT plus faible (p<0,001), une concentration de triglycérides (TG) plus faible (p<0,01) et un taux d’HbA1c inférieur (p<0,01) comparé à ceux avec une faible qualité nutritionnelle. Chez les deux sexes, le changement de qualité nutritionnelle, à la suite de l’intervention, a montré une forte contribution indépendante à la variance des changements de la CT et des concentrations de TG (p<0,001). 

Conclusion : Une qualité nutritionnelle élevée est associée à un profil CM favorable à la santé. De plus, un changement positif de la qualité nutritionnelle, induit par une intervention de 3 mois ciblant les habitudes de vie, est associé à des améliorations dans le profil CM. Ainsi, il est possible, et même suggéré, de mesurer la qualité nutritionnelle globale en pratique clinique afin d’en faire un «signe vital» dans la prise en charge optimale du risque CM. 

13h15 Archambault, Anne-Sophie - Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Nicolas Flamand - Retour à l'horaire

 

Les métabolites du leucotriène (LT) B4 inhibent les fonctions induites par le LTB4 chez les neutrophiles humains : impact potentiel dans la défense de l’hôte pulmonaire.

Archambault AS1, Poirier S1,2, Lefebvre JS1, Larose MC1, Turcotte C1, Martin C1, Provost V1, Boudreau LH2, McDonald PP3, Surette ME2, Laviolette M1,Flamand N1.

1Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Département de médecine, Faculté de médecine, Université Laval, Québec, QC, Canada; 2Département de chimie et de biochimie, Université de Moncton, Moncton, NB, Canada; 3Faculté de médecine et Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Sherbrooke, Sherbrooke, QC, Canada

Introduction : Les neutrophiles participent activement à l’immunité pulmonaire, en contrôlant et éliminant les pathogènes par phagocytose ou par libération d’effecteurs microbicides (ex. défensines-α). Plusieurs médiateurs sont importants dans le recrutement des neutrophiles aux poumons lors d’une infection, dont l’agent chimiotactique leucotriène (LT) B4. Le LTB4 participe également à la défense de l’hôte, en activant les fonctions antimicrobiennes des neutrophiles. Cependant, le LTB4 est rapidement métabolisé chez l’humain, soit en 12-oxo-LTB4, soit en 20-OH- et 20-COOH-LTB4. Ces métabolites ont une grande affinité pour le récepteur du LTB4 BLT1 mais l’activent faiblement, indiquant qu’ils pourraient limiter les effets du LTB4.

Objectif : Déterminer l’impact des métabolites du LTB4 (20-OH-LTB4, 20-COOH-LTB4 et 12-oxo-LTB4) sur les réponses antimicrobiennes induites par le LTB4 chez les neutrophiles.

Méthodes : Les neutrophiles ont été isolés du sang de patients sains. Nous avons évalué plusieurs fonctions des neutrophiles, soit la migration (chambres de Boyden modifiées), biosynthèse de leucotriènes (HPLC), ainsi que la libération d’a-défensines-1 (ELISA). Nous avons aussi évalué l’impact sur l’expression du récepteur BLT1 (cytométrie en flux) ainsi que sur son activation (Western blot).

Résultats : Les métabolites du LTB4 inhibent la migration des neutrophiles induite par le LTB4, ainsi que la biosynthèse de leucotriène induite par l’acide arachidonique. Le 20-OH-LTB4 a un effet inhibiteur similaire à celui d’un antagoniste du BLT1. L’effet inhibiteur des métabolites du LTB4 semble spécifique au BLT1, puisqu’ils n’ont aucun effet sur les fonctions induites par le fMLP ou l’IL-8. Nous avons aussi constaté que les métabolites du LTB4 sont significativement moins efficaces à induire la libération d’a-défensine-1, en plus  de désensibiliser celle induite par le LTB4. De plus, nous avons déterminé que les métabolites du LTB4 agiraient notamment en diminuant l’expression du BLT1, suggérant une désensibilisation de ce dernier. Finalement, lorsque nous avons inhibé la dégradation du LTB4 en 20-OH-LTB4 chez les neutrophiles, nous avons observé une augmentation de la signalisation cellulaire  induite par l’activation du BLT1.

Conclusion : Nos résultats montrent que la dégradation du LTB4 diminue sa capacité à promouvoir les fonctions neutrophiliques liées à la défense de l’hôte et supportent le concept qu’inhiber cette dégradation augmenterait l’efficacité du système immunitaire inné lors de défense de l’hôte pulmonaire.

13h30 LeBlanc, Stéphanie - Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Eric Larose - Retour à l'horaire

 

Subclinical Carotid Atherosclerosis and Coronary Artery Disease Risk

LeBlanc S1,2, Bibeau K1, Pibarot P1,2, Després JP1,2, Larose E1,2

1Centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec; 2Département de médecine,Faculté de médecine, Université Laval

Introduction : Asymptomatic carotid atherosclerotic plaque may portend increased global cardiovascular risk. Screening for carotid atherosclerosis has been proposed as a means to stratify coronary artery disease (CAD) risk beyond traditional risk factors. However, the association between carotid atherosclerosis burden and CAD risk has yet to be examined by magnetic resonance imaging (MRI) in a Canadian sample.

Objectif : Document the association between carotid atherosclerosis burden and the risk of CAD in a Canadian sample of men free of symptomatic carotid disease.

Méthodes : Bilateral carotid MRI was performed in four contemporary cohorts of Canadian men, exhibiting graded cardiovascular risk: 1) without CAD or risk factors (NRF; n=109; 31.1±8.3 years); 2) without CAD but with cardiovascular risk factors (CVRF; n=127; 43.6±13.2 years); 3) with chronic symptomatic CAD presenting as stable angina (CSA; n=96; 62.4±8.3 years); and 4) with acute symptomatic new-onset CAD presenting with ST-segment elevation myocardial infarction (STEMI; n=56; 57.8±9.3 years).

Résultats : Many STEMI patients (62.5%) were naive to cardiovascular medication at study entry and therefore had the worst measured risk profile, while most CSA patients were under optimal therapy and thus presented a better risk profile than even the CAD-free cohorts (NRF and CVRF) for some key clinical risk markers. The CVRF cohort had greater abdominal (p<0.001) and cardiac (p<0.001) visceral adipose tissues than the NRF cohort. Furthermore, visceral adiposity was greater in the CAD cohorts (CSA and STEMI) vs. those without (p<0.001). The prevalence of subclinical carotid atherosclerosis increased from NRF to CVRF to CSA to STEMI (44.0 vs. 60.6 vs. 74.0 vs. 75.0%, respectively; p<0.001). However, the simple presence of carotid atherosclerosis did not allow to differentiate between acute vs. chronic CAD (p=0.887) and between asymptomatic at-risk patients and acute CAD (CVRF vs. STEMI, p=0.060), therefore is not sufficient to determine cardiovascular risk. Carotid wall volume (atherosclerosis burden) increased from NRF to CVRF to CSA to STEMI (124.31±19.60 vs. 134.38±27.58 vs. 160.96±29.24 vs. 187.13±41.57 mm3/4 mm, respectively; p<0.001) and was greater in the CAD cohorts vs. those without (p<0.001). Normalized wall index (NWI; wall/vessel volume) also increased from NRF to CVRF to CSA to STEMI (0.52±0.05 vs. 0.54±0.07 vs. 0.66±0.08 vs. 0.68±0.06, respectively; p<0.001), but was statistically similar in the acute vs. chronic CAD cohorts (p=0.123).

Conclusion : The simple presence of subclinical carotid atherosclerosis did not suffice to determine CAD risk in Canadian men. However, subclinical carotid atherosclerosis burden progressively increases with CAD risk, and ultimatelymay improve risk stratification and inform prevention strategies.

13h45 Routhier, Joanie - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr Mathieu Morissette - Retour à l'horaire

 

Investigation du rôle de l’axe SIRPα/CD47 en contexte tabagique seul ainsi que dans un modèle murin de fibrose pulmonaire idiopathique facilité par le tabagisme

Routhier J1,2, Gendron D1,2, Jubinville E1,2, Beaulieu MJ2, Aubin S2, Paré ME2, Marsolais D2,3 et Morissette MC2,3

1Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec; 2Faculté des études supérieures, Université Laval; 3Département de médecine, Université Laval

Introduction : La fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) est une maladie pulmonaire interstitielle sévère qui se caractérise par une inflammation et une cicatrisation progressive des tissus pulmonaires. Toutefois, les mécanismes cellulaires et moléculaires qui mènent certains fumeurs à développer la FPI sont encore peu connus. À l’aide d’analyses bioinformatiques, nous avons récemment identifié le gène sirpα comme étant surexprimé au niveau pulmonaire à la fois chez l’humain et la souris en contextes tabagique et fibrotique. La protéine SIRPα et son principal ligand, CD47, sont tous deux impliqués dans divers processus cellulaires ainsi que dans différentes maladies sévères. Sachant leurs implications, nous posons donc l’hypothèse selon laquelle ces protéines auraient un rôle dans le développement de la FPI facilité par le tabagisme.

Objectif : 1) Développer et caractériser un modèle murin de FPI «2-hits» dans lequel une faible dose de bléomycine, un agent pro-fibrosant, est administrée en combinaison au tabagisme. 2) Investiguer le rôle de l’axe SIRPα/CD47 dans ce modèle ainsi qu’en contexte tabagique seul. 

Méthodes : Des souris C57BL/6 ont d’abord été exposées à la fumée de cigarette pendant deux semaines. La semaine suivante, elles ont reçu une faible dose de bléomycine à trois reprises par voie intra-trachéale sans être exposées à la fumée de cigarette, puis elles ont été réexposées pendant trois semaines pour un total de cinq semaines d’exposition. Les fonctions pulmonaires ont été mesurées à l’aide de l’appareil flexiVent et l’expression des gènes sirpα, cd47 ainsi que certains gènes liés à la fibrose pulmonaire a été analysée par PCR quantitatif. Des protocoles utilisant un anticorps bloquant pour CD47 et un activateur de SIRPα sont présentement à l’étude chez des souris BALB/c afin d’investiguer plus particulièrement le rôle de l’axe SIRPα/CD47 dans l’inflammation pulmonaire produite après quatre jours d’exposition à la fumée de cigarette.

Résultats : Des changements mineurs dans la fonction pulmonaire des souris fumeuses instillées avec de la bléomycine ont été observés. Au niveau transcriptionnel, une augmentation significative de l’expression du gène sirpα est obtenue chez les souris fumeuses (+/- bléomycine) par rapport aux non fumeuses alors que l’expression de cd47 ne varie pas. Des résultats préliminaires suggèrent que l’administration d’un activateur de SIRPα tend à diminuer l’inflammation pulmonaire chez des souris fumeuses.

Conclusion : L’induction de sirpα suggère une implication potentielle de l’axe SIRPα/CD47 dans le développement de la FPI facilité par le tabagisme. Une investigation plus approfondie du modèle est actuellement en cours par l’optimisation de la dose de bléomycine administrée et de la durée de l’exposition à la fumée de cigarette. D’autres protocoles restent à réaliser afin de déterminer plus précisément le rôle de SIRPα et CD47 en condition tabagique. 

14h00 Poulin, Anthony - Résident(e) / Externe niveau Résident en Cardiologie avec Dr Tomas Cieza - Retour à l'horaire

 

Nouvelle Approche d'Angioplastie avec Cutting Balloon dans la Dissection Coronarienne Spontanée

Anthony Poulin MD1, Tomas Cieza MD1, Jean-Pierre Déry MD1, Josep Rodés-Cabau MD1, Jean-Michel Paradis MD1, Olivier F. Bertrand MD1, Can Manh Nguyen MD1, Éric Larose MD1, Robert DeLarochellière MD1, Onil Gleeton MD1, Guy Proulx MD1, Gérald Barbeau MD1

1 Université Laval – Institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec

Introduction : La dissection coronarienne spontanée (SCAD) est une condition peu fréquente chez les patients se présentant avec infarctus du myocarde, mais elle est associée à une morbidité et une mortalité élevée. Dans cette pathologie, un traitement médical conservateur est souvent préconisé et l’angioplastie coronarienne est traditionnellement réservée lorsqu’il y a présence d’ischémie myocardique réfractaire. L’angioplastie chez ces patients  comporte de nombreux risques, notamment la propagation de l’hématome intramural et l’extension proximale de la dissection coronarienne. Trois auteurs ont auparavant décrit des cas d’angioplastie avec cutting balloon dans cette pathologie, mais en utilisant des techniques hétérogènes et variées.

Objectif : Décrire une nouvelle technique d'angioplastie coronarienne chez un patient avec dissection coronarienne spontanée.

Méthodes : Nous rapportons deux cas de patients avec SCAD traités avec succès via une angioplastie du segment distal vers proximal de l’artère coronaire en utilisant un cutting balloon.

Résultats : Notre première patiente est une dame âgée de 62 ans sans antécédent médical particulier qui a consulté avec le début soudain d’une douleur rétrosternale associée à l’exercice léger. Son ECG à l’arrivée était normal. Néanmoins, la patiente a développé des douleurs thoraciques réfractaires avec ischémie persistante dans le territoire inférolatéral et une augmentation des troponines jusqu’à 173. Une coronarographie urgente a été réalisée et a démontré la présence de dissection de la seconde postérolatérale. L’artère a été canulée via un cathéter de 0,014 pouce Middleweight Universal Guidewire (Abbott Vascular, Illinois, USA). Un cutting balloon flextome 2,5/10 mm (Boston Scientific, Marlborough, MA) a ensuite été déployé à 10 atmosphères pendant 30 secondes pour prévenir l’extension de la dissection. La lésion a finalement été la cible d’une angioplastie avec un tuteur médicamenteux de 2,75 X 38 mm et le résultat a été favorable.

Notre deuxième patiente est une dame de 44 ans sans antécédent qui s’est présentée avec une douleur thoracique sévère et un ECG démontrant un infarctus avec élévation du segment ST dans le territoire inféro-apical. Une coronarographie urgente a été réalisée et l’utilisation d’échographie intravasculaire a démontré la présence d’une dissection coronarienne spontanée dans l’artère interventriculaire antérieure avec atteinte de la deuxième diagonale. Un cathéter de 0,014 pouce HT Balance Middleweight Universal a été utilisé pour franchir la lésion. Ensuite, il y a eu déploiement d’un cutting ballon flextome 2,5/10 mm à 6 atmosphères pour une durée de 25 secondes. Notre approche a consisté en une angioplastie du segment distal vers le segment proximal de l’artère et de la seconde diagonale avec implantation de 4 tuteurs biorésorbables. Le résultat angiographique a été favorable. 

Conclusion : Ces deux cas décrivent une nouvelle approche pour traiter la dissection coronarienne spontanée avec angioplastie du segment distal vers le segment proximal de l’artère atteinte via un cutting balloon. Cette technique permet vraisemblablement la résolution de l’hématome intravasculaire, ce qui limite la propagation de la dissection. Bien que réservée à des patients présentant de l’ischémie myocardique réfractaire, cette approche a le potentiel de diminuer significativement les taux d’échecs à l’angioplastie dans cette population.

14h15 Sallé-Lefort, Sandrine - Étudiant(e) niveau Doctorat en Obésité-Métabolisme avec Dr Frédéric Picard - Retour à l'horaire

 

Expression et rôle du long ARN non codant Malat1 lors de la réponse à l’hypoxie in vivo

Sallé-Lefort S1,2, Miard S1, Blanchet MR1,3, Picard F1,2

1Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec; 2Faculté de pharmacie, 3Faculté de médecine, Université Laval

Introduction : De forts niveaux d’expression du long ARN non-codant (LncRNA) Malat1 sont associés à de nombreux cancers, une condition liée à l’hypoxie. Cependant les fonctions biologiques qu’il exerce et les mécanismes moléculaires mis en jeu restent encore flous. Nos travaux publiés l’année dernière ont démontré que Malat1 était stimulé par l’axe CamKK/AMPK/HIF-1α en réponse à l’hypoxie in vitro. Les études chez les souris invalidées pour Malat1 n’avaient, malheureusement, pas permis de mettre en avant un phénotype marqué. Cette découverte du signal physiologique induisant l’expression du LncRNA Malat1 ouvre donc la porte à de nombreux champs d’investigation inexplorés en vue de découvrir ses fonctions.

Objectif : Les objectifs de ce projet étaient de confirmer la stimulation de Malat1 lors d’exposition in vivo à l’hypoxie et d’évaluer l’impact d’une absence de Malat1 sur le poumon dans cette condition.

Méthodes : Des souris mâles C57BL6/J ont été exposées à l’hypoxie (10% O2) pendant 2, 4, 8 et 14 jours. Puis des souris sauvages (+/+) et invalidées pour Malat1 (-/-) ont été placée en chambre à hypoxie (10% O2) pendant 8 jours. L’analyse de l’expression génique (qRTPCR) dans différents tissus cible, le poumon ainsi que l’œil, a été réalisée. Une étude histologique comparative a été menée afin de mettre en évidence une adaptation différentielle entre les animaux +/+ et -/-. In vitro, le métabolisme cellulaire de cellules épithéliales pulmonaires (Beas2B) préalablement transfectées par des oligonucléotides anti-sens (ASO) dirigés contre Malat1 a été étudié (Seahorse).

Résultats : Dans le poumon, le niveau de Malat1 a été significativement augmenté lors de l’exposition chronique de 8 jours. L’étude du métabolisme (respiration mitochondriale et glycolyse) des cellules Beas2B traitées avec des ASO dirigés contre Malat1 (vs ASO témoin) ne montrent pas de différence significative entre ces deux groupes en condition basale. Les mêmes études sont en cours après une stimulation par l’hypoxie (1.5% O­2).

Dans l’œil, nous n’avons pas observé de changement dans l’expression de Malat1 lors de l’exposition à l’hypoxie. Cependant, nous avons observé une diminution significative de l’expression de VEGF dans cet organe pour les animaux Malat-/-, alors que dans le même temps, chez les témoins sauvages, le microARN dérivé de Malat1, mascRNA, est significativement augmenté.

Conclusion : Les données obtenues confirment que l’hypoxie induit l’expression du LncRNA Malat1 in vivo dans les poumons. L’étude du métabolisme intracellulaire des cellules épithéliales pulmonaires après stimulation par l’hypoxie ainsi que l’analyse histologique des poumons des souris Malat1-/- seront réalisés. Dans l’œil, la formation de néo-vaisseaux est dépendante du facteur de croissance VEGF, dont l’expression est significativement diminuée chez les souris Malat1-/-. Les conséquences histologiques de cet effet seront étudiées prochainement.

 

Étude financée par le CRSNG

Bourse de doctorat du CRIUCPQ à SSL

14h30 Gagné, Andréanne - Résident(e) / Externe niveau Résident en Pneumologie avec Dr Philippe Joubert - Retour à l'horaire

 

Évaluation de l’hétérogénéité du marquage de PD-L1 et de son expression en fonction des patrons d’adénocarcinomes pulmonaires : implications cliniques.

Andréanne Gagné1, William Enlow1, Marc-Antoine Pigeon1, Michèle Orain2, Stéphane Turcotte3, Philippe Joubert2.

1Université Laval, Québec, QC. 2Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Québec, QC, Canada 3 Centre de recherche du CHU de Québec, Québec, QC.

Introduction : Les molécules dirigées contre « Programmed cell death-1 (PD-1) » ont amené de nouveaux espoirs de traitement pour les patients avec un carcinome non à petites cellules du poumon de stade avancé. Dans les adénocarcinomes pulmonaires, l’efficacité du traitement corrèle avec le niveau d’expression en immunohistochimie (IHC) de PD ligand-1 (PD-L1) dans les cellules tumorales. Cette évaluation est généralement effectuée sur des biopsies, ce qui ne permet pas une évaluation de toute la tumeur. La littérature suggère que l’expression de PD-L1 est hétérogène et varie dans une même tumeur. Seules de petites cohortes avec des données contradictoires ont été publiées sur l’impact clinique de cette hétérogénéité. 

Objectif : Les objectifs de notre étude étaient de quantifier l’hétérogénéité de marquage intra-tumoral de PD-L1, d'évaluer l’association entre l’expression de PD-L1 et les patrons histologiques d’adénocarcinome pulmonaire et d'estimer l’impact clinique de l’hétérogénéité de marquage. 

Méthodes : Une cohorte de 226 patients ayant subi une résection pulmonaire dans notre centre pour un adénocarcinome a été sélectionnée. Des micropuces tissulaires (TMA), construites à partir de cinq carottes de 1 mm de tissu représentatives de tous les patrons histologiques retrouvés dans chaque tumeur, ont été utilisées pour l’IHC pour PD-L1 (E1L3N, Cell Signaling Technology, Cambridge, R.-U.). Pour chaque carotte, le patron tumoral et le pourcentage de cellules tumorales positives pour PD-L1 ont été notés. Seules les carottes présentant au moins 100 cellules tumorales ont été évaluées et les patients étaient inclus dans l’étude si au moins trois carottes étaient disponibles. L’hétérogénéité tumorale a été définie comme un patient avec des résultats discordants dans au moins deux carottes (une positive et une négative). Des statistiques descriptives ont été utilisées. 

Résultats : À un seuil de positivité de 50%, 39,0% des patients étaient positifs pour PD-L1 et 22,9% avaient un marquage hétérogène. Parmi tous les patients avec au moins une carotte négative, 27,3% avaient aussi une carotte positive et auraient pu être faussement considérés comme négatifs pour PD-L1. En comparant les résultats entre les patients pour lesquels 3, 4 ou 5 carottes étaient disponibles, le nombre de patients avec un marquage négatif avait tendance à diminuer avec l’augmentation du nombre de carottes évaluées, alors que le nombre de patients positifs ou avec un marquage hétérogène augmentait. Le pourcentage de marquage moyen de PD-L1 était plus élevé dans les carottes avec un patron solide (47,2%) et micropapillaire (24,9%) et était plus faible dans les carottes avec un patron acinaire (15,9%), lépidique (7,2%) et papillaire (1,1%).

Conclusion : Notre étude a démontré qu’une proportion significative de patients avec un adénocarcinome pulmonaire présente un patron de marquage hétérogène pour PD-L1. Cette hétérogénéité a une importance clinique puisque le statut PD-L1 des patients est généralement évalué à partir d’une biopsie seulement. Plus de 25% des patients avec une carotte négative se sont avérés avoir une carotte positive et auraient pu être  considérés comme faussement négatifs. Certains patients pourraient bénéficier d’une nouvelle biopsie puisque nous avons démontré que l’augmentation du nombre de biopsies examinées augmente la chance d’avoir un résultat positif, en particulier si la première biopsie montre un patron tumoral lépidique, acinaire ou papillaire.

15h00 Bouchareb, Rihab - Étudiant(e) niveau Postdoctorat en Cardiologie avec Dr Patrick Mathieu - Retour à l'horaire

 

l'activation plaquettaire à la surface de la valve aortique entraînent la minéralisation via une interaction autotaxin et GPIIbIIIa

Bouchareb R, PhD1;  Boulanger MC, PhD1;  Mkannez G, PhD1;  Nsaibia MJ, MSc;  Tastet L, MSc2;  Hadji F, MSc1; Dahou A, MD, MSc2;  Arsenault BJ, PhD2;  Messadeq Y, PhD;  Bossé Y, PhD3; Pibarot P, PhD2;  Marette A, PhD2;  Mathieu P, MD, MSc, FRCSC1

1Centre de Recherche de l'institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, 2 Département de Médecine, Université Laval, 3 Departement de Médecine moleculaire, Université Laval

Introduction : La sténose aortique (SA) est la valvulopathie la plus fréquente. La SA est caractérisée par une minéralisation ectopique, l’inflammation et la fibrose de la valve aortique. Une perturbation du flux sanguin  à proximité de la valve pourrait provoquer une activation endothéliale et par conséquent l’activation des plaquettes.  L’enzyme autotaxine (ATX), sécrétée par les cellules interstitielles de la valve aortique (VICs), entraîne à partir des phospholipides (PLs) la production d’acide lysophosphatidique (LysoPA), laquelle favorise la minéralisation de la valve aortique. 

Objectif : durant la SA des évènements micro-trombotiques sont déclenchés à la surface de la valve aortique et que l’ATX utilise les PLs afin de produire des LysoPAs  pro-minéralisants. 

Méthodes : Des valves aortiques humaines ont été analysées par  microscopie électronique à balayage (MEB) et des analyses in vitro ont été réalisées dans un modèle de co-culture VICs-plaquettes. Également, des plaquettes activées ont été injecté a des souris LDLR-/- apoB100/100 IGFII afin d’évaluer le développement de la SA.  

Résultats : L’analyse par MEB a révélé la présence de plaquettes agrégées à la surface des valves calcifiées. Le traitement des VICs avec des plaquettes humaines activées augmente  significativement la minéralisation  par rapport aux contrôles.  Cette minéralisation est accompagnée par une surexpression des gènes ostéoblastiques tels que : RUNX2, ALP, et BMP2.  L’inhibition d’ATX et du récepteur plaquettaire GPIIB/IIIa a permis de prévenir la minéralisation des VICs induite par les plaquettes. Nous avons également documenté que l’incubation de plaquettes avec les VICs entraîne la production de LysoPA et qu’en retour l’inhibition des récepteurs LysoPA (LPARs) prévient la minéralisation induite par les plaquettes. Nous avons démontré une interaction entre ATX et les plaquettes, laquelle est inhibée par un antagoniste des GPIIb/IIIa.  Nos résultats  in vivo montrent que l’injection des plaquettes aux souris amplifie la progression de la SA.

Conclusion : Dans ce travail nous avons montré pour la 1ère fois que des évènements micro-thrombotiques favorisent la minéralisation de la valve aortique via une interaction entre l’ATX et les plaquettes.  Ce travail a par conséquent des implications cliniques puisqu’il suggère que la manipulation pharmacologique de l’axe ATX-plaquette pourrait prévenir la minéralisation de la valve aortique durant la SA.   

15h15 Dubuis, Marie-Ève - Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Caroline Duchaine - Retour à l'horaire

 

Efficacité de l’Ozone Gazeux pour le Contrôle de Virus Aérosolisés

Dubuis M-E1,2, Laliberté C1,2, Turgeon N2, Veillette M2, Gilbert D3 et Duchaine C1,2

1Département de biochimie, de microbiologie et de bio-informatique, Faculté des sciences et de génie, Université Laval;  2Centre de recherche de l’Institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec – Université Laval (CRIUCPQ-UL); 3EMO3

Introduction : Les infections nosocomiales sont des infections acquises en milieu hospitalier qui peuvent être transmises aux usagers, au personnel et aux visiteurs. Pour plusieurs infections (grippe,  varicelle), la transmission aérienne via des bioaérosols est possible, ce qui les rend difficiles à contrôler. Il a été démontré que certains virus humains présents dans l’air, dont Norovirus, résistent aux stress de l’aérosolisation et conservent plus de 80% de leur potentiel infectieux (Bonifait et al. 2015). Dans le cas des institutions de santé, les chambres et le mobilier sont souvent désinfectés lors d’éclosions virales alors que l’air ambiant ne subit aucune procédure d’assainissement, ce qui n’empêche pas la transmission des infections. 

Objectif : L’objectif de l’étude est de documenter l’effet de l’exposition de quatre phages modèles (MS2, PR772, Phi6 et PhiX174) aérosolisés à de l’ozone gazeux et à différentes humidités relatives dans une chambre environnementale rotative. 

Méthodes : Les quatre phages modèles ont été aérosolisés dans une chambre environnementale rotative et exposés à 5 ppm d’ozone et à deux humidités relatives, soit 55% et 85%. Des temps d’exposition de 0, 30 et 60 minutes ont été réalisés avant la récupération des phages. Le choix d’un traitement à l’ozone repose sur la puissante capacité oxydative de ce gaz sur divers microorganismes, dont les virus. L’infectivité des phages a finalement été évaluée par culture et comparée au nombre de phages détecté en biologie moléculaire (qPCR). 

Résultats : Les premiers résultats montrent une diminution de la viabilité et de l’infectivité des phages exposés à 5 ppm d’ozone à une humidité relative de 55%, avec des taux d’inactivation des phages supérieurs à 94% pour tous les phages après une exposition de 60 minutes. Le déclin est toutefois plus prononcé à une humidité de 85%, ce qui est probablement causé par une augmentation de radicaux libres (réaction des molécules d’ozone avec l’eau) à plus haute humidité. En effet, les taux d’inactivation des phages sont supérieurs à 99,99% pour tous les phages après une exposition de 30 minutes seulement. 

Conclusion : Compte tenu des résultats prometteurs obtenus, le protocole sera transposé à trois virus eucaryotes (Norovirus murin, Influenza et Rhinovirus). De plus, un traitement à l’ozone dans les conduits d’aération pourrait être envisagé pour pallier au problème de désinfection de l’air en diminuant le risque de propagation des virus.

15h30 Bérubé, Jean-Christophe - Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Yohan Bossé - Retour à l'horaire

 

Nouveaux gènes de l’asthme par méthode d’intégration des associations génétiques et du transcriptome pulmonaire

Bérubé JC1, van den Berge M2, Sin DD3, Hao K4, Nickle DC5, Timens W2, Paré PD3, Laviolette M1 et Bossé Y1,6 

1Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec – Université Laval, Québec, Canada; 2University Medical Center Groningen, GRIAC research institute, University of Groningen, Groningen, The Netherlands; 3The University of British Columbia Center for Heart Lung Innovation, St-Paul’s Hospital, Vancouver, Canada; 4Icahn School of Medicine at Mount Sinai, New York, New York, États-Unis; 5Merck Research Laboratories, MRL, Seattle, Washington, États-Unis; 6Département de médecine moléculaire, Université Laval, Québec, Canada.

Introduction : Durant la dernière décennie, les études d’association pangénomiques (GWAS) ont identifié des centaines de polymorphismes nucléotidiques simples (SNP) associés à l'asthme. Néanmoins, leurs relations avec un ou plusieurs gènes impliqués dans la maladie restent souvent inexplorées.

Objectif : Le projet a comme objectif principal de déterminer l’effet des SNP précédemment associés à l'asthme par GWAS sur l'expression des gènes dans le poumon. Ultimement, le projet permettra de découvrir de nouveaux gènes impliqués dans l’asthme.

Méthodes : Des jeux de données génomiques complémentaires sur l’asthme ont été utilisés pour ce projet. Le principal regroupe les données d’« expression quantitative trait loci » (eQTL) pulmonaires issues de 1038 individus. Les statistiques sommaires du GWAS sur l’asthme du consortium GABRIEL ont également été exploitées. Différentes méthodes statistiques intégratives ont combiné les statistiques d’association sommaires du GWAS et ceux des eQTL pulmonaires afin d’identifier les gènes causaux.

Résultats : Suite aux analyses intégratives, des résultats probants ont notamment été obtenus pour la région chromosomique 17q21, où la colocalisation la plus significative implique le gène GSDMA. Pour le locus 5q31, malgré la présence de gènes codant pour plusieurs cytokines inflammatoires, le gène causal identifié dans le tissu pulmonaire est SLC22A5. Ce gène code pour une protéine responsable de l’absorption d’un anticholinergique utilisé dans le traitement de l’asthme. Finalement, le gène IDUA sur le chromosome 4p16 a été mis en évidence pour la première fois dans l’asthme. Ce gène est principalement associé au syndrome de Hurler, une maladie qui se caractérise notamment par des désordres respiratoires sévères.

Conclusion : L’intégration des résultats de GWAS sur l’asthme avec un jeu d’eQTL pulmonaires a permis d’identifier les gènes GSDMA, SLC22A5 et IDUA comme étant potentiellement causaux dans l’asthme. Le rôle de ces gènes dans la pathologie devra être validé et l’approche expérimentale pourra être appliquée à des types cellulaires isolés pour identifier de nouveaux gènes causaux.

15h45 Boukari, Ryma - Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Vincent Joseph - Retour à l'horaire

 

Les récepteurs nucléaires et membranaires de la progestérone contribuent à la stabilité respiratoire des rats nouveau-nés.

Boukari R1, Bairam A1, Joseph V1.

1 Centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec – Université Laval.

Introduction : La progestérone est bien connue comme un stimulant respiratoire puissant et réduit les apnées du sommeil chez les femmes adultes ménopausées et chez les nouveau-nés. Nous avons récemment démontré que les récepteurs membranaires de la progestérone contribuent au chémoréflexe ventilatoire et à la stabilité respiratoire chez la souris adulte, mais leur rôle dans un système de contrôle respiratoire chez le nouveau-né n’est pas encore connu.

Objectif : L'objectif est d'étudier la contribution des récepteurs nucléaires de la progestérone (nPR) et des récepteurs membranaires de type α (mPRα) et de type β (mPRβ), exprimés dans le système nerveux central, dans la régulation de la respiration des rats nouveau-nés. 

Méthodes : L’expression des nPR, des mPRα ou des mPRβ a été atténuée dans la région du tronc cérébral par l’injection intracisternale de petits ARN d’interférence (siRNA) chez des rats mâles et femelles âgés de 10 jours (n = 9 à 15 animaux / groupe). Un liquide cérébrospinal artificiel a été administré au groupe contrôle. 24 heures après les injections, la ventilation minute (VE, ml / 100g / min) a été enregistrée en utilisant la pléthysmographie à corps entier en normoxie (21% O2, 50 min), en hypoxie (12% O2, 5 min) et en hypercapnie (5% CO2, 5 mim). Les fréquences des soupirs et des apnées ont été déterminées en normoxie. 

Résultats : Les traitements avec les siRNA anti-mPRα, anti-mPRβ ou anti-nPR n'ont pas affecté la ventilation en normoxie ainsi que les réponses ventilatoires à l'hypoxie et à l'hypercapnie. D’autre part, le traitement avec le siRNA anti-mPRα n'a eu aucun effet sur la fréquence des apnées, tandis que le siRNA anti-mPRβ augmente la fréquence des apnées chez les mâles (+ 60%; p = 0,04) mais pas chez les femelles, alors que le siRNA anti-nPR augmente la fréquence d'apnée chez les femelles (+ 110%, p = 0,0003), mais pas chez les mâles.

Conclusion : Les récepteurs de la progestérone ont des effets respiratoires sexe-spécifiques chez les rats nouveau-nés. Comme indiqué précédemment chez le modèle adulte, le nPR et le mPRβ pourraient être des cibles pharmacologiques pour le traitement de l'apnée chez le nouveau-né.

16h00 Labrecque, Lawrence - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Cardiologie avec Dr Patrice Brassard - Retour à l'horaire

 

Augmentation de la vitesse du sang dans l’artère cérébrale postérieure lors d’un passage de la position assise à debout chez des femmes actives : résultats préliminaires.

Labrecque L1, Rahimaly R1, Imhoff S1, Chouinard A1, Brassard P1

1 Département de kinésiologie et Centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Université Laval, Québec, Canada

Introduction : Une diminution brusque de la pression artérielle moyenne (PAM) est généralement associée à une diminution du débit sanguin dans la circulation antérieure du cerveau [souvent caractérisée par la vitesse du sang dans l’artère cérébrale moyenne (MCAv)]. Cependant, cette diminution de la MCAv ne semble pas être associée à l’apparition de symptômes lors d’un passage de la position assise à debout malgré l’atteinte des critères d’une hypotension orthostatique. De plus, la réponse de la vélocité du sang dans l’artère cérébrale postérieure (PCAv) lors de ce même stress orthostatique est inconnue. 

Objectif : Objectif : Caractériser les différences régionales du débit sanguin cérébral [circulation cérébrale antérieure (MCAv) vs. postérieure (PCAv)] lors d’un passage de la position assise à debout chez des participantes actives en bonne santé.

Méthodes : Méthode : Jusqu’à présent,quatre femmes actives ont été recrutées. La MCAv, la PCAv (Doppler transcrânien) ainsi que la PAM (photopléthysmographie) ont été continuellement mesurées lors d’un passage de la position assise à debout. Chacune des périodes (assise et debout) étaient d’une durée de 5 minutes. Les critères de l’hypotension orthostatique étaient : une diminution d’au moins 20 mmHg de la pression artérielle systolique ou d’au moins 10mmHg de la pression artérielle diastolique dans les 3 minutes suivant le levé debout [1]. L’indice de conductance cérébrovasculaire (CVCi : MCAv ou PCAv/PAM) a été calculé. L’initiation de la régulation, marquée par le délai avant l’augmentation du CVCi suite au changement de position, a aussi été déterminé pour les deux artères. 

Références : 1) Freeman, R et al. Clin Auton Res.  2011;21 : 69-72.

Résultats : Résultats: Les quatre participantes étaient âgées de 28 ± 6 ans, avaient un poids corporel de 65 ± 6 kg et une consommation maximale d’oxygène de 46 ± 2 ml/kg/min.Lors du passage de la position assise à debout, la PAM a diminué de 13 ± 3% (de 102 ± 11 à 89 ± 17 mmHg). Les 4 sujets ont atteint les critères d’une hypotension orthostatique sans avoir expérimenté de symptômes orthostatiques (vision embrouillée, étourdissements, nausées). En réponse à cette diminution brusque de la PAM, la MCAv a diminué (-16 ± 14%) alors que la PCAv a augmenté (+37 ± 17%). Finalement, un délai plus important était présent avant l’initiation de la régulation dans la MCA comparativement à la PCA (5,5 ± 0,6 s vs. 2,3 ± 1,9 s; p = 0,02). 

Conclusion : Conclusion : À la lumière de ces résultats préliminaire, il semble que la réponse de la PCAv soit différente de celle de la MCAv suite à une diminution brusque de la PAM lors d’un passage de la position assise à debout. Considérant que les centres de contrôle cardiaques, respiratoires et vasomoteurs sont localisés dans les régions du cerveau irriguées par la PCA, ces résultats pourraient donc expliquer le fait que les participantes n’ont pas ressentis de symptômes malgré l’atteinte des critères pour l’hypotension orthostatique. 

16h15 Laflamme, Émilie - Résident(e) / Externe en Cardiologie avec Dr Sébastien Bergeron - Retour à l'horaire

 

Usefulness of a titration algorithm for de novo users of sacubitril/valsartan in a tertiary care heart failure clinic

Laflamme E, MD1, Vachon A, B.Pharm., M.Sc.1,Gilbert S, B.Pharm., DPH1, Boisvert J, B.Pharm., M.Sc.1, Leclerc V, B.Pharm., M.Sc.1, Bernier M, MD, FRCPC1,Sénéchal M, MD, FRCPC1,Bergeron S, MD, FRCPC1

Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Laval University, Quebec, Canada (IUCPQ). 

Introduction : Benefits of sacubitril/valsartan over enalapril on cardiovascular mortality and hospitalizations in patients with heart failure and reduced ejection fraction (HFrEF) have been clearly demonstrated. However, feasibility when initiating and optimizing sacubitril/valsartan treatment in real clinical practice is not described.

Objectif : We tested the usefulness of a titration algorithm for the initiation and optimization of sacubitril/valsartan in real life clinical care of patients with HFrEF (LVEF inferior or equal to 40%).

Méthodes : One hundred patients from an heart failure tertiary clinic (24% women, mean age 64±11yrs) with HFrEF (mean LVEF 26±7%, 72% NYHA class II) were assigned to receive sacubitril/valsartan from 50 mg (24/26 mg) to 200 mg (97/103 mg) twice daily (target dose) and followed until two weeks after the titration to the maximum tolerated dose. Patients with systolic blood pressure <100 mmHg, potassium levels ≥5.4mmol/L or estimated glomerular filtration rate (eGFR) <30 ml/min/1.73m2 were excluded. Seventy-one patients (71%) were treated with angiotensin-converting enzyme inhibitors (ACEi), twenty-nine (29%) with angiotensin receptor blockers (ARB), seventy-one patients (71%) with mineralocorticoid receptor antagonists and 98 patients (98%) were under beta-blockers. The introduction of sacubitril/valsartan was performed using a specific titration algorithm elaborated in the heart failure clinic. (Figure 1). 

Résultats : Forty-six patients (46%) achieved and maintained sacubitril/valsartan 200 mg (97/103 mg) twice daily without dose interruption/down-titration until two weeks after maximal titration and 73 patients (73%) achieved at least 49/51 mg (100 mg) twice daily.  Mean titration time was 30±9 days (median 24 days). Symptomatic hypotension, renal dysfunction (increase in creatinine level more than 30%) and hyperkalemia (potassium level >5.5mmol/L) occurred in 9%, 4% and 2%, respectively. The dose of sacubitril/valsartan had to be decreased in 8% of patients, and discontinued in 6% of patients. Other pharmacological heart failure treatments remained stable during sacubitril/valsartan titration, except for a significant reduction in loop diuretic daily dose (13% reduction, p = 0.0005) 

Conclusion : This titration algorithm is a safe and easy-to-use tool in clinical practice for introduction and titration of sacubitril/valsartan. Almost half of patients reached the target dose with a tolerability profile in line with the original study.

16h30 Bourgeois, Raphaëlle - Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Benoit Arsenault - Retour à l'horaire

 

Étude de l’association entre la lipoprotéine(a) et l’autotaxine

 Bourgeois R 1 , Devillers R1, Boulanger MC1, Bouchareb R1, Mitchell P1, Pouliot P1, Mathieu P1, Arsenault B1

Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec

Introduction : La lipoprotéine(a) est une lipoprotéine plasmatique composée d’une particule de type LDL liée à l’apolipoprotéine(a) par un point disulfure. Des études génétiques ont démontré que le gène codant pour la lp(a), LPA serait le principal facteur de risque causal associé au développement de la sténose aortique. La Lp(a) transporterait de nombreuses molécules, parmi lesquelles se retrouverait l’autotaxine (ATX). Cette enzyme permet le clivage de la lysophosphatydil choline (LysoPC) en acide lysophosphatidique, qui intervient par la suite dans le phénomène pro-inflammatoire à l’origine de la calcification. 

Objectif : Démontrer que l’ATX est associée de façon préférentielle à la lipoprotéine(a) et étudier l’activité de cette enzyme au sein de cette fraction lipoprotéique. 

Méthodes : Dans un premier temps, nous avons mis au point la technique d’isolation de la lp(a) et combinant l’ultracentrifugation et des techniques de chromatographie liquide pour obtenir une fraction purifiée. Par la suite, nous avons pu mesurer l’activité ATX dans cette fraction de Lp(a) isolée et également dans des fractions LDL isolées. Pour mesurer cette activité, les fractions sont incubées avec un analogue de la lysoPC, qui émet une fluorescence à 582nm lorsqu’il est clivé. Pour montrer l’association entre ATX et lp(a), nous avons également effectué des immuno-précipitations de l’apo(a) et d’ATX suivis de westerns blot anti ATX et apo(a) respectivement. Ces expériences ont été réalisées chez des sujets sains avec Lp(a) élevée (>100 nmol/L). 

Résultats : L’activité ATX mesurée sur les fractions isolées était plus élevée dans les fractions lp(a) comparé aux fractions LDL et VLDL. Concernant les immuno-précipitations, nous obtenons un signal pour l’apo(a) après avoir immunoprécipité pour l’ATX et inversement. Les liaisons non spécifiques ont été évaluées grâce à un contrôle négatif (IgG). Le  signal correspondant au poids moléculaire de nos molécules d’intérêt était toujours moins intense voire inexistant pour ce contrôle, ce qui suggère la spécificité de la liaison.   

Conclusion : Nos résultats suggèrent que l’ATX serait transportée en circulation sanguine par la Lp(a) et que son activité est plus importante dans la fraction Lp(a) que dans les fractions LDL et VLDL.

16h45 Brassard, Julyanne - Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Marie-Renée Blanchet - Retour à l'horaire

 

La modulation de l’expression du CD103 par les cellules dendritiques : un nouveau mécanisme de régulation de l’initiation de la réponse immune au poumon.

Brassard J, Bernatchez E, Langlois A, Maheux C, Marsolais D, Flamand N et Blanchet M-R

Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec

Introduction : Les cellules dendritiques (DCs) sont les cellules présentatrices d’antigènes principales au poumon. Suivant la capture de l’antigène, elles migrent vers les ganglions pour y déclencher la réponse immune. Les DCs pulmonaires peuvent être divisées en deux sous-populations, soient les DCs CD103-, qui ont des fonctions pro-inflammatoires, et les DCs CD103+, qui sont régulatrices. Ces fonctions distinctes leurs permettent de jouer un rôle crucial dans le maintien de l’homéostasie pulmonaire. Toutefois, les mécanismes régulant l’expression du CD103 sur les DCs sont peu connus. Le lipopolysaccharide (LPS), une endotoxine retrouvée à la surface des bactéries Gram-, provoque une réponse inflammatoire rapide, idéale pour étudier l’initiation de la réponse inflammatoire pulmonaire. 

Objectif : Les objectifs de ce projet étaient de caractériser la proportion de DCs CD103+ au poumon en réponse au LPS et d’étudier les mécanismes impliqués dans la modulation de l’expression du CD103 au poumon. 

Méthodes : Chez des souris exposées au LPS, la proportion de DCs CD103+ a été obtenue par cytométrie en flux. L’expression du CD103 a ensuite été mesuré sur des DCs isolées et stimulées ex vivo au GM-CSF avec ou sans l’ajout de LPS pendant 18h. 

Résultats : 18h suivant l’exposition au LPS, la proportion de DCs CD103+ au poumon diminue. Ex vivo, la stimulation des DCs avec du GM-CSF augmente l’expression du CD103. Par contre, la présence de LPS lors de la stimulation au GM-CSF inhibe cette modulation. 

Conclusion : Nous croyons que la présence de GM-CSF au poumon favorise l’expansion des DCs CD103+, ce qui serait empêché en présence de LPS, provoquant une diminution de la proportion de DCs CD103+. Comme les DCs CD103+ jouent un rôle important dans plusieurs pathologies telles que le cancer et les maladies d’hypersensibilité, l’étude des mécanismes soutenant la modulation de cette molécule chez les DCs pourrait révéler de nouvelles approches nous permettant de réguler la réponse inflammatoire au poumon.

A1 Shen, Mylène - Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Philippe Pibarot - Retour à l'horaire

 

Impact du sexe et de la morphologie de la valve aortique sur la relation entre la calcification valvulaire aortique et le gradient transalvulaire moyen chez des patients atteints de sténose aortique 

Shen M1, Clisson M1, Tastet L1, Capoulade R1, Arsenault M1, Bédard É1, Larose É1, Pibarot P1 et Clavel MA1

1Centre de Recherche de l’Institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec – Université Laval, Québec, QC, Canada 

Introduction : Une précédente étude chez des patients atteints de sténose aortique (SA) a démontré que la relation entre la calcification valvulaire aortique (CVA) et le gradient transvalvulaire moyen (MG) était différente entre les patients avec une valve aortique bicuspide (BAV) et ceux ayant une valve aortique tricuspide (TAV), particulièrement chez les jeunes patients. Alors que les patients avec une TAV et les patients "âgés" avec une BAV avaient une bonne corrélation entre la CVA et le MG, aucune association n’avait été trouvée chez les jeunes patients avec une BAV. Cette différence chez les jeunes patients avec une BAV était particulièrement notable chez les femmes où la combinaison d’un MG élevé avec peu ou pas de CVA était souvent présente. Nous émettons donc l’hypothèse qu’il y aurait une différence reliée au sexe de la relation entre la CVA et la sévérité hémodynamique (MG) de la SA selon la morphologie de la valve aortique (BAV vs TAV).

Objectif : Comparer l’impact du sexe et de la morphologie de la valve aortique (BAV vs TAV) sur la relation entre la CVA et le MG chez des patients atteints de SA. 

Méthodes : Quatre-vingts (80) patients avec une SA dont 40 avec une BAV et 40 avec une TAV ont été appariés pour le sexe et pour la CVA indexée pour la surface de l’anneau aortique (i.e. densité de CVA; CVAd). La CVA par la méthode d’Agatston a été mesurée par tomodensitométrie et les patients ont également passé une échocardiographie Doppler pour évaluer la sévérité hémodynamique de la SA (MG). 

Résultats : La cohorte était composée de 75% d’hommes. Tel qu’attendu, les patients avec une TAV étaient plus âgés (70±11 vs 53±11, p<0.0001) et présentaient plus de facteurs de risque (hypertension, dyslipidémie, diabète, maladie coronarienne) que les patients avec une BAV (tous les p<0.02). La sévérité hémodynamique et la CVAd étaient similaires chez les patients avec BAV et TAV (p>0.21). Pour un même niveau de CVAd, les hommes avaient un MG similaire qu’ils possédaient une BAV ou une TAV (Pancova=0.82) ; alors que chez les femmes, le MG était plus élevé chez les BAV que chez les TAV (Pancova=0.04). Après avoir ajusté pour la CVAd, la morphologie de la valve aortique n'était pas associée avec le MG chez les hommes (p=0.82) alors qu’elle l'était chez les femmes (p=0.04).

Conclusion : Pour le même fardeau de calcification valvulaire, le MG était plus élevé chez les femmes avec une BAV que chez celles avec une TAV alors qu’il n’y avait pas de différence chez les hommes entre les patients avec une BAV et ceux avec une TAV. Ainsi, la CVAd évaluée par tomodensitométrie peut sous-estimer la sévérité de la SA chez les femmes avec une BAV et devrait donc être interprétée avec précaution. D’autres études sont cependant nécessaires pour mieux déterminer les mécanismes sous-jacents à cette différence reliée au sexe entre les patients avec une BAV et ceux avec une TAV développant une SA.

A2 Ribon, Alexandra - Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Aida Bairam - Retour à l'horaire

 

L’estradiol restaure les perturbations induites par l’hypoxie intermittente sur la fonction vasculaire dans un modèle animal d’apnée du sommeil 

Ribon-Demars A1, 2;  Pialoux V; Marcouiller F; Joseph V1 et Bairam A1

1Centre de recherche IUCPQ, Université Laval, Canada ; 2Univ Lyon, Université Lyon1, Laboratoire Interuniversitaire de Biologie de la Motricité, France.

Introduction : Les prévalences de l’apnée du sommeil et de l’hypertension artérielle augmentent chez les femmes ménopausées, suggérant un rôle protecteur des hormones stéroïdiennes. 

Objectif : Dans cette étude, nous avons utilisé un modèle d’apnée du sommeil en exposant des rats femelles à un protocole d’hypoxie intermittente (HI) pour tester l’hypothèse que l’estradiol (E2) protège contre l’hypertension et la dysfonction endothéliale induites par l’HI. 

Méthodes : Des rates non- (SHAM) et ovariectomisées (OVX) ont reçu du véhicule (VEH) ou de l’E2 (0.5mg/kg/j) par pompe osmotique puis ont été placées en normoxie (NOX) ou en HI (21-10% O; 10cycles/h ; 8h/jour) pendant 7 jours. La pression artérielle moyenne (PAM) a été mesurée après les 7 jours d’exposition. Des anneaux aortiques ont été utilisés pour enregistrer la réponse contractile (phénylephrine ; Phe) et la réponse vasodilatatrice endothélium-dépendant (acétylcholine ; Ace). Le taux plasmatique d’endothéline-1 (vasoconstricteur) a été mesuré.

Résultats : L’exposition à l’HI entraine une augmentation de la PAM (p<0.0004) chez les rates OVX, au contraire des rates SHAM ou les OVX traités avec l'E2. La réponse contractile est diminuée chez les rates SHAM (p<0.003) mais pas chez les OVX. Chez les rates OVX-E2 la réponse contractile augmente avec l'IH (p<0.0001) suggérant une régulation différentielle des récepteurs adrénergiques. La réponse dilatatrice n’est pas affectée par l’HI pour les rates SHAM, mais diminue chez les OVX (p=0.05) et augmente chez les OVX-E2 (P=0.005). Ces résultats concordent avec l’élévation du taux plasmatique d’endothéline-1 induite par l'HI chez les OVX (+101,6% ; p<0.05), mais pas chez les SHAM ou les OVX-E2.

Conclusion : Ces résultats suggèrent que, suite à l’exposition à l’HI, l’augmentation de la tension artérielle est, en partie, due à la dysfonction endothéliale macro vasculaire, qui serait réversible par l’administration d’E2. Cette supplémentation pourrait avoir une pertinence clinique pour les femmes souffrant d’apnée du sommeil. Des études ultérieures vont permettre de tester l’hypothèse d’une dérégulation du métabolisme de l’oxyde nitrique. 

A3 Boyer, Marjorie - Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Benoit Arsenault - Retour à l'horaire

 

Impact d’un programme de modification des habitudes de vie sur la capacité des HDL à promouvoir l’efflux de cholestérol chez des hommes avec obésité abdominale

Boyer M1, Poirier P1, Alméras N1, Tremblay A1, Bergeron J1, Després JPet Arsenault B1

1Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec

Introduction : Les hommes avec obésité abdominale sont fréquemment caractérisés par une perturbation du profil de risque cardiométabolique, incluant des niveaux faibles de HDL cholestérol (HDL-C) et d’apolipoprotéine A-1 (apoA-1). La principale fonction des HDL serait de promouvoir l’efflux de cholestérol des macrophages spumeux. Certains chercheurs ont suggéré que la capacité d’efflux du cholestérol (CEC) des HDL serait inversement reliée au risque de maladies cardiovasculaires (MCV) et ce, indépendamment des concentrations de HDL-C. Bien que l’amélioration des habitudes de vie représente la pierre angulaire dans le traitement des MCV, l’impact de celles-ci sur la CEC des HDL n’est pas connu.

Objectif : Déterminer si un programme d’un an visant à augmenter les niveaux d’activité physique et à améliorer la qualité de l’alimentation influence la quantité et la qualité des HDL chez des hommes avec obésité abdominale et dyslipidémie athérogène.

Méthodes : Un total de 215 hommes âgés en moyenne de 48 ± 8.5 ans avec obésité abdominale définie par un tour de la taille élevée (≥90 cm) combinée à la présence de triglycérides élevés (≥1,69 mmol/L) et/ou un HDL-C bas (<1,03 mmol/L) ont été recrutés. Parmi eux, 113 participants éligibles sur 117 ont complété l’intervention d’un an et 32 ont été suivis sans intervention (témoins). Le programme visait à instaurer au moins 160 minutes d’activité physique par semaine d’intensité modérée à élevée (50-80% de la fréquence cardiaque maximum) et à effectuer un remodelage des habitudes alimentaires avec une réduction de l’apport alimentaire de 500kcal par jour. La CEC des HDL a été mesurée avant et après l’année d’intervention à partir du sérum des patients déplétés en apoB en utilisant des macrophages de type J774 (HDL-CEC-J774) et des hépatocytes de type HepG2 (HDL-CEC-HepG2) radiomarquées au 3H cholestérol. Nous avons également obtenu des mesures anthropométriques, un profil lipidique complet ainsi que les surfaces de tissu adipeux viscéral et sous-cutané par tomodensitométrie. Un test oral de tolérance au glucose et un test à l’effort maximal sur tapis roulant ont également été réalisés avant et après l'intervention.

Résultats : Avant l’intervention, la HDL-CEC-J774 était positivement corrélée avec les taux de HDL-C (r=0,41; p<0,0001), d’apoA-1 (r=0,43; p<0,0001) et avec la condition cardiorespiratoire (r=0,18; p=0,03). La HDL-CEC-HepG2 était positivement corrélée avec le HDL-C (r=0,34 ; p<0,0001), l’apoA-1 (r=0,33 ; p<0,0001) et le cholestérol total (r=0,27; p<0,0001). L’intervention a produit une augmentation de la HDL-CEC-J774 (14,1%, p<0,0001) et de la HDL-CEC-HepG2 (3,4%, p=0,01). 

Conclusion : Les résultats de cette étude suggèrent qu’une augmentation de l’activité physique et une meilleure alimentation pourraient avoir un impact positif sur la quantité et la qualité des HDL chez des individus atteints d’obésité abdominale et avec une dyslipidémie athérogène.

A4 Li, Zhi Fei - Étudiant(e) niveau Doctorat en Obésité-Métabolisme avec Dr Elena Timofeeva - Retour à l'horaire

 

Differential effects of fear conditioning in binge eating prone and binge eating resistant rats

Li ZF1,2, Guèvremont G1, Mitra A1,2, Timofeeva E1 

1Institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec, 2Département de médecine, Université Laval.

Introduction : Our lab previously developed a rat model of binge eating, in which binge eating prone (BEP) rats take more sucrose than binge eating resistant (BER) rats, and further increased their sucrose intake after stress. 

Objectif : In this study, we tested the difference of sucrose intake and freezing behaviors between BEP and BER rats under conditioned fear and explored the neuronal mechanism under it.

Méthodes : 11 BEP and 12 BER rats were phenotyped from 39 rats, according to their sucrose intake after stress. In fear-conditioning (FC) training sessions rats from BER-FC and BEP-FC group were presented with a tone paired with a 0.6 mA foot shock; the same tone was presented to control (ctrl) groups, BER-ctrl and BEP-ctrl, without foot shock. During test sessions, we provided access to 10% sucrose and the tone without foot shock.

Résultats : BEP and BER rats had comparable freezing time during training sessions, but in the 1st and 2ndtest sessions, BEP-FC group showed lower freezing behavior than BER-FC group (5.42±2.86 vs 11.76±2.78 s, p<0.05 and 1.27±0.52 vs 9.786±2.85 s, P<0.001 respectively). SI of BER-FC rats in the 1st test session was significantly lower than before training (0.0128±0.0004 vs 0.0262 ± 0.0004 g/g, p<0.001) and after fear-extinction (0.0128±0.0004 vs 0.0226± 0.0003g/g, p<0.001), while other groups took constant amount of sucrose. In addition, BER-FC group had a longer latency to initiate sucrose intake than BEP-FC group (33.10±12.02 vs 3.187±0.72 s, p<0.05). 

Conclusion : With access to sucrose, BEP rats show lower level of fear under aversively conditioned stimulus, and consume constantly high quantity of palatable food, which is a symptom of compulsivity. 

A5 Le Barz, Mélanie - Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr André Marette - Retour à l'horaire

 

Identification de nouvelles souches probiotiques contre le développement de désordres métaboliques dans un modèle de souris soumises à une diète obésogène

Le Barz M1,2,3, Daniel N1,2, Naïmi S2,4, Varin TV2, Pilon G1,2, Audy J5, Laurin E6, Demers-Mathieu1,2, Urdaci MC3, St-Gelais D2,4,7, Roy D2, Fliss I2,4 et Marette A1,2

1Centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et pneumologie de Québec, Université Laval, 2Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels, Université Laval, 3Laboratoire de microbiologie et biochimie appliquées, Bordeaux Science Agro, Université de Bordeaux, 4Centre de recherche en science et technologies du lait, Université Laval, 5Agropur coopérative, 6Ultima Foods, 7Agriculture et Agroalimentaire Canada.

Introduction : Le tractus gastro-intestinal, incluant le microbiote intestinal, représente l’interface entre l’alimentation et l'organisme hôte. Chez l’individu obèse, cet écosystème est altéré et associé à une augmentation de l’inflammation et des désordres métaboliques. Dans ce contexte, l’utilisation de probiotiques pourrait prévenir le syndrome métabolique lié à l’obésité, en améliorant la santé gastro-intestinale. 

Objectif : Étudier l’effet de nouvelles souches bactériennes, préalablement criblées in vitro pour leurs propriétés anti-inflammatoires, chez la souris nourrie sous diète obésogène. 

Méthodes : Des souris mâles C57BL/6 âgées de 8 semaines ont été soumises à un régime riche en gras et en sucre (HFHS) et gavées avec le véhicule ou l'une des 6 souches suivantes : P35 (Propionibacterium freudenreichii), Lb38 (Lactobacillus plantarum), Lb79 (Lactobacillus paracasei/casei), Lb102 (Lactobacillus rhamnosus), Bf26 et Bf141 (2 souches de Bifidobacterium animalis spp lactis) à 109ufc/jour pendant 8 semaines. 

Résultats : P35, Lb38, Lb102 et Bf141 préviennent la prise de poids normalement induite par la diète HFHS, sans affecter la prise alimentaire. Ces 4 souches améliorent la tolérance au glucose et/ou la sensibilité à l'insuline, et leur effet est associé à une diminution de l'accumulation de graisse viscérale (eWAT).  Ces souches bactériennes diminuent également l’inflammation du eWAT, notamment en réduisant la production de MCP-1, chimiokine impliquée dans l’infiltration de macrophages. P35 permet également de prévenir le dépôt de graisse ectopique au niveau du tissu adipeux brun, qui est impliqué dans la thermogenèse. Cette souche particulière augmente également l’excrétion d’énergie dans les fèces traduisant une diminution de l’absorption des nutriments ingérés. D’autre part, l’analyse de l’ARNm au niveau du colon montre que Lb102 augmente l’expression des mucines et des protéines de jonction serrées, suggérant une diminution de la perméabilité intestinale induite par la diète HFHS. De plus, P35, Lb102 et Bf141 diminuent l’expression du r&eaceacute;cepteur Cb1 du système endocannabinoïde, démontrant une amélioration de la santé intestinale. De manière intéressante, aucune des souches bactériennes n’a permis de renverser la dysbiose du microbiote intestinal induite par la diète HFHS, au niveau des grands groupes bactériens. Ce résultat est en accord avec la littérature et ne signifie pas que des modulations au niveau des espèces présentes et l’expression des gènes du microbiote, ne sont pas aussi altérées.

Conclusion : Par le criblage de différentes souches bactériennes, à la fois in vitro et in vivo, nous avons identifié de nouvelles bactéries potentiellement probiotiques qui peuvent prévenir les désordres métaboliques liés à une diète obésogène. 

A6 Gagné, Myriam - Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Louis-Philippe Boulet - Retour à l'horaire

 

Measurement Properties of Patient-Reported Outcome Instruments Measuring Adherence to Inhaled Corticosteroids in Adults With Asthma: A Systematic Review

Gagné M1,2, Boulet LP1,2,3, Pérez N4, Moisan J4,5

1Chaire de transfert de connaissances, éducation et prévention en santé respiratoire et cardiovasculaire, Université Laval; 2Centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec – Université Laval; 3Faculté de médecine, Université Laval; 4Centre de recherche du CHU de Quebec – Université Laval, Axe Santé des populations et pratiques optimales en santé; 5Faculté de pharmacie, Université Laval

Introduction : In individuals with uncontrolled asthma, physicians should first assess adherence to inhaled corticosteroids (ICS), and, in patients who are considered as adherent, subsequently escalate pharmacotherapy. In this context, proper measurement of adherence is crucial.

Objectif : We aimed to determine the measurement properties of all available patient-reported outcome instruments (PROs) used to measure adherence to ICS in adults with asthma.

Méthodes : Based on the COSMIN, we conducted a systematic review. We searched seven databases without time restrictions. Two reviewers independently included English, French and Spanish studies on the measurement properties of all available PROs that were found to measure adherence in adults aged ≥18 years with asthma. Using a predefined form, they extracted data on the following PROs’ measurement properties: internal consistency, reliability, measurement error, construct validity (including structural, hypotheses testing, and cross-cultural validity), criterion validity, and responsiveness. Reviewers rated the quality of the measurement properties as positive, poor, or unclear using published quality criteria. They also rated the methodological quality of the included studies using the 4-point scale COSMIN checklist (from excellent to poor). Data were qualitatively synthesized to present the measurement properties of each PRO.

Résultats : We included 12 studies that aimed to assess the measurement properties of 11 PROs in adults with asthma. The following measurement properties were assessed: internal consistency (n=7 studies, 7 PROs), reliability (n=1 study, 1 PRO), structural validity (n=4 studies, 4 PROs), hypotheses testing validity (n=6 studies, 6 PROs), cross-cultural validity (n=1 study, 1 PRO), and criterion validity (n=8 studies, 8 PROs). In the majority of the cases, the outcome quality was rated as unclear. Methodological quality scores per study were either fair or poor.

Conclusion : Our results suggest that only some measurement properties of the PROs have been assessed in studies that lacked high methodological quality. We cannot recommend the use of a particular PRO to measure adherence to ICS in routine care. High-quality studies on measurement properties are needed to ensure proper assessment of adherence to ICS in routine care.

A7 Hervault, Maxime - Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Marie-Annick Clavel - Retour à l'horaire

 

Les différences liées au sexe dans le remodelage des valves aortiques bicuspides et tricuspides sténosées.

Hervault M1, Shen M1, Perron M1, Clisson M1, Boulanger MC1, Mathieu P1, Clavel MA1

1Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec

Introduction : Pour une sévérité hémodynamique donnée dans un contexte de sténose valvulaire aortique (SVA), les hommes présentent une calcification plus importantes de leurs valves aortiques que les femmes. Nous avons également précedemmnent démontré que, pour un score calcique identiaue, les femmes présentaient une quantité de fibrose plus importante.

Objectif : Le but de cette étude est d’étudier l’impact de la fibrose sur des valves tricuspides (TAV) et bicuspides (BAV) qui ont été explantées chirurgicalement. 

Méthodes : Quarante-trois femmes et 43 hommes ont été appariés pour la sténose aortique, l’âge, l’indice de masse corporel, hypertension, insuffisance rénale, diabète, débit transvalvulaire et la sévérité de la SVA déterminée par l’échocardiographie Doppler préopératoire (gradients et aire valvulaire aortique indexée). Les valves explantées ont été congelé en OCT puis des coupes de 6 µm d’épaisseur ont été réalisées. Ensuite, les tissues ont été colorés au trichrome Masson afin de déterminer le taux de calcification et le ratio de tissue dense / tissue lâche.

Résultats : Dans cette cohorte, 28 patients présentaient une valve tricuspide, et 58 une valve bicuspide. Parmi les patients avec une BAV, 24 étaient considérés comme jeune (YBAV ; âge<60 ans) et 34 comme étant plus vieux (OBAV). Comme attendu, les patients jeunes avaient moins de comorbidités alors que la sévérité de la SVA la fonction du ventricule gauche étaient comparable entre les 3 groupes (aire valvulaire indexée 0.39±0.08cm2/m2 et fraction d’éjection de 60±6%; tous p>0.67).

Comparativement aux hommes, les valves aortiques des femmes (TAV et BAV) avaient un taux de calcification plus faible (5.1 vs 13.4%; p=0.03), comme attendu. Chez les hommes, la quantité de calcium et de tissue dense/lâche ne varie pas selon le phénotype de la valve ou selon l’âge (tous p>0.69). Toutefois, parmi les femmes, la quantité de tissue dense étaient diminuée dans le groupe YBAV par rapport au groupe TAV (47.5 vs 69.2%, p>0.01) et la quantité de tissue lâche augmenté dans les 2 groupes BAV comparé au groupe TAV (YBAV 49.1%, OBAV 38.4% vs TAV 23.8%, p≤0.04). Nous avons également noté une quantité de calcium 2 fois plus faible chez le groupe YBAV quand dans les autres groupes, OBAV et TAV (3.4 vs 6.9 or 7%).

Conclusion : Contrairement aux résultats obtenues chez les hommes, où nous n’avons trouvé aucune différence de teneur en calcium et en tissue dense ou lâche selon le phénotype de la valve et l’âge, nous avons observé chez les femmes YBAV une plus faible quantité de tissu dense et de calcification. Ainsi, la calcification-fibrose de la valve aortique semble être spécifique de l’âge et du sexe et interagit probablement avec l’anatomie des feuillets. Davantage de travaux sont nécessaire pour identifier les molécules clés des processus spécifiques au sexe et à l’âge qui sont liées à la fibrose et la minéralisation de la valve aortique. 

A8 Abu-Alhayja'a, Rami - Moniteur de recherche clinique en Cardiologie avec Dr Philippe Pibarot - Retour à l'horaire

 

Human Epididymis protein 4 (HE4) is associated with Outcome in Low-Flow, Low-Gradient Aortic Stenosis

Rami Abu-Alhayja'a¹, Abdellaziz  Dahou¹, Marie-Annick Clavel¹, Khitam Aldahoun¹, Lionel Tastet¹,  Nancy Côté¹,  Jonathan Beaudoin¹, Josep Rodés-Cabau¹, Brian Lindman², Philippe Pibarot¹

1Centre de Recherche de l'Institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec; 2Cardiovascular Division, Wachington University School of Medicine, St.Louis, MO.

Introduction : Plasma level of Human Epididymis protein 4 (HE4) has been shown to be associated with increased risk of mortality in patients with heart failure.

Objectif :  The objective of this study was to examine the prognostic value of HE4 in patients with low-flow, low-gradient aortic stenosis (LF-LG AS) with either preserved or reduced LVEF.

Méthodes : Eighty patients (mean age: 73±10 year; 75% men) with LF-LG AS (LVEF <50% and/or stroke volume index [SVi] <35 ml/m2, mean gradient <40 mmHg, and indexed aortic valve area <0.6 cm/m2) prospectively enrolled in the True or Pseudo-severe Aortic Stenosis (TOPAS) study were included in this analysis. Forty-seven patients (58%) underwent aortic valve replacement (AVR) within 3 months following inclusion. The cohort was divided into two groups according to the median value of HE4 plasma levels (90 pmol/l). The primary endpoint was all-cause mortality.

Résultats : Patients with higher HE4 plasma level were older and had lower LVEF (all p<0.05). Twenty-seven patients died during a median follow-up of 2.8 years [IQR=1.2-4.0]. The 3-year survival rate was significantly lower in patients with higher HE4 plasma level (65±8% vs. 93±7%; p=0.0002). In Cox proportional hazard regression model adjusted for EuroSCORE and LVEF, HE4 ≥90 pmol/l was associated with increased risk of all-cause mortality (Model #1: HR=5.46; p=0.003). Further adjustment for type of treatment (AVR vs. conservative) provided similar results (Model #2: HR=4.78; p=0.007). HE4 remained associated with an increased mortality rate when adjusted for NTpro-BNP instead of LVEF in Model #2 (HR=4.04; p=0.01).

Conclusion : In patients with LF-LG AS, elevated HE4 plasma level was associated with higher risk of mortality even after adjustment for clinical risk, type of treatment, LV function, and natriuretic peptide level. This new biomarker may be useful to enhance risk stratification in LF-LG AS patients.

B1 Lechasseur, Ariane - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr Mathieu Morissette - Retour à l'horaire

 

Impacts pulmonaires de la cigarette électronique et de sa double utilisation électronique avec le tabac chez la souris

Ariane Lechasseur1,2, C-A Huppé1,2, J-C Bérubé1,2, É Jubinville1,2, J Routhier1,2, M Hamel-Auger1,2, M-J Beaulieu1, S Aubin1, M-È Paré1, Y Bossé1,3, D Marsolais1,3, C Duchaine1,4 et MC Morissette1,3.

1Centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, 2Faculté des études supérieures, Université Laval, ­3Faculté de Médecine, Université Laval, ­­4Faculté des sciences et de génie, Université Laval

Introduction : La majorité des utilisateurs de cigarette électronique sont également des fumeurs de cigarettes de tabac. Cependant, nous connaissons peu les effets de la cigarette électronique sur la santé respiratoire, et encore moins lorsque superposés à la cigarette de tabac.

Objectif : Investiguer les effets pulmonaires d’une double exposition à la cigarette de tabac et à la cigarette électronique. 

Méthodes : Les souris ont été exposées 2 h/jour, 5 jours/semaine pour des périodes de 2 à 8 semaines en utilisant deux systèmes de type « whole-body » indépendants. Les souris ont été exposées le matin à la fumée de cigarette de recherche 3R4F, et l’après-midi aux vapeurs de cigarette électronique. Le e-liquide est composé de 30% de glycérol et de 70% de propylène glycol, et ne contient ni nicotine ni saveur. L’inflammation pulmonaire a été déterminée par cytologie des lavages bronchoalvéolaires. Les effets de la cigarette électronique sur le transcriptome pulmonaire ont été évalués à l’aide de puces d’expression génique et par PCR quantitatif.

Résultats : Les analyses sur puces d’ADN montrent que la cigarette électronique a un impact sur le cycle circadien pulmonaire. Des analyses périodiques sur 24h montrent que la rythmicité de plusieurs gènes impliqués dans la régulation du cycle circadien est perturbée par l’exposition à la cigarette électronique. Bien que seule, la cigarette électronique n’entraine pas d’inflammation pulmonaire, les souris exposées à la cigarette de tabac et à la cigarette électronique développent une augmentation de neutrophiles dans le lavage broncho-alvéolaire, ainsi que de l’expression pulmonaire de la cytokine cxcl5, comparativement à celles exposées seulement au tabac. Les analyses de fonctions pulmonaires par FlexiVent n’ont pas montré de différence dans la compliance, l’élastance ou la résistance des souris fumeuses comparativement à celles exposées au tabac et à la cigarette électronique.

Conclusion : La cigarette électronique cause une exacerbation de l’inflammation induite par la cigarette de tabac. Bien que le mécanisme d’action demeure encore inconnu, cela pourrait être expliqué par le dérèglement de l’horloge pulmonaire induit par la cigarette électronique. Des recherches cliniques seront nécessaires afin de déterminer si l’utilisation de la cigarette électronique en concomitance avec la cigarette de tabac influence également la santé pulmonaire chez l’humain.

B10 Lampron, Marie-Claude - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr Roxane Paulin - Retour à l'horaire

 

L'effet thérapeutique d'un inhibiteur de Pim1, le SGI-1776, dans l'hypertension artérielle pulmonaire  

Lampron M-C1, Samson N1, Meloche J1, Tremblay E1, Provencher S1, Bonnet S1, Boucherat O1 et Paulin R1.

1Groupe de recherche en hypertension pulmonaire et biologie vasculaire; Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Faculté de médecine, Université Laval.

Introduction : L’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) est caractérisée par une augmentation des pressions pulmonaires menant ultimement à une défaillance cardiaque droite. La paroi vasculaire est remodelée du fait d’une sur-prolifération et d’une résistance à l’apoptose des cellules musculaires lisses des artères pulmonaires (CMLAP), rappelant un phénotype cancéreux. Nous avons précédemment démontré que la surexpression de Pim1 en HTAP est en partie responsable de ce phénotype. Depuis, Pim1 a été impliqué dans diverses autres voies de signalisation comme la réparation du dommage à l’ADN, mais cela n’a pas été exploré en HTAP. De plus, certains inhibiteurs spécifiques de Pim1, comme le SGI-1776, ont été testés en essais cliniques et leur utilisation pourrait être accélérée pour les patients atteints d’HTAP. 

Objectif : L’objectif de cette étude est d’évaluer le potentiel thérapeutique du SGI-1776 et d’élucider l’implication de Pim1 dans la réparation du dommage à l’ADN en HTAP.

Méthodes : Des tissus pulmonaires humains ont été obtenus lors de transplantations et/ou autopsies. Les CMLAP ont été isolées par digestion enzymatique à partir des artérioles pulmonaires provenant de ces tissus. Les techniques standard d’immunofluorescence ont été utilisées pour déterminer la prolifération (Ki67) et l’apoptose (AnnexinV) des CMLAP. La technique d'immunobuvardage conventionnelle a permis de déterminer le niveau d'expression protéique de différentes cibles de Pim1. Ces techniques sont utilisées également lorsque les cellules sont traitées au SGI-1776 à différentes doses. L'essai Comet, des immunofluorescences et un ELISA compétitif sensible au stress oxydatif sont différentes approches utilisées afin d'évaluer le dommage à l'ADN. Des rats injectés à la monocrotaline (MCT), servant de modèle animal d'HTAP, ont été traités au SGI-1776 (10mg/kg) pendant deux semaines, suite au développement de la maladie. Un cathétérisme cardiaque est fait afin de mesurer la pression pulmonaire et les organes d'intérêts sont récoltés, afin d'effectuer par exemple, une coloration des tissus (hématoxyline éosine) permettant d'évaluer le remodelage des artères pulmonaires distales des différents groupes du protocole. 

Résultats : In vitro, dans les CMLAP-HTAP traitées au SGI-1776 (1, 3 et 5µM pendant 48h), la phosphorylation de BAD est diminuée, démontrant une diminution de l’activité kinase de Pim1 par SGI-1776. La translocation nucléaire de Ku70, une protéine de reconnaissance des dommages à l’ADN, est significativement diminuée via une reduction de son expression relative dans le noyau, détectée par immunofluorescence. Ceci est associé à une diminution de la réparation (γH2AX) et une augmentation des dommages à l’ADN via divers mécanismes, tels que les dommages à l'ADN simple brin qui présentent un index de dommage à l'ADN augmenté suite au traitement par le SGI-1776. Par immunofluorescence, nous démontrons que le SGI-1776 réduit la prolifération (40% vs 70%) et augmente l’apoptose (45% vs 15%) des CMLAP-HTAP de manière dose-dépendante. In vivo, SGI-1776 diminue les pressions pulmonaires (n=25, 30±2mmHg vs 49±5mmHg), diminue le remodelage des artères pulmonaires distales (H&E, 45% vs 65%) et diminue la prolifération (5% vs 20%) .

Conclusion : Suite à l'implication de Pim1 dans le dommage à l'ADN, nous avons démontré à nouveau l’intérêt que représente l’inhibition de Pim1 en HTAP. Ainsi, le SGI-1776 représente une solution thérapeutique intéressante pour ces patients.

B2 Marchand, Geneviève - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Obésité-Métabolisme avec Dr André Tchernof - Retour à l'horaire

 

 

Les variations de la masse adipeuse contribuent à l’association positive entre le niveau d’estradiol circulant et la résistance à l’insuline chez la femme ménopausée

Marchand GB1,2, Carreau AM2,3, Weisnagel JS4, Bergeron J4, Labrie F5, Lemieux S1,6, Tchernof A1,2

1École de Nutrition, Université Laval, 2Institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec – Université Laval, 3Division d’Endocrinologie, Département de Médecine, Université de Sherbrooke, 4Centre de recherche du CHU de Québec – Université Laval, 5Endoceutics Inc., Québec, 6Institut sur la Nutrition et les Aliments Fonctionnels

Introduction : La relation entre les niveaux d’estrogènes circulants et la résistance à l’insuline est équivoque chez les femmes ménopausées. De plus, certaines études suggèrent qu’une plus grande masse grasse corporelle est associée à une augmentation du niveau d’estrogènes plasmatique.

Objectif : Examiner la relation entre les niveaux d’estrogènes, la résistance à l’insuline et l’adiposité chez la femme ménopausée. D’autres stéroïdes circulants ont aussi été examinés.

Méthodes : 15 stéroïdes et leurs métabolites ont été mesurés chez 98 femmes ménopausées (âge 57±7 ans; IMC 27,9±4,8 kg/m2) par méthode LC-MS/MS. La sensibilité à l’insuline a été déterminée par clamp euglycémique hyperinsulinémique. La composition corporelle et la distribution des graisses ont été déterminées par pesée hydrostatique et par tomographie axiale. Le profil lipidique ainsi que certaines cytokines circulantes ont été mesurés.

Résultats : Les femmes présentant des niveaux d’estradiol plus élevés étaient caractérisées par une sensibilité à l’insuline abaissée (p=0,001), un profil lipidique altéré (p=0,03 à 0,007) ainsi que des niveaux plus élevés de hs-CRP et d’IL-6 circulants (p=0,002 et p<0,0001). Le pourcentage de masse grasse corporelle était fortement et positivement corrélé avec les niveaux d’estradiol (r=0,61, p<,0001). Les taux d’estradiol étaient en moyenne de 3,26 pg/mL chez les patientes obèses et 7,33 pg/mL chez les minces. En ajustant pour le pourcentage de masse grasse, les corrélations observées entre l’estradiol et les variables métaboliques étaient non significatives. Des résultats similaires étaient observés pour l’estrone et l’estrone-sulfate, excepté que ce dernier demeurait significativement corrélé avec certaines variables métaboliques suite à l’ajustement.

Conclusion : Chez les femmes ménopausées, les niveaux d’estradiol circulants sont positivement corrélés avec la résistance à l’insuline, un profil lipidique altéré et un niveau plus élevé de cytokines pro-inflammatoires. Ces associations sont expliquées principalement par les variations concomitantes d’adiposité totale.

B3 Rahimaly, Kevan - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Cardiologie avec Dr Patrice Brassard - Retour à l'horaire

 

­Elevated Cardiorespiratory Fitness is Associated with Blunted Cerebral Pressure-Flow Relationships

Patrice Brassard1,2, Myriam Paquette1,2, Olivier Le Blanc1,2, Simon Malenfant1,2, Kevan Rahimaly1,2, Samuel JE Lucas 3, Damian M. Bailey 4,5

1Department of Kinesiology, Faculty of Medicine, Université Laval, Québec, Canada; 2Research center of the Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Québec, Canada; 3School of Sport, Exercise and Rehabilitation Sciences, University of Birmingham, Birmingham, UK; 4Neurovascular Research Laboratory, Faculty of Life Sciences and Education, University of South Wales, South Wales, UK; Department of Medicine, University of British Columbia, Canada

Introduction : There appears to be a “hemodynamic paradox” associated with elevated cardiorespiratory fitness; in that it has a differential impact on cerebral blood flow and orthostatic tolerance. A reduction in orthostatic tolerance with high cardiorespiratory fitness may be related to a blunted cerebral pressure-flow relationship during rapid changes in blood pressure, and not only a consequence of inadequate cerebral perfusion, but the research on these relations remain equivocal.

Objectif : This study aims to evaluate whether cardiorespiratory fitness influences cerebral pressure-flow relationships during rapid changes in blood pressure and the consequences for orthostatic intolerance.

Méthodes : Mean arterial pressure (MAP; finger photoplethysmography) and middle cerebral artery flow velocity (MCAv; transcranial Doppler ultrasound) were continuously monitored in 19 male endurance athletes (V̇O2max: 56±5 mL·kg-1·min-1) and 8 inactive/moderately active control participants (39±5 mL·kg-1·min-1, P<0.01). Orthostatic tolerance was assessed by the prevalence of presyncope during a 20-min 70° head-up tilt. Cerebral pressure-flow relationships were assessed by: [1] the time delay before onset of regulation (increase in the cerebrovascular conductance index (MCAvmean/MAP)) and [2] rate of regulation, after transient hypotension induced by bilateral thigh-cuff release and sit-to-stand, and transfer function analysis (TFA) of blood pressure and MCAv responses during [3] spontaneous and [4] forced oscillations induced via 5-min of repeated squat-stand maneuvers at both 0.05 and 0.10 Hz. 

Résultats : Prevalence of presyncope was not different between groups (p=0.41). The time delay before onset of regulation tended to be longer in athletes compared to controls after thigh-cuff deflation (p=0.11) and prolonged after sit-to-stand (3.2 ± 1.6 vs. 1.4 ± 1.1 s; p=0.01), and the latter correlated with V̇O2max (r=0.46, p=0.03). Rate of regulation was similar between groups irrespective of the technique employed. Athletes had lower TFA phase in the low frequency (p<0.01) range and higher TFA gain during 0.1 Hz squat-stand compared to controls (p=0.01). Metrics describing cerebral pressure-flow relationships did not correlate with orthostatic tolerance.

Conclusion : These results indicate an attenuated ability of the cerebral vasculature to react to slow rhythmical oscillations as well as rapid and large changes in blood pressure in fit individuals. However, these functional cerebrovascular adaptations do not influence orthostatic tolerance. 

B4 Gagné-Thivierge, Cynthia - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr Steve Charette - Retour à l'horaire

 

Le gène bamB est nécessaire à la virulence de Pseudomonas aeruginosa LESB58

Gagné-Thivierge C1,2, Kukavica-Ibrulj I2, Filion G1,2, Dekimpe V3, Tan SGE1,2, Deziel E3, Levesque RC2 et Charette SJ1,2

1Centre de recherche de l’Institut universitaire en cardiologie et pneumologie de Québec (CRIUCPQ); 2Institut de biologie intégrative et des systèmes (IBIS), Université Laval; 3INRS – Institut Armand-Frappier

Introduction : La condition pulmonaire des gens atteints de fibrose kystique (FK) favorise l’implantation d’agents pathogènes opportunistes, la bactérie Pseudomonas aeruginosa (P.a.) étant la plus problématique. Une fois installée dans les poumons, P.a. s’adapte à son nouvel environnement et forme un biofilm dont l’élimination devient presque impossible. Pour comprendre les mécanismes de virulence de P.a. en contexte pulmonaire, il est nécessaire d’étudier des souches de P.a. responsables d’infections chroniques chez les personnes souffrant de FK, telle la souche LESB58, plutôt que d’explorer la virulence de souches classiques provenant d’infections cutanées. À cette fin, la mutagenèse par étiquette a permis de créer une banque de 9 216 mutants de LESB58.

Objectif : La caractérisation phénotypique de mutants avirulents aidera à déterminer au niveau moléculaire le rôle des gènes mutés dans la virulence de LESB58.

Méthodes : Un criblage génétique successif chez trois hôtes différents (le rat, l’amibe et la drosophile) a permis d’identifier un mutant fortement avirulent. L’indice de compétitivité du mutant chez le rat a été calculé et des courbes de croissance ont été établies en plaques 24 puits dans différentes conditions, permettant également de visualiser la formation de biofilm.

Résultats : L’avirulence multihôte du mutant suggère que le gène inactivé est essentiel à la virulence de LESB58. Ce gène, bamB, participe au processus d’assemblage et d’insertion de barils-bêta de protéines dans la membrane externe de la bactérie. La virulence du mutant dans les poumons, chez le rat, est 20 fois moins importante que la souche sauvage malgré qu’il ne montre pas de défaut de croissance. Comparativement à la souche sauvage, le mutant montre toutefois une production de biofilm grandement diminuée, un paramètre important pour l’établissement de l’infection pulmonaire par LESB58.

Conclusion : Ces résultats indiquent que bamB est un gène nécessaire à la virulence de LESB58 et donc, dans le contexte de la FK, offre une cible thérapeutique potentielle.

B5 Beaulieu, Sarah - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Obésité-Métabolisme avec Dr Alain Veilleux - Retour à l'horaire

 

 

Impact d’un excès de nutriments sur la signalisation de l’insuline dans les entérocytes 

Beaulieu, Sarah*(1,2,3), Rousseau, Michèle (1,2); Houde, Alain (2), Clevers, Hans (4) et Veilleux, Alain (1,2,3)

(1) École de nutrition, Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation (FSAA), Université Laval; (2) Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels (INAF); (3) Centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ), Université Laval; (4) Hubrecht Institute, Université d’Utrecht (NL)

Introduction : Plusieurs altérations métaboliques ont été documentées dans l’intestin grêle en présence d’obésité et de résistance à l’insuline dans des modèles animaux et des sujets humains. Le développement d’une résistance à l’insuline entérique a été suggéré comme un facteur central de ces altérations, notamment dans l’absorption des nutriments, le métabolisme lipidique, la régulation endocrinienne et la barrière épithéliale. Cependant, la capacité des entérocytes à répondre à l’insuline ainsi que leur prédisposition à développer un état résistance à cette hormone demeure peu étudiée. Nous proposons que l’insuline contribue à l’homéostasie du métabolisme intestinal et que certaines composantes endogènes associées à l'obésité et au diabète de type 2 puissent contribuer au développement d’une résistance à l’insuline locale et aux complications métaboliques.

Objectif : Établir la capacité des entérocytes à effectuer efficacement la signalisation de l’insuline et de développer un état de résistance à l'insuline en présence d'excès de nutriments. 

Méthodes : La signalisation de l'insuline a été évaluée dans les organoïdes épithéliaux dérivés du duodénum de souris C57bl/6J. La surface basolatérale des organoïdes a été exposée à des concentrations croissantes de glucose et d'acides gras (AG) durant 24 heures. Par la suite, les organoïdes ont été stimulés avec l’insuline pendant 30 minutes. Les acides gras (oléique : palmitique, 2:1) ont été conjugués à l'albumine selon le rapport molaire AG/albumine correspondant à des niveaux physiologiques (2:1 - 0,2 mM AG) ou associés à une dyslipidémie (5:1 - 0,5 mM AG ou 6:1 - 0,6 mM AG).

Résultats : Tel que démontré par une phosphorylation d’Akt accrue sur la sérine 473, l’insuline induit une augmentation de la signalisation intracellulaire de façon dose (0,1 à 200 nM, n = 9; P <0,01) et temps (15, 30 et 60 min; n = 3; P < 0,05) dépendante dans les organoïdes épithéliaux. La concentration efficace médiane (CE50) de l’insuline est de 7,1 nM (IC95: 5,1 - 9,9 nM; n = 9) alors qu’une concentration de 50 nM permet d’atteindre une stimulation maximale. Afin d’observer l’effet de divers nutriments sur la réponse à l’insuline, une concentration submaximale d’insuline de 10 nM a été utilisée pour l’étude. L'exposition des organoïdes à des concentrations croissantes de glucose induit une réduction de la réponse à l'insuline. Comparativement à une concentration de glucose de 1000 mg/L (5,5 mM), la phosphorylation d’Akt est réduite de 28 ± 7% (n = 5 ; P < 0,05) et de 43 ± 13% (n = 5 ; P < 0,01) en présence de 2600 mg/L (11 mM) et de 4500 mg/L (25 mM), respectivement. De même, la sensibilité à l’insuline des organoïdes intestinaux exposés à un rapport molaire AG/albumine élevé (5:1 ou 6:1) est réduite de plus de 37 ± 8% (n = 12 ; P < 0,01) comparativement aux organoïdes exposés à des niveaux d’AG plus faibles (2:1).

Conclusion : Les résultats démontrent que les entérocytes ont le potentiel de répondre à l’insuline et qu’un excès de nutriments au niveau basolatéral peut induire le développement d’une résistance à l’insuline. Ce modèle de résistance à l'insuline entérique pourra nous aider à améliorer notre compréhension des facteurs intestinaux et des événements moléculaires conduisant à la perturbation de l’homéostasie métabolique intestinale. L'état de résistance à l’insuline induit par le glucose et les AG suggère une contribution du microenvironnement endogène de la muqueuse intestinale dans les complications métaboliques intestinales associées à l’obésité et au diabète de type 2.

B6 St-Aubin, Alix - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Cardiologie avec Dr Paul Poirier - Retour à l'horaire

 

 

Impact d’un programme d’exercice supervisé sur la capacité fonctionnelle chez une population obèses sévères ayant subi une chirurgie bariatrique.

Alix St-Aubin1,2, Audrey Auclair3, Jany Harvey3,4, Myriam Pettigrew3,4, Shanoor Salime Nazaraly3,4, Simon Marceau2,3, Laurent Biertho2,3 et Paul Poirier3,4

1Centre hospitalier de l’Université Laval, Québec, Canada,  2Faculté de médecine, Université Laval, Québec, Canada, 3Centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Québec, Canada, 4Faculté de pharmacie, Université Laval, Québec, Canada

Introduction : L’obésité sévère est une condition de santé associée à de nombreuses comorbidités ainsi qu’à une diminution de la capacité fonctionnelle. Jusqu’à présent, la chirurgie bariatrique est le traitement à long terme le plus efficace pour la perte de poids et le maintien de celui-ci chez les obèses sévères.

Objectif : L’objectif cette étude était de mesurer l’effet d’un programme d’exercice supervisé de 12 semaines sur la capacité fonctionnelle suivant une chirurgie bariatrique. 

Méthodes : Les patients (n=60) étaient randomisés dans deux groupes, soit celui soumis à un programme d’exercice supervisé (exercice, n=40) et celui soumis au traitement usuel, c’est-à-dire, sans programme d’exercice (témoin, n=20). Pour tous les patients, des mesures anthropométriques (tour de taille, mesure de bio-impédance), le test de « Sit-to-Stand » sur 30 secondes et la force de préhension étaient réalisés avant et à 3 et 6 mois après la chirurgie bariatrique. Les patients dans le groupe exercice devaient réaliser un programme de 60 minutes d’activité physique supervisée, 3 fois par semaine, pour une durée de 12 semaines entre le 3e et 6e mois suivant la chirurgie bariatrique. 

Résultats : Un total de 52 patients ont été considérés dans les analyses (35 exercices, 17 témoins). Avant la chirurgie, les groupes étaient similaires pour la proportion de femmes (77% vs. 71%; respectivement exercice vs. témoin), l’âge (42±12 vs. 41 ± 12 ans), le tour de taille (132,8 ±11,5 vs. 134,2±12,6 cm), l’indice de masse corporelle (46,5± 6,4 kg/m2 vs. 44,5 ± 5,0 kg/m2), le nombre de répétitions durant le test « Sit-to-Stand » (11±3 vs. 11±2)  et la force de préhension (64±20 vs. 62±21 kg). À 3 mois, les changements dans les mesures étaient les mêmes pour les deux groupes. Pendant la période d’exercice, la réduction des valeurs anthropométrique était similaire. Par contre, il y avait une augmentation plus importante du nombre de répétitions dans le test de « Sit-to- Stand » dans le groupe exercice (2±2 vs. 0±1 kg; p=0,003) et une tendance (p=0,09)  vers une augmentation plus importante de  la force de préhension dans le groupe témoin (0±9 vs. 4±8 kg). Cependant, à 6 mois, la force de préhension était similaire entre les deux groupes (64±24 vs. 63±19 kg).

Conclusion : Ces données suggèrent qu’un entraînement supervisé possède un effet positif sur le test fonctionnel de Sit-to-Stand sans avoir d’impact significatif sur la force de préhension.

B7 Roy, Emma - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr François Maltais - Retour à l'horaire

 

Évolution post-opératoire des patients porteurs d'une maladie pulmonaire obstructive chronique légère à modérée à la suite d’une résection pour cancer pulmonaire

Emma Roy1,2, Justine Rheault2, Marc-Antoine Pigeon2, Yves Lacasse1,2, Paula A. Ugalde1,2, François Maltais1,2

1Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec; 2Université Laval, Ville de Québec, Province de Québec, Canada

Introduction : La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) est associée à une augmentation de la morbidité post-opératoire et à une survie à long-terme diminuée à la suite d’une résection de cancer pulmonaire. Cependant, l’influence d’une MPOC légère sur l’évolution post-opératoire et sur la survie à long-terme est incertaine.

Objectif : Les objectifs de cette étude sont les suivants:

a) Déterminer quelle est la proportion de patients souffrant d'une MPOC dans une population de patients opérés pour un cancer pulmonaire;

b) Déterminer si le taux de complications post-opératoires est plus élevé chez les MPOC que chez les patients ayant une fonction respiratoire normale;

c) Évaluer si la sévérité de la MPOC influence la survenue de complications post-opératoires;

d) Vérifier si la survie à long-terme est diminuée chez les MPOC en comparaison avec les patients ayant une fonction respiratoire normale.

Méthodes : Nous avons procédé à l’analyse rétrospective de toutes les chirurgies pour cancer pulmonaire ayant eu lieu entre 2002 et 2012 à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec. La MPOC a été définie par la présence d’un syndrome obstructif à la spirométrie (indice de Tiffeneau pré-opératoire < 0.7) associé à une histoire tabagique minimale de 10 paquets-années. La sévérité de la MPOC a été déterminée selon la classification de la Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease (GOLD 1 à 4). Les patients ayant une fonction respiratoire anormale causée par une maladie autre que la MPOC ont été exclus.

Résultats : 1477 résections de cancer pulmonaire ont été révisées et 1180 patients répondant aux critères d’inclusion ont été inclus dans l’étude. Parmi ceux-ci, 679 patients (58%) avaient une MPOC (GOLD 1 (légère), n = 346; GOLD 2 (modérée), n = 283; GOLD 3 (sévère), n = 50); 501 patients avaient une fonction respiratoire normale (témoins). À la suite de la chirurgie, les patients MPOC ont présenté davantage de complications, incluant en particulier une pneumonie (6.9% vs 3.4%; P=0.0090) et une fuite d’air prolongée (13.7% vs 5.2%; P<0.0001).  Ni la MPOC ni sa sévérité n’ont influencé la survie à long terme de ces patients.

Conclusion : Les patients porteurs d’une MPOC subissant une résection pour cancer pulmonaire sont plus à risque de souffrir de complications post-opératoires que les patients ayant une fonction respiratoire normale.  La présence de la MPOC en elle-même n’influençait pas la survie à long terme. Les résultats de notre étude s’appliquent principalement aux patients avec une MPOC de grade 1 et 2. Considérant le nombre limité de patients GOLD 3 dans notre échantillon, ces résultats ne peuvent pas être appliqués à des patients ayant une MPOC sévère.

B8 Nolin, Marc-André - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Obésité-Métabolisme avec Dr Frédéric Picard - Retour à l'horaire

 

La protéine circulante IGFBP-2 est associée de façon négative au diabète et à l’albuminurie chez les adolescents diabétiques de type 2

Nolin Marc-André1,2, Frédéric Picard1,2 et McGavock Jonathan3,4

1Centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, 2Faculté de pharmacie de l’Université Laval, 3University of Manitoba, 4Children’s Hospital Research Institute of Manitoba.

Introduction : La protéine circulanteIGFBP-2 (Protéine de liaison du facteur de croissance analogue à l'insuline 2) a été associée à des modifications du profil cardiométabolique. Chez l’homme, les niveaux plasmatiques d’IGFBP-2 sont inversement proportionnels aux niveaux d’Apo B et de cholestérol LDL tout en étant proportionnels à la sensibilité à l’insuline. Ainsi, il semblerait que plus le niveau sanguin d’IGFBP-2 est élevé, plus le sujet semble être en bonne santé métabolique. À ce jour, il existe cependant peu de liens entre IGFBP-2 et les maladies cardiométaboliques. L’étude ICARE (The Improving Renal Complications in Adolescents With Type 2 Diabetes Through the REsearch) est une étude observationnelle prospective multicentrique étudiant les facteurs entourant la néphropathie diabétique chez une population pédiatrique. Pour la première fois, IGFBP-2 est étudiée dans un contexte physiopathologique de néphropathie diabétique.

Objectif : Établir une relation entre les niveaux plasmatiques d’IGFBP-2 et l’albuminurie chez des patients adolescents diabétiques de type 2

Méthodes : Dans le cadre de l’étude ICARE, des collectes de données anthropologiques et des analyses de prélèvements sanguins ont été effectués sur 66 sujets âgés entre 10 et 25 ans présentant un surplus de poids. 10 patients sans diabète (C) et 56 patients diabétiques (D) composent cette cohorte. Des 56 D, 23 d’entre eux présentent un diagnostic d’albuminurie (A) et 33 n’en présentent pas (SA). La mesure des niveaux plasmatiques d’IGFBP-2 fut réalisée par dosage par immunoabsorption par enzyme liée. Des analyses multivariées ont permis de quantifier l’effet d’IGFBP-2 et de soustraire l’effet des covariantes indépendantes pour comparer les différents groupes étudiés.

Résultats : Les groupes C et D présentent des adolescents d’âge et d’indice de masse corporelle similaires. Le niveau plasmatique moyen d’IGFBP-2 s’est avéré 65% plus élevé dans le groupe C (C : 176.3 ± 90.7 ng/ml vs D : 106.5 ± 29.9 ng/ml). Après ajustement pour l’âge, le sexe et l’indice de masse corporelle, la différence entre les niveaux plasmatiques moyens d’IGFBP-2 des groupes C et D demeure significative (p > 0.05). En tenant compte seulement des sujets D, l’âge et l’indice de masse corporelle moyens demeurent comparables entre les groupes A et SA. Les sujets A présentent en moyenne un niveau plasmatique d’IGFBP-2 15% plus faible que les sujets SA (A : 98.1 ± 26.9 ng/ml vs SA : 112.3 ± 30.8 ng/ml). Après ajustement pour l’indice de masse corporelle, l’âge et le sexe, la différence entre les niveaux plasmatiques moyens d’IGFBP-2 des deux groupes est tout près d’être significative (p = 0.07).

Conclusion : Selon nos résultats, les sujets diabétiques présenteraient des concentrations plasmatiques d’IGFBP-2 plus faibles que les sujets sans diabète. Enfin, il est probable que le niveau plasmatique d’IGFBP-2 soit indépendamment et inversement lié à l’albuminurie.

B9 Clémenceau, Alisson - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Cardiologie avec Dr Yohan Bossé - Retour à l'horaire

 

 

Identification de biomarqueurs afin de personnaliser le traitement suivant une chirurgie de résection d’un adénocarcinome pulmonaire de stade I

Clemenceau A1, Joubert P1 et Bossé, Y1,2

1Centre de recherche de l’Iinstitut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec; 2Département de Médecine Moléculaire, Université Laval. ­­­

Introduction : Le cancer du poumon est la principale cause de décès par cancer au Canada. Le taux de survie à 5 ans est de 17%. La résection chirurgicale demeure le meilleur espoir curatif des patients. Cependant, 30 à 50% récidivent suite à cette intervention et aucun outil clinique n’est disponible afin de prédire les risques des patients opérés. 

Objectif : L’objectif de ce projet est d’identifier des biomarqueurs associés à la survie des patients suivant une résection chirurgicale d’un adénocarcinome de stade 1.

Méthodes : Des gènes candidats ont été sélectionnés grâce à une revue de littérature, ainsi qu’à l’analyse de bases de données publiques (PRECOG). L’une de nos bases de données, dans laquelle l'expression des gènes a été quantifiée à l'aide de biopuces à ADN dans la tumeur et le parenchyme pulmonaire non-tumoral à 0, 2, 4 et 6 cm de la tumeur a également été analysée afin de filtrer notre sélection. L’expression des gènes a ensuite été mesurée par qPCR sur 243 échantillons d’adénocarcinomes de stade 1. Des analyses de Kaplan-Meier ont été réalisées pour évaluer leur valeur pronostique. L’expression de 2 de ces gènes a ensuite été testée sur une cohorte de validation indépendante de 214 adénocarcinomes de stade I.

Résultats : Onze gènes ont été sélectionnés selon leur capacité à prédire une récidive ou une rémission grâce aux données publiques. Les analyses complémentaires sur notre base de données ont permis de réduire la liste à 3 gènes associés à un mauvais pronostique (RRM1, EZH2 et FOXM1) et 3 gènes associés à un bon pronostique (BTG2, SELENBP1 et NFIB). Les analyses de EZH2 et de RRM1 par qPCR ont révélées des courbes de survies significativement différentes entre les patients avec des niveaux d'expression géniques élevés et faibles EZH2 Kaplan-Meier log-rank; p=0.04, RRM1 Kaplan-Meier log-rank; p=0.0003). En revanche, celles de BTG2, SELENBP1, NFIB et FOXM1 ne montrent pas de différences significatives. Les analyses sur la cohorte de validation pour le gène EZH2 démontrent une tendance similaire à celle de la cohorte initiale. Les analyses jointes (cohorte initiale + cohorte de validation) nous démontrent que la valeur pronostique de nos biomarqueurs surpassent celle des données cliniques seules (âge, sexe et stade pathologique).

Conclusion : Nos résultats supportent le rôle des gènes EZH2 et RRM1 comme biomarqueurs afin de prédire la récidive des adénocarcinomes de stade 1. De plus, notre modèle prédictif améliorent la stratification des risques suivant une chirurgie de résection comparativement aux données cliniques seules. 

C1 Paradis, Renée - Professionnel(le) de recherche en Pneumologie avec Dr Steeve Provencher - Retour à l'horaire

 

Rôle du facteur de transcription FOXM1 dans l’hypertension artérielle pulmonaire

Renée Paradis1, Isabelle TRINH1, Caroline Lambert1, Sophie Chabot1, Sandra Breuils-Bonnet1, Valérie Nadeau1, Roxane Paulin1, Steeve Provencher1, Sébastien Bonnet1 and Olivier Boucherat1

1Groupe de recherche en hypertension pulmonaire. Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et pneumologie de Québec (CRIUCPQ), Québec, Canada

Introduction : L’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) est une maladie progressive et fatale caractérisée par l’élévation de la pression artérielle pulmonaire moyenne (mPAP). Les cellules musculaires lisses des artères pulmonaires (CMLAPs) isolées des patients HTAP ont un phénotype de type cancéreux pro-proliferatif et anti-apoptotique menant à un remodelage progressif des APs. La surexpression du facteur de transcription FOXM1 joue un rôle crucial dans le développement tumoral en stimulant l’expression de nombreux gènes impliqués dans la mitose.

Objectif : Nous avons émis l’hypothèse que FOXM1 est surexprimée en HTAP et qu’il contribue au phénotype hyper-prolifératif et anti-apoptotique des CMLAP de patients atteints d’HTAP.

Méthodes : Par une approche translationnelle et multidisciplinaire, nous avons démontré que FOXM1 est surexprimée (IF, WB; p<0.01) dans les poumons (n=5) et les CMLAPs (n=10) isolées de patients HTAP ainsi que dans deux modèle expérimentaux (monocrotaline et Sugen/hypoxie).

Résultats : L’inhibition de FOXM1 (Thiostrepton ou siFOXM1) diminue la viabilité (MTT; p<0.001), bloque le cycle cellulaire en G2/M (FACS; p<0.05) et induit l’apoptose (WB Caspase-3 clivée; p<0.0001). En plus de réguler divers oncogènes impliqués en HTAP, FOXM1 stimule l’expression de PLK1 (WB; p<0.01), essentielle à la progression mitotique. In vivo, l’inhibition de FOXM1 (Thiostrepton;10mg/kg) dans le modèle monocrotaline permet de diminuer la mPAP (cathétérisme cardiaque droit ; p<0.01) et le remodelage vasculaire (H&E; p<0.05).

Conclusion : Nous démontrons que FOXM1 est surexprimée dans les tissus et CMLAPs de patients HTAP et contribuent au phénotype pro-prolifératif et anti-apoptotique des CMLAPs-HTAP.

C2 Guèvremont, Geneviève - Professionnel(le) de recherche en Obésité-Métabolisme avec Dr Elena Timofeeva - Retour à l'horaire

 

Le rôle de la progestérone sur les comportements liés à l’anxiété et la compulsion alimentaire et son influence au niveau central sur l’expression de Relaxine-3

Guèvremont, Geneviève; De Avila Dal’Bo, Camila ; Chometton, Sandrine; Timofeeva, Elena

Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Université Laval.

Introduction : Il est connu que les femmes sont plus sujettes que les hommes à souffrir de troubles alimentaires tels que l’anorexie, la boulimie et la compulsion alimentaire. Dans notre laboratoire, nous avons développé un modèle de rat femelle ayant un comportement compulsif vis-à-vis la nourriture palatable, plus particulièrement le sucrose. Ce modèle de rat compulsif consomme un plus grand volume de sucrose que la normale en situation de base (non-stressante) et augmente significativement sa consommation de sucrose suite à un stress. Ce modèle de rat, nommé binge-eating prone (BEP), démontre au niveau cérébral une expression plus élevée d’ARNm de Relaxine-3 suite au stress. La Relaxine-3 est un neuropeptide produit dans le noyau incertus et impliqué dans la réponse au stress et la prise alimentaire. Plusieurs études suggèrent que la prévalence plus importante des troubles alimentaires chez les femmes que chez les hommes pourrait s’expliquer par la différence au niveau des hormones sexuelles entre les deux sexes. Mentionnons notamment la progestérone, qui peut se retrouver en grande concentration chez les femmes. Cette hormone stéroïdienne est synthétisée principalement par les ovaires ainsi que par les glandes surrénales, et son expression varie en fonction du cycle œstral. Chez les rats femelles, il atteint son niveau le plus élevé dans la phase du pro-œstrus. Des études montrent que la progestérone et ses métabolites modulent plusieurs fonctions, notamment la réponse au stress ainsi que la motivation à consommer un aliment palatable. 

Objectif : L’objectif de cette étude est donc de mieux comprendre le rôle de la progestérone sur les comportements liés plus particulièrement à l’anxiété, la réponse au stress et la compulsion, ainsi que son influence au niveau central sur l’expression de Relaxine-3.

Méthodes : Des injections sous-cutanées de progestérone ou d’huile (groupe contrôle) ont été effectuées sur des rats femelles Wistar ovariectomisées. Des tests comportementaux pour mesurer le niveau d’anxiété et la compulsion face à la nourriture palatable ont été réalisés 4 heures suivant les injections, ainsi que  des mesures de prise de sucrose en solution 10% dans la cage d’hébergement. Une pose de 10 à 16 jours séparait les journées d’injection. À la fin des expériences comportementales, les cerveaux ont été prélevés quatre heures après injection de progestérone (femelles n=6, mâles n=6) ou d’huile (femelles n=6, mâles n=6). 

Résultats : L’injection de progestérone n’a pas d’effet sur la prise de sucrose pendant 10 min dans la cage d’hébergement, mais augmente significativement la prise de sucrose pendant 10 min dans le test de comportement light-dark box modifié (L-D box). De plus, la progestérone diminue le temps de latence pour consommer l’aliment palatable (biscuit thé social) pendant la session de Novelty Suppressed Feeding (NSF). Les résultats du test evated-plus maze (EPM) indique que la progestérone n’influence pas le niveau d’anxiété des rats femelles. Les analyses de l’expression de la Relaxine-3 au niveau du noyau incertus sont en cours.

Conclusion : La progestérone ne semble pas jouer un rôle dans l’anxiété comme le démontrent les résultats de l’EPM, mais elle augmente le niveau de compulsion des rats femelles face à la nourriture palatable uniquement dans un contexte de stress. Les effets au niveau central de la progestérone sur l’expression de la Relaxine-3, mais aussi d’autres molécules d’intérêt telles que CRF impliqué dans le stress, permettront de compléter les résultats comportementaux obtenus. 

C3 Martin, Mickaël - Professionnel(le) de recherche en Pneumologie avec Dr François Maltais - Retour à l'horaire

 

Adiposité ectopique et santé cardiométabolique dans la MPOC: Données de la Canadian Cohort of Obstructive Lung Disease

Coats V1, Després JP1, Alméras N1, Martin M1, Sin DD2, Rabasa-Lhoret R3, Larose É1, Tan WC2, Bourbeau J4, Maltais F1, for the CanCOLD Collaborative Research group and the Canadian Respiratory Research Network.

1Centre de recherche, Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Université Laval, Québec, Canada; 2University of British Columbia, Vancouver, Canada; 3Institut de Recherches Cliniques de Montréal; Département de Nutrition et Service d’Endocrinologie; Centre Hospitalier de l’Université de Montréal , 4Respiratory Epidemiology and Clinical Research Unit, Research Institute of the McGill University Health Centre.

Introduction : De nos jours, l’obésité et le surpoids sont les deux catégories d’indice de masse corporelle (IMC) les plus prévalentes dans la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC). Par contre, très peu d’études ont été menées afin de comprendre l’impact de la distribution du tissu adipeux sur la santé cardiométabolique des personnes atteintes d’une MPOC. 

Objectif : Étudier l’association entre la graisse ectopique, la santé cardiométabolique et la MPOC.

Méthodes : Dans cette étude, 263 sujets (116 hommes; âge = 65 ± 9 ans) ont été sélectionnés de manière aléatoire parmi la population. Les sujets ont été catégorisés en fonction de leur degré de sévérité d’obstruction bronchique selon le Global Obstructive Lung Disease Initiative (GOLD) (Témoins non-MPOC: n = 119; GOLD 1: n = 70; GOLD 2+: n = 74). Les comorbidités cardiométaboliques présentes ont été recensées. L’accumulation de graisse ectopique a été quantifiée à partir de la mesure de la surface de tissu adipeux viscéral ainsi que l’atténuation musculaire moyenne à l’aide d’imagerie par tomodensitométrie axiale (TACO) de l’abdomen.

Résultats : Après avoir appliqué un facteur de correction pour les différences d’âge, de sexe et d’exposition au tabac, la surface de tissu adipeux viscéral était plus grande dans le groupe GOLD 2+ lorsque comparée au groupe GOLD 1. Dans le même ordre d’idée, l’atténuation musculaire moyenne était plus faible dans le groupe GOLD 2+ lorsque comparé au groupe GOLD 1. À l’aide de modèles de régression multiple, la surface de tissu adipeux viscéral a été observée comme étant un fort prédicteur d’hypertension (p < 0.001) et de diabète (p < 0.001) tandis que l’atténuation musculaire était plus fortement liée à la maladie coronarienne (p < 0.001). 

Conclusion : La MPOC de catégorie GOLD 2+ est associée à une accumulation de graisse ectopique qui est en lien avec la santé cardiométabolique. Ces résultats appuient l’hypothèse que les maladies chroniques ont tendance à présenter différents sous-groupes et que dans la MPOC la santé cardiométabolique est influencée par la graisse ectopique.

C4 Lemay, Anne-Marie - Professionnel(le) de recherche en Pneumologie avec Dr David Marsolais - Retour à l'horaire

 

Combined sphingolipidomic and transcriptomic analyses unravel keys to pathway modulations in lung cancer histological subtypes

Lemay A-M1, Joubert P1, 2, Gagné A1, 2, Don AS3 et Marsolais D1, 2

1) Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Québec, Canada 2) Faculté de médecine, Université Laval, Québec, Canada 3) Centenary Institute and Sydney Medical School, University of Sydney, Sydney, Australia

Introduction : Le cancer du poumon présente le plus haut taux de mortalité de tous les cancers. Les dérégulations impliquées dans la progression du cancer du poumon sont complexes et influencées par les sous-types histologiques. Les sphingolipides sont impliqués dans des processus pouvant affecter le développement du cancer tel que la prolifération et l’apoptose.

Objectif : L’objectif de cette étude est d’identifier des types de sphingolipides modulés par le cancer du poumon et pouvant différencier des sous-types histologiques de cancer afin d’identifier des cibles thérapeutiques.

Méthodes : Puisque les sphingolipides sont métaboliquement interreliés nous avons effectué une analyse lipidomique afin de quantifier 130 lipides chez 147 patients par LC-MS/MS. Des résections pulmonaires tumorales et de marges saines provenant de patients ayant le cancer du poumon de type adénocarcinome, épidermoïde et neuroendocrine ainsi que du tissu pulmonaire provenant de patients ayant des maladies pulmonaires bénignes ont été obtenus à la banque de tissus de l’IUCPQ du Réseau en santé respiratoire du Québec.

Résultats : Les tumeurs de patients ex-fumeurs contenaient significativement moins de sphingosine-1-phosphate (S1P), sphingosine, sphinganine, sphingomyéline et phosphatidylcholine que les marges saines, et ce pour tous les types de cancer. Les cancers de type adénocarcinome étaient significativement différents des autres types de cancer par l’augmentation des hexosylcéramides dans le tissue tumoral (2.8 fois plus élevés). Les altérations observées chez les patients ex-fumeurs ayant des adénocarcinomes étaient aussi présentes chez les patients non-fumeurs. De plus, la quantité de longs sphingomyélines dans les lésions des ex-fumeurs était inversement corrélée avec le stade T des tumeurs.  

Conclusion : Ces résultats suggèrent que le développement de cancers pulmonaires affecte la voie des sphingolipides et que le rétablissement des niveaux normaux de sphingolipides pourrait être une voie thérapeutique possible.

C5 Langlois, Anick - Professionnel(le) de recherche en Pneumologie avec Dr Marie-Renée Blanchet - Retour à l'horaire

 

L’irradiation de cellules et de souris : un outil maintenant disponible et opérationnel au CRIUCPQ. 

Anick Langlois, Marie-Renée Blanchet

1Centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Université Laval, Québec, G1V 4G5, Canada.

Introduction : Depuis quelques années, nous possédons l’irradiateur PRECISION X-RAY qui peut être utilisé dans plusieurs types de projets de recherche. Depuis l’acquisition, l’équipe du Dr Blanchet continue de développer les diverses applications utilisées en recherche, et d’offrir l’utilisation de l’appareil aux équipes de recherche du CRIUCPQ. Entre autres, nous avons déterminé les conditions idéales pour l’irradiation des souris permettant le développement de souris chimères, modèle couramment utilisé en recherche. Aussi, l’effet des radiations localisées (comme la radiothérapie) sur la fonction des divers organes peut être étudié avec cet appareil.

L’irradiateur peut aussi servir à bonifier les modèles cellulaires. Notamment, l’irradiation de cellules en culture permet de générer des cellules nourricières. Ces cellules produisent des médiateurs et sécrètent une matrice extracellulaire facilitant la croissance des progéniteurs, soutenant ainsi le maintien de lignées cellulaires primaires. Les cellules nourricières provenant du même environnement que les cellules désirées ont l’avantage de produire précisément les bons nutriments à moindre coût.  

Conclusion : En résumé, le CRIUCPQ possède maintenant un irradiateur à la fine pointe de la technologie, permettant le développement de plusieurs modèles cellulaires et murins couramment utilisés en recherche. Cet appareil est disponible pour utilisation par les équipes de recherches, via un système de réservation et de facturation type utilisateur / payeur. L’équipe du Dr Blanchet demeure disponible pour répondre à vos questions et offrir le support technique lors des premiers essais si nécessaire.  

C6 Nadeau, Valérie - Professionnel(le) de recherche en Pneumologie avec Dr Steeve Provencher - Retour à l'horaire

 

L’activité mitochondriale de HSP90 promeut la survie cellulaire en hypertension artérielle pulmonaire

Boucherat O1, Breuils-Bonnet S1, Nadeau V1, Chabot S1, Tremblay E1, Lambert C1, Sutendra G2, Altieri D, Michelakis E2, Paulin R1, Provencher S1 et Bonnet S

1Groupe de recherche en hypertension pulmonaire et biologie vasculaire du CRIUCPQ - Université Laval; 2Département de médecine, Université d’Alberta, Edmonton

Introduction : L’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) est une pathologie vasculaire caractérisée par un remodelage des petits vaisseaux provoquant une augmentation de la pression artérielle moyenne, une subséquente décompensation cardiaque et ultimement la mort du patient. A l’instar des cellules cancéreuses, les cellules musculaires lisses composant les artères pulmonaires (CMLAP) sont hyperprolifératives et résistantes à la mort cellulaire.  La protéine chaperone heat shock protein (HSP90) est impliquée dans la croissance maligne et la prolifération. En plus de sa forme cytosolique très abondante et bien connue, HSP90 est également exprimée dans les mitochondries (HSP90mt) des cellules tumorales ce qui promeut la survie cellulaire.

Objectif : Déterminer si HSP90 s’accumule dans les mitochondries des CMLAP HTAP provoquant leur hyperprolifération et leur résistance à l’apoptose.

Méthodes : L’expression totale et mitochondriale de HSP90 a été mesurée par immunobuvardage, immunofluorescence et par microscopie électronique en HTAP. Afin de déterminer les fonctions de HSP90 versus sa forme exprimée dans les mitochondries, les cellules ont été soumises à une inhibition spécifique de HSP90 cytosolique ou mitochondriale. Les effets sur les fonctions mitochondriales ont été mesurés par TMRM (potentiel de membrane), essai Seahorse (métabolisme mitochondrial), prolifération (KI67) et apoptose (Annexin V). In vivo, l’effet de l’inhibition mitochondriale de HSP90 a été étudié chez 2 modèles animaux expérimentaux d’HTAP (Fawn-Hooded rat et monocrotaline) par cathétérisme droit et par analyse histologique.

Résultats : HSP90 est surexprimée dans les poumons et les CMLAP des patients HTAP comparée aux patients sains. La forme cytosolique de HSP90 stabilise plusieurs cibles protéiques surexprimées en HTAP provoquant la croissance et la survie cellulaire. Par contre, cette forme de HSP90 est également largement exprimée dans les cellules saines ce qui engendre un manque de spécificité envers les CMLAP HTAP suite à son inhibition. De façon intriguante, HSP90 est exprimée spécifiquement dans les mitochondries des CMLAP HTAP et non dans les cellules saines. Ainsi, l’inhibition spécifique de la forme mitochondriale de HSP90 permet de diminuer la prolifération et la résistance à l’apoptose sans affecter les cellules saines. Dans les CMAL HTAP, HSP90mt prévient l’accumulation des dommages mitochondriaux et maintien les fonctions bioénergétiques. Dans les modèles animaux expérimentaux d’HTAP, l’inhibition mitochondriale de HSP90 permet de réduire le remodelage des petites artères distales résultant en une amélioration des paramètres hémodynamiques.

Conclusion : Nous avons démontré que l’accumulation mitochondriale de HSP90 est une caractéristique des CMLAP HTAP contribuant au développement des lésions vasculaires.

D1 Marques, Danuzia - Stagiaire en Pneumologie avec Dr Vincent Joseph - Retour à l'horaire

 

Androgens and my breath, what's the relationship between them? A study in male Wistar rats

Marques DA1, de Carvalho D2, da Silva GSF1, Scarpellini C1, Bicego K1,Joseph V3 and Gargaglioni L1

1Department of Animal Morphology and Physiology, UNESP-FCAV, Jaboticabal-SP, Brazil 2Federal Institute of Para, Para, Brazil, 3Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ)

Introduction : Evidences in the literature show that respiratory control disorders such as sleep apneas or sudden infant death syndrome are more prevalent in men than women, suggesting a possible role of gonadal hormones in the respiratory control. Sleep apnea is the second most frequent respiratory disorder surpassed only by asthma and it is estimated that in North America approximately 1 in every 15 adults has moderate to severe symptoms that could result in hypertension and other cardiovascular and cerebrovascular diseases. Understanding the role of sex hormones in the respiratory system could bring a potential treatment for many respiratory diseases helping people to improve their quality of life.

Objectif : Evaluate if testosterone affect breathing in male rats.

Méthodes : We used 28 male Wistar rats to evaluated the influence of testosterone on ventilation (VE) and oxygen consumption (VO2) during normocapnia (0%CO2, 21%O2), after 30 min of hypercapnia (7%CO2) or after 30min of hypoxia (7%O2). VE measurements were obtained using the barometric method (whole body plethysmography) and VO2 by closed respirometry system in intact and orchidectomized animals treated with vehicle (corn oil, ORX group; 0.2 mL/rat, s.c.) or testosterone propionate (ORX+T group; 0.25 mg/0.2 mL/rat, s.c) for ten days. 

Résultats : Our results show that all the investigated parameters were not different between Intact and ORX groups, however, when animals were castrated and received testosterone replacement, they shown higher ventilatory responses to hypoxia (VE/VO2-intact: 96.7 ± 17.5; ORX: 85.1 ± 16.1 and ORX+T: 119.5 ± 18.2) and hypercapnia (VE/VO2-intact: 87.2 ± 9.8; ORX: 78.9 ± 13.3 and ORX+T: 124.4 ± 21.7). 

Conclusion : In conclusion, our results suggest that testosterone enhances central and peripheral chemoreflex functions. Supported by: FAPESP (Nº2016/04276-9), CNPq (140715/2015-0) and INCT. 

D2 Oros, Stefania - Stagiaire niveau Stagiaire en Cardiologie avec Dr Benoit Arsenault - Retour à l'horaire

 

Identification et traitement du phénotype de la lipoprotéine(a) élevée en sténose aortique: l'étude ATLAS 

Stefania Oros1, Nicolas Perrot1,2, Yohan Bossé1,2,3, Marie-Annick Clavel1,2, Patrick Mathieu1,2,4, Philippe Pibarot1,2 et Benoit Arsenault1,2

1Centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, 2Département de médecine, Faculté de Médecine, Université Laval, 3Département de médecine moléculaire, Faculté de médecine, Université Laval, 4Département de médecine nucléaire, IUCPQ, 5Département de chirurgie, Faculté de médecine, Université Laval

Introduction : La lipoprotéine(a) (Lp[a]) est un facteur de risque en émergence des maladies cardiovasculaires (MCV). Selon la société européenne d’athérosclérose, jusqu’à 20% de la population pourrait avoir des concentrations élevées (≥50 mg/dL) de Lp(a). Notre équipe de recherche a récemment démontré qu’un variant génétique fortement associé à une concentration de Lp(a) élevée est également associé au risque de sténose aortique. D’autres groupes de recherche ont également démontré que ce variant génétique était le polymorphisme nucléotidique le plus fortement associé à l’accumulation de calcium dans la valve aortique. L’objectif principal de ATLAS (Assessment and Treatment of Lipoprotein(a) in Aortic Stenosis) est de déterminer la prévalence du phénotype de la Lp(a) élevée chez les patients atteints de sténose aortique vus en échocardiographie à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ). Par ailleurs, des études de familles ont démontré que près de 90% de la variation interindividuelle des concentrations de Lp(a) pourrait être attribuable à des facteurs génétiques. Les frères et sœurs ainsi que les enfants biologiques des patients avec Lp(a) élevée atteints de sténose aortique auraient donc 50% de chances d’avoir une Lp(a) élevée. L’objectif de la sous-étude ATLAS 2 est de déterminer si les frères et sœurs ainsi que les enfants biologiques des patients avec sténose aortique qui ont une Lp(a) élevée sont à risque de développer une sténose aortique.

Méthodes : L’objectif d’ATLAS est de recruter 250 participants ayant une sténose aortique et 125 participants sans sténose aortique. Le recrutement a débuté en janvier 2016 en sélectionnant des patients ayant subi une échocardiographie à l’IUCPQ. Les antécédents médicaux et familiaux, les données anthropométriques ainsi que des échantillons sanguins ont été récoltés pour chaque participant. Les frères et sœurs ainsi que les enfants biologiques de 50 ans et plus des patients avec sténose aortique qui ont une Lp(a) élevée seront recrutés pour passer une tomographie par émission de positrons couplée à une tomographie axiale (PET/CT). Ce test permet d’estimer l’activité ostéoblastique des cellules de la valve aortique en quantifiant l’influx de fluorure de sodium (NaF) dans la valve aortique.

Résultats : Jusqu’à présent, les 224 patients avec sténose aortique sont pour 70% des hommes et ont en moyenne 65 ± 14,0 ans. Les valeurs moyennes de la vitesse maximale transaortique, des gradients transvalvulaires maximal et moyen et de l’aire valvulaire aortique indexée sont respectivement de 275,2±59,3 cm/s, 31,7±15,0 mmHg, 18,1±9,2 mmHg (n=224) et 0,67±0,36 cm2 (n=219). La valeur moyenne de Lp(a) est de 33,9±41,2 mg/dL (n=141). Les 86 patients du groupe contrôle sont quant à eux pour 38% des hommes et ont en moyenne 62,2±7,5 ans (p=0,016). Les valeurs moyennes de la vitesse maximale transaortique, des gradients transvalvulaires maximal et moyen et de l’aire valvulaire aortique indexée sont respectivement de 135,5±19,1 cm/s (p<0,001), 7,4±2,2 mmHg (p<0,001), 4,1±1,3mmHg (n=85) (p<0,001) et 1,25±0,24 cm2 (p<0,001) (n=69). La valeur moyenne de Lp(a) est de 20,9±32,7 mg/dL (p=0,062) (n=42).

Conclusion : Perspective : Le groupe avec sténose aortique semble avoir un niveau moyen de Lp(a) plus élevé que dans notre groupe contrôle. Cette observation renforce les évidences que la Lp(a) est un facteur de risque de la sténose aortique. L’étude ATLAS 2 permettra d’améliorer l’identification des personnes à risque de développer une sténose aortique, et à terme, d’améliorer leur prise en charge. 

D3 Poirier, Audrey - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Obésité-Métabolisme avec Dr Mathieu Laplante - Retour à l'horaire

 

Caractérisation d’un nouveau lien unissant l’oncogène RAS à l’instabilité chromosomale.

Poirier A. 1,Villot R.1, Bakan I.1, , Bérubé J.C.1, Coulombe Y.1, Gélinas Y.1, Caron D.2, Gobeil S.2, Bossé Y.1,  Masson J.Y.2, Bilodeau S.2, Elowe S.2, Laplante M.1*

Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (CRIUCPQ), Faculté de Médicine, Université Laval, 2725 Chemin Ste-Foy, Québec, Qc, Canada, G1V 4G5, 2 Centre Hospitalier Universitaire de Québec, CHUQ, Faculté de Médicine, Université Laval, 2705 Boulevard Laurier, Québec, Qc, Canada, G1V 4G2

Introduction : Le proto-oncogène Ras est une petite GTPase qui régule l’activation de plusieurs cascades signalétiques impliquées dans la prolifération cellulaire et la survie des cellules suite à l’intégration de signaux extracellulaires. Plusieurs types de cancers abordent des mutations activant Ras ce qui suractive les voies en aval de celle-ci telles que les MAP kinases et l’axe PI3 kinase/mTOR/Akt. Parmi les phénomènes associés à la forme oncogénique de Ras et la suractivation de la voie PI3 kinase se retrouve l’instabilité chromosomique. En dépit des recherches sur ces voies de signalisations, le lien moléculaire les rattachant à la progression du cycle cellulaire et l’instabilité génomique reste mal caractérisé. 

Objectif : L’objectif principal de nos études repose sur l’identification et la caractérisation de nouvelles protéines nucléaires régulées par l’axe MAPK/PI3K/mTOR/Akt qui sont impliquées dans la progression du cycle cellulaire et l’instabilité génomique associée à la suractivation de ces voies dans les cancers. 

Méthodes : Notre équipe a identifié ZNF768, une protéine à doigts de zinc non-caractérisée dans la littérature à partir d’une plateforme analytique basée sur le phosphoprotéome de mTOR. À l’aide d’expériences de culture cellulaire, nous avons entamé la caractérisation de ZNF768 pour déterminer  son rôle dans le cycle cellulaire et le maintient de la stabilité génomique. Suite à ces expériences, nous avons développé de nouveaux outils pour caractériser les mécanismes post-traductionnels de régulation de la fonction de ZNF768 tels que des vecteurs d’expression de protéines ZNF768 fusionnées à une protéine fluorescente et mutés à certains sites de phosphorylation ainsi que des méthodes d’analyses par SILAC. 

Résultats : Nos analyses ont démontrées que ZNF768 est régulé négativement au niveau post-traductionnel par les voies des MAP kinases et PI3 kinase. Une déplétion partielle ou inductible de ZNF768 engendre une entrée précipitée en mitose tandis qu’une surexpression la retarde et réduit la vitesse de prolifération des cellules. La perte totale de ZNF768 est, quant à elle, létale et entraine des défauts mitotiques sévères. Les niveaux de ZNF768 sont également régulés durant le cycle cellulaire et chutent massivement en mitose lors de la métaphase. Parallèlement, ZNF768 est fortement phosphorylé avant l’entrée en mitose et l’inhibition des MAP kinases, de mTOR et de PI3K réduisent la phosphorylation globale de la protéine.

Conclusion : Dans l’ensemble, nos observations suggèrent que ZNF768 intègre la signalisation de la voie RAS pour réguler l’entrée mitotique et prévenir l’instabilité chromosomique. Il est donc possible qu’une dérégulation des niveaux de ZNF768 soit à l’origine des défauts mitotiques et de l’instabilité chromosomique associé à l’oncogène RAS dans certains cancers. 

D4 Cameron-Gagné, Maude - Stagiaire niveau Stagiaire en Cardiologie avec Dr Frédéric Jacques - Retour à l'horaire

 

 

Obstruction sous-aortique fibromusculaire: un suivi à vie est requis

Maude Cameron-Gagné1,3 (Étudiante en 3ème année de médecine), Dr. Frédéric Jacques1,2

1Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et pneumologie de Québec, 2Département de chirurgie cardiaque, 3Faculté de médecine, Université Laval

Introduction : L’obstruction sous-aortique fibromusculaire est une pathologie dangereuse qui, sans intervention, peut amener la mort. C’est une pathologie progressive et récurrente. Actuellement, il existe peu d’articles sur le sujet, et ceux-ci ont un suivi autour de 12 ans maximum. L’histoire du suivi de ces patients s’écrit actuellement et les complications à long terme des chirurgies effectuées dans le passé commencent à se dévoiler.

Objectif : Les objectifs primaires de l’étude sont de déterminer la prévalence des récurrences nécessitant une intervention et de déterminer le temps auquel cette récurrence survient suite à une première fibromyomectomie. 

Méthodes : C’est la base de données de chirurgie cardiaque de 1962 à 2016 de l’IUCPQ et du CHU de Québec qui a été utilisée. Des estimations de Kaplan-Meier ont été réalisées afin de déterminer la survie actuarielle, la liberté de réopération pour récurrence d’obstruction sous-valvulaire aortique et la liberté de réopération pour toutes causes cardiaques confondues.

Résultats : L’âge moyen à la première fibromyectomie est de 20 ans. Le ratio homme : femme s’équivaut. Plusieurs patients sont asymptomatiques, quoique le symptôme le plus fréquemment rapporté est la dyspnée. L’obstruction sous-aortique fibromusculaire est très souvent associée à d’autres pathologies cardiaques nécessitant une intervention. En effet, le tiers des patients avaient des ATCD chirurgicaux avant leur première fibromyectomie, la moitité ont eu des interventions concomitantes à leur fibromyecotmie et le tiers des patients ont été réopérés après leur première fibromyectomie, toute causes cardiaques confondues. Également, le tiers des patients avaient une myectomie associée. La récurrence nécessitant une intervention est de 19% à un suivi moyen de 16 ans. Le temps moyen pour la réopération est de 18 ans. Autrement dit, 75 % des patients avec récurrence l’avaient 10 ans après leur première intervention. La survie actuarielle est de 92 %, 89 % et 80 % à 10, 20 et 30 ans respectivement. La liberté sans récurrence de fibromyectomie est de 92 %, 81 % et 65 % à 10, 20 et 30 ans, respectivement. Finalement, la liberté sans réopération, toutes causes confondues, est de 86%, 65 % et 54 % à 10, 20 et 30 ans respectivement.

Conclusion : La prévalence des récurrences est de 20% ; 1 patient sur 5 devra donc se faire réopérer. Cette récurrence survient environ 18 ans après la première fibromyectomie. Ces données prises dans leur ensemble militent donc pour un suivi à long terme, voire à vie. 

D5 Boilard, Anne-Julie - Stagiaire niveau Stagiaire en Cardiologie avec Dr Marie-Annick Clavel - Retour à l'horaire

 

La déformation et la vitesse de déformation longitudinale du ventricule gauche mesurées avant la chirurgie : un prédicateur utile pour la détection des patients avec une fraction d'éjection abaissée après une chirurgie pour correction d'une insuffisance aortique pure

Boilard A-J1, Simard L1, Tastet L1, Côté N1, Dagenais F1 et Clavel M-A1

Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec

Introduction : La fraction d'éjection (FE) du ventricule gauche (VG) demeure le principal facteur d'indication de chirurgie chez les patients asymptomatiques souffrant d'insuffisance aortique (IA). Cependant, même chez les patients avec une FE préopératoire normale (≥50%), certains patients auront une diminution importante de la FE après leur intervention valvulaire. 

Objectif : Nous avons donc évalué l'intérêt des mesures de déformation (SL) et de vitesse de déformation longitudinale (SRL) du VG dans la prédiction de l'abaissement de la FE après la chirurgie, chez les patients ayant une IA et une FE préopératoire préservée. 

Méthodes : 97 patients avec une IA modérée à sévère ou sévère et une FE préopératoire préservée qui ont subi une chirurgie de la valve aortique pour de l'IA pure ont été inclus dans cette étude. Les patients avec un syndrome de Marfan, une endocardite traitée ou active, une dissection aortique, un anévrisme ou un infarctus aigu du myocarde ont été exclus. Une échocardiographie trans-thoracique a été effectuée dans les trois mois précédant la chirurgie ainsi qu'une semaine après. Les mesures de SL et SRL ont été réalisées sur les incidences en apical 2, 3 et 4 chambres et furent calculées pour le septum, la paroi latérale (PL) et le VG en entier. Le SL et le SRL étaients faisables seulement chez 59 patients en raison d'une cadence-image innappropriée ou d'images manquantes. 

Résultats : L’âge moyen des patients était de 56 ± 14 ans et les hommes représentait 91% de la cohorte. Parmi les 97 patients, 31 (32%) avaient une FE postopératoire <50%. Après des ajustements pour l’âge, le sexe, les dimensions systoliques du VG et la sévérité de l’IA (i.e. le modèle de référence), |SL-PL| <16% (p=0.02) ou |SRL-PL| <0.90s-1 (p=0.006) étaient significativement associés à une FE <50% en postopératoire. La FE préopératoire n’était pas un prédicteur indépendant d’une FE postopératoire <50% (p= 0.76). L’addition du SL ou du SRL de la paroi latérale améliorait significativement le modèle multivarié de référence (toutes p≤0.02).   

Conclusion : Chez les patients opérés pour de l'insuffisance aortique et ayant une FE préopératoire préservée, le SL et le SRL de la paroi latérale du VG étaient les meilleurs prédicteurs d'une diminution de la FE après la chirurgie. Ces paramètres pourraient donc être de très bons outils pour la détection d'une dysfonction sytolique précoce et pourraient être intégrés dans la décision chirurgicale des patients aymptomatiques souffrant de régurgitation aortique. Des études plus longues et avec plus de patients seront nécessaires pour confirmer ces résultats. 

D6 Durocher, Alicia - Stagiaire en Pneumologie avec Dr Steve Charette - Retour à l'horaire

 

La production de bactéries enrobées par deux protozoaires de type cilié du genre Tetrahymena

Durocher AF1, 2, Denoncourt AM1, 2, Charette SJ1, 2, 3

1Institut de biologie et des systèmes, Université Laval; 2Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec; 3Département de biochimie, microbiologie et bio-informatique, Université Laval.

Introduction : Les protozoaires sont ubiquitaires dans la nature et plusieurs d’entre eux se nourrissent de bactéries. Certaines bactéries sont capables de résister à la phagocytose par les protozoaires, et se retrouvent parfois enrobées dans des corps multi-lamellaires (CML), qui les protègeraient de plusieurs conditions habituellement nocives. Ce phénomène a souvent été observé chez les bactéries pathogènes et est suspecté de contribuer à la propagation de certaines d'entre elles, dont certaines provoquant des infections respiratoires. L'enrobage de bactéries a aussi été récemment démontré chez des bactéries non pathogènes avec une amibe.

Objectif : Suite à cette observation, l’hypothèse était que cet enrobage est commun chez ces bactéries et fut étudiée avec deux ciliés du genre Tetrahymena et 20 bactéries résistant à la phagocytose par les amibes.

Méthodes : Ces organismes furent mis en co-cultures dans des plaques à 6 puits, à différents ratios, puis incubés à deux températures. L’âge de la culture bactérienne était également une variable. Les co-cultures furent colorées au DAPI et observées en DIC (differential interference contrast) et en épifluorescence. Le nombre de CML aperçu lors de l’observation de dix champs au hasard pour chacune des co-cultures attribuait un classement à ces dernières caractérisant le potentiel d’enrobage.

Résultats : Les résultats indiquent que ce phénomène est effectivement répandu; chacune des 20 bactéries a pu être enrobée, dépendant des conditions.

Conclusion : T. pyriformis semble être plus efficace pour enrober que T. thermophila, tandis que, parmi les bactéries testées, M. oxydans US1 est la bactérie la plus facilement enrobée.

D7 Bellemare, Vicky - - Retour à l'horaire

 

L'activité d'AMPK est augmentée par le PF-4708671, un inhibiteur de la p70 ribosomal S6 kinase 1 (S6K1)

Vicky Bellemare, Michaël Shum, André Marette

CRIUCPQ, Université Laval, Québec

Introduction : La voie mTORC1 (mechanistic target of rapamycin complex 1) et l’un de ses substrats S6K1 (p70 ribosomal S6 kinase) sont suractivés dans l’obésité et le diabète de type 2. Une avenue thérapeutique intéressante serait donc d’inhiber la voie S6K. Ainsi, nous avons montré dans une récente publication que le PF-4708671 (PF), un inhibiteur sélectif de S6K1, améliore le métabolisme du glucose in vitro et in vivo. Nous avons également observé que l’inhibition de S6K1 par le PF augmentait le captage du glucose basal dans les cellules musculaires L6 et diminuait la production hépatique de glucose dans les cellules FAO indépendamment de l’insuline.

Objectif : L’étude vise à déterminer les mécanismes de cet inhibiteur sur le métabolisme du glucose indépendamment de l’insuline.

Résultats : Afin d’identifier un mécanisme potentiel indépendant de l’insuline, nous avons mesuré la phosphorylation activatrice de l’AMPK (pAMPK Thr172) et de son substrat ACC (pACC Ser79) dans les cellules L6 et FAO. Le PF augmente la phosphorylation de l’AMPK (Thr172) et de l’ACC (Ser79). L’AMPK présente également une période d’activité maximale lors des 45 premières minutes de traitement dans les deux types de cellules. De plus, le PF induit une diminution de la phosphorylation de la protéine S6 aux positions Ser235/236 et Ser240, indiquant que l’activité de S6K1 est inhibée en fonction du temps et de la dose de PF utilisé. Cependant, dans les cellules musculaires déficientes pour AMPKα1/α2, le PF induit une augmentation du captage du glucose similaire aux cellules WT.

Conclusion : Les résultats montrent que l’inhibition de S6K1 par le PF est associé à une augmentation de l’activité de l’AMPK, mais que le captage du glucose musculaire induit par le PF n’est pas dépendant de l’AMPK.

D8 Arias Reyes, Christian Luis Carlos - Stagiaire en Pneumologie avec Dr Jorge Soliz - Retour à l'horaire

 

Hippocampal, cortical and brainstem mitochondrial activity is modulated by cerebral Epo

Arias-Reyes C1, Laouafa S1, Bozo Y1, Tam R1 and Soliz J1

1Université Laval, Faculté de Médecine, Centre de Recherche Institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec, Département de Pédiatrie, Québec, QC, Canada.

Introduction : Erythropoietin (Epo) fulfills several functions other than “simply” increasing red blood cells number. Epo is endogenously synthesized in a variety of organs and tissues, including the brain. In neural tissue, Epo is secreted by neurons and astrocytes, and plays a critical role in the development, maintenance, protection and repair of the nervous system. For instance, Epo is involved in neuroprotection, neurogenesis and angiogenesis, and plays an important role as a neurotrophic factor. Furthermore, studies in rodents, monkeys and humans showed that Epo exerts a protective function in several ischemic stroke models, traumatic brain injury, spinal cord injury and perinatal asphyxia. According to these findings, research performed in our laboratory showed that Epo modulates the neural control of ventilation (in rodents) by interacting with brainstem respiratory centers. While Epo in brain tissue activates several molecular pathways, recent studies reported that Epo also regulates mitochondrial biogenesis and prevents mitochondrial dysfunction after traumatic brain injury.

Objectif : Our objective is to investigate whether during the postnatal development Epo regulates the mitochondrial function at hippocampal, cortical, and brainstem tissues.

Méthodes : Transgenic mice Tg21, a line that overexpresses human Epo in neuronal cells without affecting regular hematocrit  levels, were used. Tissues from animals at postnatal ages P3, P21 and adults (6 animals/group), were obtained. Samples of 1,5 to 3 mg of hippocampus, cortex and brainstem were taken, saponin-permeabilized and recorded using high resolution respirometry (Oxygraph-2k, OROBOROS Instruments.) in presence of pyruvate, malate, glutamate and ADP as substrates at 37 oC in MiR05 medium. The difference in the total oxidative phosphorylation respiration was evaluated using an analysis of covariance ANCOVA with Bonferroni adjustment. 

Résultats : In hippocampus, total oxidative phosphorylation respiration increased with age (3 day less than 7 day p = 0.243, 7 day less than 14 day (p < 0.001), 14 day less than 21 day (p = 0.046), and resulted significantly different at 21 days of age between Tg21 and wild type (p < 0.001). Cortex and brainstem results are in process of analysis.

Conclusion : Our preliminary results show that cerebral Epo modulates the mitochondrial respiration and ROS production in a tissue- and age-dependent manner.

08h15 Chometton, Sandrine - Étudiant(e) niveau Postdoctorat en Obésité-Métabolisme avec Dr Elena Timofeeva - Retour à l'horaire

 

La stimulation de la partie shell du noyau accumbens diminue la consommation de sucrose chez les rats femelles

Chometton S, Guèvremont G, Timofeeva E

Centre de Recherche de L’Institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec, Faculté de médecine, Université Laval

Introduction : La nourriture palatable est tellement attirante que sa consommation prolongée peut survenir même en absence de besoin métabolique. Or, dans notre société moderne, la nourriture palatable est fortement présente et facilement accessible, conduisant à des troubles du comportement alimentaire tels que la compulsion, qui touche plus particulièrement les femmes que les hommes. Dans le cerveau, la partie shell du noyau accumbens (NacSh) fait partie du circuit de la récompense et est impliquée dans la motivation. L’inhibition de cette région chez le rongeur mâle induit une consommation alimentaire intense, et l’activation du NacSh via ses projections dans l’hypothalamus latéral (LHA) stoppe la consommation de nourriture. Le pallidum ventral (VP) est la cible principale des projections du NacSh et sa lésion induit une réduction de la motivation et de l’impact hédonique de la récompense.

Objectif : Les objectifs principaux de notre projet sont de contrer la consommation excessive de nourriture palatable chez le rat femelle en stimulant le NacSh, et d’étudier l’implication du circuit NacSh – VP dans ce comportement.

Méthodes : Le NacSh de rate adulte a été stimulé grâce à la technique d’optogénétique. La consommation de sucrose 10% ainsi que différents paramètres de lapement ont été mesurés chez les rates contrôles et les rates stimulées. Ensuite, les cerveaux ont été prélevés 30 minutes après la stimulation et des analyses de l’expression de l’ARNm c-fos ont été réalisées dans le NacSh, le LHA et le VP.

Résultats : La stimulation du NacSh chez les femelles induit une diminution significative de la consommation de sucrose 10%, du nombre total de lapement et de la durée du repas comparées aux femelles contrôles. Aucune variation dans la fréquence ou l’efficacité des lapements n’a été observée chez ces animaux. De plus, l’expression de l’ARNm c-fos est significativement plus élevée dans le NacSh et diminuée dans le LHA et le VP.

Conclusion : Le NacSh contient en grande majorité des neurones GABAergiques inhibiteurs. Leur stimulation induit une diminution de la consommation de sucrose 10% chez les femelles, en modifiant la durée du repas et le nombre total de lapement mais sans impacter la fréquence ou l’efficacité des lapements. Cette région envoie des projections dans le LHA impliqué dans la prise alimentaire, mais également et majoritairement dans le VP impliqué dans la motivation et les aspects hédoniques. Une diminution de l’activité de ces deux régions est observée suite à la stimulation du NacSh. Par la suite, l’implication du VP dans le contrôle de la consommation de nourriture palatable sera étudiée plus en détail pour comprendre son rôle dans cette réponse. A terme, une meilleure compréhension des réseaux cérébraux impliqués dans les phénomènes de consommation excessive de nourriture palatable pourra amener à une meilleure prise en charge des troubles du comportement alimentaire.

08h30 Choi, Béatrice - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Obésité-Métabolisme avec Dr André Marette - Retour à l'horaire

 

 Effets d’un extrait de canneberge sur la perte de poids et la glycémie chez des souris obèses contaminées avec des polluants organiques liposolubles

Choi, B. 1,2, St-Pierre, P. 1,2, Pilon, G. 1,2, Tremblay A. 1,2,3 et Marette A. 1,2

1Centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ), 2Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels (INAF), 3 Département de kinésiologie, Université Laval 

Introduction : L’augmentation dramatique du nombre de personnes touchées par des désordres métaboliques, largement associés à l’obésité, a entrainé le développement de différentes stratégies afin d’induire des pertes de poids. Bien que les effets bénéfiques de ces pertes de poids soient indéniables, un élément parfois oublié est le destin des molécules liposolubles qui se sont accumulées au cours des années dans les tissus adipeux, tels que les polluants organiques persistants (POPs). Ceux-ci peuvent avoir des effets négatifs sur le métabolisme, en particulier sur les fonctions hépatiques, en plus de moduler le microbiote intestinal. Par ailleurs, nous avons récemment démontré que l’administration d’un extrait de canneberge à des souris sur une diète riche en gras et en sucrose prévenait différents désordres métaboliques associés à l’obésité. Ces effets étaient également associés à une modulation du microbiote intestinal qui se traduisait notamment par une augmentation marquée d’Akkermansia muciniphila, une bactérie reconnue pour ses effets protecteurs sur la muqueuse intestinale et la santé métabolique de l’hôte.  

Objectif : Identifier le potentiel protecteur d’un extrait de canneberge contre les effets néfastes de la libération des POPs lors d’un programme de perte de poids, via une modulation du microbiote intestinal et une amélioration des fonctions hépatiques. 

Méthodes : Les animaux ont été soumis à une diète riche en gras et en sucrose contenant des POPs pendant une période de douze semaines. Par la suite, ceux-ci ont été soumis à un régime alimentaire faible en gras et en sucre pendant quatre semaines. De plus, ils recevront un traitement à l’extrait de canneberge (200 mg/kg) ou au véhicule (eau) pendant les six dernières semaines du protocole. Des tests de tolérance au glucose ont été effectués aux semaines 9 et 12 et des fèces ont été récoltées tout au long du protocole afin d’effectuer des analyses de métagénomique. À la fin de celui-ci, les organes ont été prélevés, pesés et conservés pour analyses subséquentes, telles que des dosages de triglycérides dans le foie, la présence de marqueurs inflammatoires dans le tissu adipeux et dans l'intestin, la quantité de POPs restants dans le tissu adipeux, etc. 

Résultats : Nous avons observé une perte de poids significativement plus importante chez les animaux ayant reçu l’extrait de canneberge par rapport à ceux qui ont reçu le véhicule. De plus, l’extrait de canneberge diminue la glycémie à jeun de façon significative et tend à augmenter le niveau de tolérance au glucose.

Conclusion : L’inclusion d’aliments fonctionnels, tel qu’un extrait de canneberge, permettrait d’améliorer la tolérance au glucose en plus d’accentuer la perte de poids corporel lors d’un changement d’une diète riche en gras et en sucrose à une diète faible en ces composantes. Des analyses futures nous permettront également de déterminer si cet extrait a facilité l’élimination des POPs en circulation. 

08h45 Rousseau, Jean-Philippe - Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Richard Kinkead - Retour à l'horaire

 

Nouvelles pistes sur la modulation neuroendocrinienne dans le développement des centres de contrôle respiratoire. 

Rousseau JP1, Tenorio L1, Kinkead R1

1Département de pédiatrie, Université Laval

Introduction : Le cerveau est une cible importante des hormones thyroïdiennes (THs) avec une grande vulnérabilité durant la période précoce du développement où l’embryon/fœtus dépend entièrement de l’apport de la mère en TH. Au cours de cette période, toute carence en TH chez la mère peut avoir d’importants effets néfastes sur la formation du cerveau. Malgré l'abondante littérature sur une variété de modèles animaux concernant l'effet du déficit en TH sur le développement et fonctionnement du système nerveux central, des poumons ainsi que de la neurotransmission GABAergique, l'influence de l'hormone sur le développement du système de contrôle de la respiration reste inconnue. 

Objectif : Puisque les récepteurs de l’hormone thyroïdienne (TRs) sont exprimés dans le cerveau fœtal au cours de la gestation et sont présents dans le tronc cérébral, le but de cette étude est de déterminer l'impact d'une carence périnatale en TH sur le développement des circuits respiratoires chez le rongeur nouveau-né. 

Méthodes : L’insuffisance en TH est recréée en administrant une substance bloquant la production de TH (Méthimazole; MMI) dans l’eau donnée aux femelles gestantes à partir du premier jour de la grossesse jusqu’à l’utilisation des nouveau-nés. Les enregistrements ont été exécutés sur des rat Sprague Dalwey âgés de 1 et 4 jours (P1-P4) traités au MMI (P1: N=8; P4: N=12) et contrôles (P1: N=15; P4: N=13). La mesure de la respiration fictive (in-vitro) est effectuée sur une préparation de tronc cérébral/moelle épinière via le nerf phrénique. 

Comparativement aux contrôles, les ratons provenant de femelles traitées au MMI ont montré une diminution de la fréquence de décharge phrénique
(69%) en conditions de base (5,5 ± 0,4 vs 8,0 ± 0,4 décharges/min; effet du traitement: P = 0,0003). De plus, ces derniers présentent une
augmentation de la dépression dose-dépendante de la respiration fictive suite à l'application de muscimol (agoniste du récepteur GABAA)(dose 0,1 μM
:-27 ± 7,9 vs -7,8 ± 3,4% par rapport à la valeur de base, effet du traitement: P = 0,0233) et une augmentation de l'élévation de la fréquence de
décharge phrénique après l'exposition à la bicuculline (antagoniste du récepteur GABAA) (dose 8 μM: 25,4 ± 5,3 vs 5,3 ± 3,9% par rapport à la
valeur de base, effet du traitement P = 0,0085). L'amplitude de décharge n'est pas affectée par les traitements au muscimol et à la bicuculline, ce
qui indique que le rôle des THs sur la modulation GABAergique est sélectif.Nous concluons que la carence en TH entraîne une inhibition GABAergique accrue dans les éléments essentiels du circuit de contrôle respiratoire qui
pourrait expliquer la fréquence réduite des décharges phréniques observée chez les ratons traités. Ces résultats fournissent de nouvelles hypothèses
concernant l'origine des troubles respiratoires du nouveau-né comme l'apnée du prématuré, impliquant une commande respiratoire réduite.

09h00 Leclerc, Jacinthe - Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Paul Poirier - Retour à l'horaire

 

Augmentation des événements indésirables associés à l’utilisation du clopidogrel générique

Leclerc J1,2,3, Blais C1,2, Rochette L1, Hamel D1, Guénette L2,4 et Poirier P2,5

1Institut national de santé publique du Québec, 2Faculté de Pharmacie, Université Laval, 3Université du Québec à Trois-Rivières, Département des sciences infirmières, 4Centre de recherche du CHU de Québec, Axe Santé des populations et pratiques optimales en santé et 5Centre de recherche de l’Institut Universitaire en Cardiologie et Pneumologie de Québec

Introduction : Le brevet du clopidogrel est venu à échéance en 2011 et depuis, plusieurs versions génériques, bioéquivalentes mais non-identiques, sont disponibles. Peu d’études ont évalué les impacts cliniques de cette « généricisation » au niveau populationnel.

Objectif : Évaluer l’impact de la commercialisation du clopidogrel générique sur certains événements indésirables (hospitalisations ou consultations à l’urgence) comparativement au clopidogrel original.

Méthodes : Par une étude de série chronologique utilisant les données du Système intégré de surveillance des maladies chroniques du Québec, les taux d’événements indésirables chez les utilisateurs de clopidogrel original ou générique, âgés de ≥ 66 ans, ont été calculés mensuellement 24 mois avant et 12 mois après la commercialisation de 6 versions génériques de clopidogrel. Les périodes avant et après ont été comparées par des régressions segmentées, avec une variable pour l’utilisation de génériques ou d’original. Des analyses de sensibilité ont été conduites en stratifiant selon les comorbidités cardiovasculaires associées au risque d’événements indésirables et selon le statut socio-économique.

Résultats : Le taux moyen d’événements indésirables était de 158 pour 1000 utilisateurs-mois de clopidogrel, similaire avant et après la commercialisation des génériques chez tous les utilisateurs (N=89 525). Chez les utilisateurs de génériques, les taux d’événements indésirables ont immédiatement augmenté de 20,0% le mois où les versions génériques ont été commercialisées vs. 0,8% pour les utilisateurs d’original (différence: 19,2%, intervalle de confiance à 95%: 11,7% – 26,7%,  p<0,0001). La tendance à la baisse des événements indésirables jusqu’à 1 an suite à la commercialisation des génériques était moins marquée chez les utilisateurs de génériques vs. original (différence : 1,2% [0,2% – 2,3%], p=0,001). Les sujets à haut et à faible risque d’événements indésirables présentaient des différences de taux similaires.

Conclusion : Une augmentation significative des événements indésirables est observée immédiatement suite à la commercialisation du clopidogrel générique, parmi les utilisateurs de génériques. Des différences entre les médicaments et les utilisateurs pourraient expliquer cette augmentation. Une surveillance populationnelle est requise pour mieux caractériser cette situation.

09h30 Mailhot-Larouche, Samuel - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr Ynuk Bossé - Retour à l'horaire

 

La métacholine diminue la réactivité bronchique : combattre le feu par le feu

Gazzola M1, Beucher C1, Lortie Ket Bossé Y1

Institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec

Introduction : Plusieurs études cliniques ont démontré l’efficacité à court et moyen terme des antagonistes du récepteur muscarinique faisant de ce récepteur une cible de choix dans le traitement de l’asthme. Paradoxalement, d’autres études cliniques suggèrent que cette approche pourrait aggraver la réactivité bronchique des asthmatiques à long terme.

Objectif : Notre étude vise à déterminer si l’approche inverse, c’est-à-dire l’activation répétée des récepteurs muscariniques par la métacholine (MCh) pourrait avoir l’effet bénéfique de diminuer la réactivité bronchique de souris en limitant la contraction du muscle lisse respiratoire.

Méthodes : Des souris BALB/c étaient traitées soit à la MCh ou au véhicule (PBS) lors de 2 sessions d’exposition quotidiennes de 45 minutes pendant 4 jours consécutifs. L’effet de ces expositions sur la résistance spécifique des voies aérienne (sRaw) était monitoré à l’aide d’un pléthysmographe à deux chambres. Au 5e jour, les souris étaient soit anesthésiées afin de tester leur réactivité bronchique à la MCh au FlexiVent ou euthanasiées afin que leur trachée soit excisée et que la force générée par celle-ci en réponse à différents spasmogènes soit mesurée en bains d’organe.

Résultats : In vivo, l’effet de la MCh sur la sRaw a diminué de 37 ± 8% au fil du traitement (n=25, p<0.01) et la réactivité bronchique à la MCh mesurée au FlexiVent a diminué de 40 ± 13% chez les souris traitées à la MCh (n=12, p<0.05). Par ailleurs, la réponse maximale et la sensibilité (EC50) à la MCh dans les trachées ex vivo a diminué de 25 ± 6% et 53 ± 12%, respectivement, dans le groupe traité à la MCh (n=12, p <0.01), tandis que la réponse au KCl, spasmogène indépendant du récepteur muscarinique, n’a pas été altérée.

Conclusion : L’activation répétée des récepteurs muscariniques permet de diminuer la réactivité bronchique en atténuant la réponse du muscle lisse des voies respiratoires à la MCh.

09h45 Racine, Étienne - Résident(e) / Externe en Pneumologie avec Dr Philippe Joubert - Retour à l'horaire

 

Identification de critères déterminant la pertinence d’examens extemporanés avec congélation sur les marges chirurgicales lors de résections pulmonaires oncologiques.

Étienne Racine1 MD PhD, Yves Lacasse2 MD MSc FRCP, Michèle Orain2, Serge Simard2 MSc, Sylvain Trahan2 MD, Paula Ugalde2 MD, Salma Meziou1 MD et Philippe Joubert2 MD PhD

1 Université Laval, 2 Institut universitaire de cardiologie et pneumologie de Québec (IUCPQ)

Introduction : Le cancer du poumon représente aujourd’hui la première cause de décès par cancer dans le monde. Les néoplasmes pulmonaires précoces peuvent être réséqués. La survie des patients traités chirurgicalement dépend entre autres du statut des marges de résection, une maladie résiduelle étant associée à un moins bon pronostic. En partie pour cette raison, l’évaluation systématique des marges chirurgicales par examen extemporané avec congélation est présentement requise par les chirurgiens thoraciques lors de résections pulmonaires oncologiques. Il n’existe toutefois aucune littérature supportant cette pratique, à laquelle sont associés des coûts substantiels et des délais significatifs en salle d’opération. 

Objectif : Notre étude vise à accomplir les objectifs suivants. (i) Identifier des critères clinico-pathologiques corrélés de façon significative à une probabilité élevée de marge(s) positive(s). (ii) Développer un processus décisionnel permettant d’évaluer la pertinence d’un examen extemporané avec congélation sur un spécimen de résection pulmonaire oncologique. (iii) Estimer les économies potentielles en ressources de laboratoire et temps opératoire.

Méthodes : Les rapports de pathologie de résections pulmonaires oncologiques entre le 1er janvier 2006 et le 21 juillet 2015 ont été identifiés à l’aide de la banque de données de l’IUCPQ. Les paramètres suivants ont été soit extraits directement de la banque de données, ou manuellement à la révision des rapports de pathologie : âge, sexe, statut tabagique, date et type de chirurgie, taille et stade de la tumeur, diagnostic histologique, statut des marges, distance entre la tumeur et la marge et invasion tumorale (lympho-vasculaire, ganglionnaire et pleurale). Pour chaque cas de marge positive, le protocole opératoire a été revu afin d’en évaluer l’impact sur la suite de la chirurgie.

Résultats : Nous avons relevé 1355 résections pulmonaires oncologiques, pour un total de 1552 tumeurs. 68 tumeurs sont associées à une ou plusieurs marge(s) positive(s), pour une incidence de 4.38%. Il s’agit de la plus grande cohorte jamais réalisée pour l’étude des facteurs associés au risque de marges pulmonaires positives. Les paramètres évalués comprennent : diagnostic histologique, taille de la tumeur, distance tumeur – marge(s), invasion lympho-vasculaire, ganglionnaire et pleurale. La taille de la tumeur et la distance aux marges constituent les quantités associées le plus étroitement à une probabilité accrue de marge positive, pour tous les types de résection. Pour les résections lobaires, un diagnostic histologique de carcinome épidermoïde et la présence d’invasion ganglionnaire et/ou lympho-vasculaire sont également corrélées à un risque plus élevé de marge positive.

Conclusion : Nous proposons d’utiliser des seuils décisionnels sur la taille de la tumeur et la distance aux marges afin de déterminer la pertinence d’un examen extemporané avec congélation sur les marges d’une résection pulmonaire oncologique. Nous suggérons les seuils suivants pour exclure l’examen extemporané avec congélation : distance > 3.0 cm, et taille < 1.0 cm. Une application combinée de ces critères élimine 57.4% des congélations. 

10h00 Huppé, Carole-Ann - Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr David Marsolais - Retour à l'horaire

 

Réduction des signes de l’alvéolite allergique extrinsèque expérimentale par l’activation du récepteur S1P1

Carole-Ann Huppé1 , Pascale Blais Lecours1, Mathieu Morissette1,2, David Marsolais1,2

Centre de recherche de l’institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Québec, Canada, 2 Faculté de médecine, Université Laval, Québec, Canada

Introduction : L’alvéolite allergique extrinsèque (AAE) résulte de l’inhalation répétée de certains allergènes retrouvés dans une multitude d’environnements. L’exposition répétée à ces agents conduit au recrutement de lymphocytes s’organisant sous forme de tissus lymphoïdes tertiaires (TLTs). Ces TLTs sont une source locale d’anticorps spécifiques contre l’antigène et de médiateurs pro-inflammatoires pouvant contribuer à l’exacerbation des symptômes de l’AAE. Jusqu’à présent, la seule avenue thérapeutique efficace à long terme est le retrait complet du milieu d’exposition. Des modulateurs de la voie de la S1P, plus spécifiquement du récepteur S1P1, montrent des effets bénéfiques dans le traitement de maladies présentant une réponse lymphocytaire dérégulée notamment par leur effet sur la séquestration de lymphocytes dans les ganglions lymphatiques.

Objectif : L’objectif est donc de déterminer le rôle du récepteur S1P1 dans la biologie des TLTs et l’effet de ces structures sur la pathophysiologie de l’AAE.

Méthodes : Des souris seront exposées à un agent immunogène, Methanosphaera stadtamanae (MSS), 3 fois par semaine durant 3 semaines. Suite à la période de sensibilisation, les souris seront traitées avec un agoniste spécifique du S1P1 ,RP001, avant d’être ré-exposées à l’antigène.

Résultats : L’activation du récepteur S1P1 réduit l’accumulation de lymphocytes ainsi que leur organisation en tissus lymphoïdes tertiaires conduisant à une diminution d’anticorps spécifiques contre l’antigène. Cette diminution mène à une réduction des signes aigus de la maladie dont le recrutement de neutrophiles et l’accumulation de fluide au niveau du poumon.

Conclusion : Ces résultats identifient le récepteur S1P1 comme une cible prometteuse dans la modulation des TLTs pulmonaires contribuant à une réduction du maintien des signes de l’AAE.

10h15 Salaun, Erwan - Moniteur de recherche clinique en Cardiologie avec Dr Philippe Pibarot - Retour à l'horaire

 

Incidence, Prédicteurs et Impact de la Détérioration Hémodynamique des Bioprothèses à la Suite d’un Remplacement Valvulaire Aortique

Salaun E1, Mahjoub H1, Girerd N1, Dagenais F1, Voisine P1, Juni P2, Mohammadi S1, Kalavrouziotis D1, Yanagawa B2, Verma S2,  Clavel MA1, Pibarot P1

1Institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec / Québec Heart & Lung Institute, Laval University, Québec city, Québec, Canada, 2Institute of St. Michael’s Hospital, University of Toronto, Toronto, Ontario, Canada

Introduction : La survenue de la détérioration structurelle des bioprothèses à la suite d’un remplacement valvulaire aortique (RVA) est généralement définie par le recours à la chirurgie pour dysfonction de la prothèse. Cependant, cette approche sous-estime significativement l’incidence de la détérioration structurelle. 

Objectif : Nous présentons dans ce travail l’incidence, les prédicteurs et l’impact de la détérioration hémodynamique définie par des critères échocardiographiques selon la survenue de celle ci par rapport au RVA.

Méthodes : Un total de 1387 patients (62.2% d’hommes; âge moyen de 70.5±7.8 ans) ont été inclus dans cette étude rétrospective. Une échocardiographie de référence était réalisée à un temps médian de 4.1 (1.3 – 6.5) mois après le RVA. Le suivi échocardiographique était d’au moins deux ans chez tous les patients, d’au moins 5 ans chez 926 patients et d’au moins 10 ans chez 385 patients. La détérioration hémodynamique était définie par : une augmentation ³10mmHg du gradient moyen transprothétique et/ou d’une aggravation d’une régurgitation transprothétique ³1/3 grade de sévérité au cours du suivi échographique.

Résultats : Au cours du suivi, une détérioration hémodynamique a été identifiée chez 428 patients (30.9%). Cette détérioration hémodynamique est survenue durant les 5 premières années suivant le RVA chez 181 (42.3%) patients et après la 5ème année de suivi chez 247 (57.7%) patients. La détérioration hémodynamique (exprimée comme une variable temps-dépendant) était un prédicteur significatif de décès (HR: 2.18, 95% IC: 1.86 to 2.57, p<0.001) (Figure). L’âge n’était pas un prédicteur de la détérioration hémodynamique. Le diabète (HR: 1.33, 95% CI: 1.06 to 1.66, p=0.01), un gradient moyen transprothétique ³15mmHg lors de l’échographie de référence (HR: 1.30, 95% CI: 1.05 to 1.62, p=0.02), la disproportion patient-prothèse sévère (HR: 1.85, 95% CI: 1.12 to 2.87, p=0.02) et le type de bioprothèses (effet protecteur de la prothèse sans armature vs. prothèse avec armature, p<0.001) étaient indépendamment associés à la survenue de la détérioration hémodynamique au cours du suivi.  Les prédicteurs d’une détérioration hémodynamique précoce (durant les 5 premières années de suivi) étaient : le diabète (p=0.01), le tabagisme actif (p=0.01), l’insuffisance rénale (p=0.01), un gradient moyen transprothétique à l’échographie de référence ³15mmHg (p=0.04), une régurgitation transprothétique ³légère à l’échographie de référence (p=0.04) et le type de bioprothèse (effet protecteur de la prothèse sans armature vs. prothèse avec armature, p=0.003). Les prédicteurs de dégénérescence hémodynamique plus tardive (i.e. au delà de la 5eme année de suivi) étaient: le sexe féminin (p=0.03), utilisation de coumadin (p=0.007) et le type de bioprothèses (effet protecteur de la prothèse sans armature vs. prothèse avec armature, p<0.001). 

Conclusion : Les résultats obtenus sur cette large cohorte révèlent que la détérioration hémodynamique des bioprothèses définie par l’échocardiographie est fréquente (30%) après un RVA et est associée à un augmentation de 2.2 fois du risque de décès. Les facteurs associées au risque de détérioration hémodynamique sont le sexe féminin, le diabète, le tabagisme actif, l’utilisation de Coumadin, la présence d’une disproportion patient-prothèse sévère, un gradient moyen transprothétique élevé,  et/ou une régurgitation transprothétique précoce après le remplacement valvulaire.

E1 Perrot, Nicolas - Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Benoit Arsenault - Retour à l'horaire

 

Impact d’un programme d’un an de modification des habitudes de vie sur le niveau plasmatique de lipoprotéine(a) chez des patients avec obésité abdominale et dyslipidémie

Perrot N1, Poirier P1, Alméras N1, Tremblay A1, Bergeron J2, Després J-P1 et Arsenault B1

1Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec; 2Départment de kinésiologie, Faculté de médecine, Université Laval

Introduction : La lipoprotéine(a) (Lp[a]) est l’un des plus importants facteurs de risque génétique des maladies coronariennes (MC). Bien que la variation du niveau plasmatique de Lp(a) soit largement influencée par des facteurs génétiques, il est toutefois ignoré si un changement des habitudes de vies pourrait améliorer le niveau de Lp(a). 

Objectif : Le but de cette étude est de déterminer si un programme de modification des habitudes de vie d’une durée d’un an, visant à augmenter les niveaux d’activité physique et à améliorer la qualité de l’alimentation pourrait influencer le niveau de Lp(a) chez des patients avec obésité abdominale et dyslipidémie athérogène.

Méthodes : Un total de 141 hommes sédentaires, avec obésité abdominale et dyslipidémie athérogène (circonférence de taille ≥90 cm, triglycérides ≥1.69 mmol/L et/ou HDL-C <1.03 mmol/L) ont été recrutés. Parmi eux, 116 hommes éligibles ont complété un programme de modification des habitudes de vie d’un an. Ce programme personnalisé visait à atteindre un minimum de 160 minutes d’activité physique d’intensité modérée par semaine ainsi qu’une augmentation de l’activité physique occupationnelle et une amélioration de la qualité de l’alimentation avec une réduction de l’apport alimentaire de 500kcal par jour. Des mesures anthropométriques ont été effectuées et un profil lipidique complet a été obtenu dans ce groupe, de même que dans un groupe témoin constitué de 32 hommes qui n’ont pas bénéficié de l’intervention, mais qui ont été suivis pendant un an. 

Résultats : Les niveaux moyens de Lp(a) avant l’intervention chez des participants avec obésité abdominale et dyslipidémie athérogène et chez le groupe témoin était de 30,0±41,7 nmol/L et de 19,9±40,1 nmol/L, respectivement. Suite à l’intervention d’une année sur les habitudes de vie, le niveau moyen de Lp(a) a augmenté de 5,0±19,5 nmol/L (p=0,007) et de 2,3±5,1 nmol/L (p=0,04) pour le groupe témoin.

Conclusion : Les résultats de cette étude suggèrent que l’augmentation de l’activité physique et l’amélioration de l’alimentation n’influencent que modestement le niveau de Lp(a) chez des individus avec obésité abdominale et dyslipidémie. Ces résultats sont attendus étant donné que le niveau de Lp(a) est principalement expliqué par des facteurs génétiques. Ces résultats suggèrent que l’effet cardioprotecteur bien documenté de l’activité physique régulière ne semble pas médié par les niveaux de Lp(a). 

E2 Pagé, Mélissa - Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Marie-Renée Blanchet - Retour à l'horaire

 

Importance du CD34 dans la fonction du muscle squelettique en réponse à un modèle d’exposition à l’hypoxie

Pagé M1, Maheux C1, Langlois A1, Morissette MC1, Debigaré R1, Blanchet M-R1

1Centre de Recherche, Institut de Cardiologie et de Pneumologie de Québec, Université Laval, Québec

Introduction : Les patients atteints de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) ont des épisodes hypoxémiques associés à un déficit fonctionnel des progéniteurs myogéniques (MPs) ainsi qu’à l’atrophie retrouvée chez ces patients. Les MPs participent à la régénération musculaire en association avec les progéniteurs fibro-adipogéniques (FAPs). Le CD34, exprimé par les MPs et les FAPs, est connu pour faciliter la migration des cellules vers le site de blessure. Toutefois, le rôle de l’expression du CD34 chez les MPs et les FAPs dans la réponse du muscle squelettique au stress hypoxique retrouvé dans la MPOC est inconnu.

Objectif : Évaluer l’importance de l’expression du CD34 dans la réponse du muscle squelettique dans des conditions hypoxiques in vivo.

Méthodes : Les poids et la masse maigre ont été mesurés chez des souris sauvages (WT) et Cd34-/- exposées à des conditions hypoxiques (10% O2) pendant 2 jours. La force et la récupération du muscle ont été mesurées ex vivo en bain d’organe. L’expression des gènes impliqués dans la myogenèse (Mrf4, MHC) a été détectée dans le muscle squelettique par RT-qPCR. Les MPs (intégrine-α7+, Sca-1-) et les FAPs (intégrine-α7-, Sca-1+) ont été quantifiés par cytométrie en flux.

Résultats : Les résultats montrent une perte de poids et de masse maigre après 2 jours d’exposition à l’hypoxie et ce, de façon plus importante chez les souris Cd34-/-. De plus, la force maximale du muscle des souris Cd34-/- est affectée en réponse à cette exposition. Aucune différence n’a été observée quant à l’expression de Mrf4 et MHC confirmant que la myogenèse n’est pas encore enclenchée. Toutefois, une forte augmentation de FAPs est observée dans le muscle des souris WT en réponse aux conditions hypoxiques et non chez les souris Cd34-/- suggérant un retard dans la réponse cellulaire à ce stress. 

Conclusion : L’expression du CD34 est importante dans la réponse du muscle squelettique aux conditions hypoxiques et pourrait jouer un rôle dans la conservation musculaire.

E3 Mkannez, Ghada - Étudiant(e) niveau Postdoctorat en Cardiologie avec Dr Patrick Mathieu - Retour à l'horaire

 

 

La méthylation de l'ADN d'un amplificateur intronique dérégule l’expression de PLPP3 et favorise l'ostéogenèse dans le rétrécissement valvulaire aortique calcifié  

Mkannez G1; Nsaibia MJ1; Gagné-Ouellet V2; Boulanger MC1; Argaud D1; Gaudreault N1; Rhéaume G1; Bouchard L2; Bossé Y1; Mathieu P1

1Centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec. Université Laval, 2Centre de recherche du CHUS Centre de santé et des services sociaux de Chicoutimi. Université de Sherbrooke

Introduction : Le rétrécissement valvulaire aortique calcifié (RAC) est une pathologie fréquente et est caractérisée par une différenciation ostéogénique  des cellules interstitielles (VICs) de la valve aortique. L’acide lysophosphatidique (LPA) est produit dans la valve aortique par un mécanisme enzymatique et il entraîne la différenciation osteéogénique des VICs. Les LPAs sont dégradés par la protéine membranaire phospholipide phosphatase 3, codée par le gène PLPP3.

Objectif : L’objectif de cette étude est d’étudié l’expression de PLPP3 et sa régulation épigénétique dans dans des valves humaines saines versus calcifiées (RAC).  

Nous avons examiné l'expression de PLPP3 dans des valves humaines saines versus calcifiées (RAC). La régulation épigénétique de PLPP3 a été étudiée dans les valves calcifiées et dans les valves contrôles. L'impact de PLPP3 sur la reprogrammation ostéogénique a été également examiné dans les VIC humains.

Résultats : L'ARNm ainsi que l'activité enzymatique de PLPP3 sont diminués de manière significative dans les valves sténosées (RAC) comparativement aux valves contrôles non minéralisées. Le profilage génétique multidimensionnel a montré que la méthylation d'ADN intronique (intron 1 de PLPP3) était  inversement associée à l'expression de PLPP3. Le pyroséquençage après traitement au bisulfite de 80 valves a confirmé que la méthylation intronique d'un site  CpG était augmentée de 2.3 fois dans les valves calcifiées par rapport aux valves contrôles. Dans les valves calcifiées, le niveau de méthylation du site CpG intronique était inversement lié à l'expression de PLPP3. Le site intronique est très conservé et a montré une augmentation  du niveau de méthylation de la lysine 4 de l’histone H3 (H3K4me1) spécifique des amplificateurs (enhancers). Dans un test de luciférase, la séquence intronique clonée avec un promoteur minimal PLPP3 a induit un niveau élevé d'activité de manière indépendante de l'orientation. La co-transfection de facteurs de transcription ubiquitaire a augmenté l'activité luciférase de plusieurs fois. Les valves avec un niveau faible d'ARNm de PLPP3 avaient un niveau plus élevée de LPA tissulaires. Une réduction de l’expression de PLPP3 à l’aide de petits ARN interférents (siRNA) dans des VIC humains entraîne une exacerbation de la transition ostéogénique par une augmentation de l’expression des gènes ostéogéniques RUNX2, BGLAP et BMP2 ainsi qu'une augmentation de l'activité de la phosphatase alcaline (ALP) en réponse à une stimulation avec le LPA.

Conclusion : La méthylation de l'ADN d'un amplificateur intronique diminue l'expression de PLPP3 dans le RAC. La diminution d’expression de LPP3 est associée à une augmentation de la signalisation médiée par le LPA et la différenciation ostéogénique des VICs.

E4 Daniel, Noémie - Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr André Marette - Retour à l'horaire

 

Modulation du microbiote intestinal par les oméga-3 endogènes et exogènes dans le cadre de l’obésité liée au syndrome métabolique

Daniel N1,2, Le Barz M1,2, Varin TV2, Pilon G1,2, Gauthier J3, Boivert M4,5, Garofalo C4,5, Kang JX6, Roy D2, Levy E2,4,5, Jobin C3, Marette A1,2

1Centre de recherche de l'Institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec; 2Institut des Nutraceutiques et Aliments Fonctionnels de Québec; 3Département de médecine et des maladies infectieuses, Université de Floride; 4Centre de recherche du CHU de Sainte-Justine, Montréal; 5Département de Nutrition, Université de Montréal; 6Laboratoire de médecine lipidique et technologique, Massachusetts General Hospital and Harvard Medical School

Introduction : Les acides gras polyinsaturés oméga-3 (n-3 PUFA) alimentaires (exogènes) et la restauration des n-3 PUFA via l’expression de la désaturase fat-1 (endogènes) sont connus pour améliorer l’homéostasie du glucose et la sensibilité à l’insuline chez des souris nourries avec une diète riche en gras (HF). L’obésité a été liée avec des changements de la communauté bactérienne intestinale, cependant l’influence des n-3 PUFA sur le microbiote intestinal demeure inconnue.

Objectif : Notre étude cherche à démontrer si les oméga-3 exogènes et endogènes sont susceptibles d’améliorer l’obésité et la stéatose hépatique liées au syndrome métabolique via des changements potentiels du microbiote intestinal.

Méthodes : Des souris mâles C57BL/6 sauvages et hémizygotes fat-1 (+/-) ont été nourries avec une diète riche (HF) ou faible en gras (LF) et gavées quotidiennement avec des oméga-3 ou des oméga-6 pendant 12 semaines. Des tests de tolérance au glucose et à l’insuline ont été pratiqués. Les lipides hépatiques et plasmatiques, l’inflammation tissulaire et les acides gras à chaîne courte (SCFAs) caecaux ont été mesurés. Des échantillons fécaux ont été collectés avant et après le traitement, et l’ARNr 16S bactérien déterminé via le système MiSeq Illumina.

Résultats : Les oméga-3 endogènes et exogènes tendaient à diminuer le gain de poids et l’inflammation tissulaire induits par la diète HF. Cependant, les oméga-3 endogènes tendaient à améliorer la sensibilité à l’insuline et l’homéostasie du glucose, tandis que les oméga-3 exogènes contrecarraient la stéatose hépatique induite par la diète HF et modulaient les SCFAs et les lipides plasmatiques. De plus, un changement important des populations bactériennes a été observé chez les souris HF comparativement aux souris LF, notamment une diminution de l’abondance de l’ordre des Erysipelotrichales (majoritairement expliqué par le genre Allobaculum) et une augmentation relative des Clostridiales. De manière intéressante, les oméga-3 à la fois exogènes et endogènes ont renversé ce changement de profil bactérien, induisant une augmentation de l’abondance de la famille des Erysipelotrichaceae, avec une augmentation significative d’Allobaculum chez les souris gavées.

Conclusion : Ces résultats montrent que les oméga-3 endogènes et exogènes sont susceptibles de lutter contre les maladies liées à l’obésité via des voies métaboliques différentes, mais impliquant une même voie microbienne potentielle.

E5 Mbareche, Hamza - Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Caroline Duchaine - Retour à l'horaire

 

Optimisation de la récupération des spores fongiques dans l’air pour une meilleure évaluation de l'exposition

Mbareche H1,2,  Veillette M1, Duchaine C1,2

1Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec; 2Départment de biochimie, microbiologie et bioinformatique, Faculté de science et génie, Université Laval

Introduction : Les bioaérosols représentent un important problème de santé publique, car ils sont des éléments fondamentaux de l’air. Particulièrement, les spores fongiques en suspension y constituent une des composantes les plus importantes en termes de nombre et d’effets sur la santé. Ils sont ubiquitaires dans l’environnement et considérés comme un facteur de risque majeur dans le développement de maladies respiratoires. En plus de la rhinite et de l'asthme, l'exposition aux champignons est associée à un certain nombre d'autres maladies, y compris la mycose broncho-pulmonaire allergique, la sinusite et la pneumopathie d'hypersensibilité. Les difficultés à établir le lien entre l'exposition fongique et les effets sur la santé sont liées aux méthodes utilisées. La biologie moléculaire est utilisée dans les études microbiennes et a permis une meilleure compréhension des impacts environnementaux des microbes. Cependant, il y a des défis liés à l'application de ces techniques aux bioaérosols, particulièrement aux spores fongiques.

Objectif : La présente étude révèle un problème de perte des spores fongiques lors de leur récupération à partir de l’air. Une incohérence dans des résultats comparant la culture et la qPCR a mené au développement d’un protocole de filtration adapté aux spores fongiques. L'objectif de ce projet est de valider la performance de ce nouveau protocole à l'aide de la méthode de qPCR et séquençage de nouvelle génération sur des échantillons environnementaux.

Méthodes : Les échantillons d’air récoltés proviennent de deux usines de biométhanisation et d’une porcherie de la région de Québec. L’air a été récolté à l’aide de l’échantillonneur à cyclone humide Coriolis® (Bertin instruments) avec un débit de 200l/min pendant une durée de 10 min. Un deuxième échantillonneur d’air à filtre sec, SASS® 3100 (Research International) utilisé avec un débit de 300 L/min pendant 30 minutes, a été utilisé afin de comparer les résultats obtenus à l’aide de l’échantillonneur humide. Les échantillons ont été séparés en deux afin d’appliquer le protocole de centrifugation utilisé traditionnellement et le nouveau protocole basé sur la filtration. Après l’extraction de l’ADN, les échantillons ont été amplifiés de façon quantitative (qPCR) en ciblant des gènes communs au genre Aspergillus et Penicillium. De plus, le reste des échantillons a été envoyé à la plateforme de séquençage de l’IBIS (Institut de biologie intégrative et des systèmes) de l’Université Laval pour la construction des librairies, l’amplification et le séquençage de l’ADN à l’aide de la plateforme miseq d’Illumina®. La région ITS1, utilisée comme marqueur fongique universel, a été ciblée pour l’amplification et le séquençage. Ainsi, les millions de séquences générées ont été traitées et analysées à l’aide d’un protocole bio-informatique développé de façon personnalisée utilisant des outils d’écologie microbienne tels que mothur, usearch et qiime. 

Résultats : Les résultats obtenus à l’aide de la nouvelle technique ont été comparés avec ceux des protocoles standard et ont montré un gain de 3 ordres de grandeur d'ADN fongique qui a été recueilli à l’aide de la qPCR. De plus, l’approche de séquençage de nouvelle génération a révélé un profil de diversité fongique différent selon la méthode utilisée. En effet, l’indice de richesse chao1 et le nombre d’OTU (Operationnel Taxonomic Unit) observés sont significativement plus élevés dans les échantillons filtrés. Des analyses taxonomiques ont permis d’établir l’affectation de certains taxons par la perte due à la centrifugation. Entre autres, les genres Alternaria, Cryptococcus et Fusarium ont été détectés exclusivement par la filtration et ce dans les 15 échantillons testés. 

Conclusion : Ce travail est le premier à soulever la question de la perte des spores fongiques aériennes lors de la récupération et à proposer une méthode alternative pour mieux évaluer l'exposition et la diversité des moisissures.

E6 Tastet, Lionel - Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Philippe Pibarot - Retour à l'horaire

 

L'impact du ratio apolipoprotéine B/apolipoprotéine A-I élevé sur la progression hémodynamique de la sténose aortique - Résultats de l'étude PROGRESSA

Tastet L1,2, Capoulade R1,2, Shen M1,2, Clavel MA1,2, Côté N1,2, Mathieu P1,2, Arsenault M1,2, Bédard É1,2, Dumesnil JG1,2, Arsenault BJ1,2, Després JP1,2, Pibarot P1,2

1Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, 2Faculté de médecine, Université Laval

Introduction : Des résultats issuent de précédentes études suggèrent qu'un profile lipidique athérogène pourrait être un des principaux facteurs de risque associés à une progression plus rapide de la sténose aortique (SA) chez les patients d'âge moyen. Le ratio de l'apolipoprotéine B/apolipoprotéine A-I (apoB/apoA-I) reflète la balance entre les lipoprotéines pro-athérogènes et anti-athérogènes. Nous avons donc émis l'hypothèse qu'un niveau élevé du ratio apoB/apoA-I pourrait être associé à une progression rapide de la maladie chez les patients d'âge moyen atteints de SA.

Objectif : L'objectif de cette étude prospective était d'évaluer la contribution du ratio apoB/apoA-I élevé pour prédire la progression hémodynamique de la SA, tout particulièrement chez les patients plus jeunes comparativement aux plus âgés.

Méthodes : Des patients atteints de SA ont été recrutés prospectivement dans le cadre de l'étude PROGRESSA. La progression hémodynamique de la SA a été déterminée par le changement dans la vitesse maximale du jet transaortique (Vmax) mesuré par échocardiographie Doppler entre la visite à l'entrée de l'étude et celle du suivi de 2 ans. Des échantillons sanguins ont été collectés à l'entrée de l'étude, et les niveaux plasmatique de l'apoB et de l'apoA-I ont été mesurés afin de calculer le ratio de l'apoB/apoA-I

Résultats : Parmi les 159 patients inclus dans cette sous-analyse de l'étude PROGRESSA, l'âge moyen était de 66±13 ans et 73% des patients étaient des hommes. Les patients dans le tertile supérieur du ratio apoB/apoA-I (i.e. ratio ≥0.62) avaient une progression hémodynamique plus rapide de la SA comparativement à ceux dans les tertiles inférieur ou intermédiaire (Progression Vmax : +0.33 ± 0.33 vs. +0.21 ± 0.29 m/s, p=0.02). Il y avait une intéraction significative (p=0.004) entre le ratio apoB/apoA-I et l'âge. Chez les patients plus jeunes (i.e. âge <69 ans; valeur médiane de la cohorte; n=78), ceux dans le tertile supérieur du ratio apoB/apoA-I avaient une progression de la SA 2.5 fois plus rapide comparativement à ceux dans les tertiles inférieur ou intermédiaire (Progression Vmax : +0.40 ± 0.36 vs. +0.15 ± 0.27 m/s, p=0.0009); tandis que chez les patients plus âgés il n'y avait aucune différence significative (Progression Vmax : +0.23 ± 0.28 vs. +0.26 ± 0.29 m/s, p=0.73). Après un ajustement multivarié pour le sexe, l'hypertension artérielle, la dyslipidémie, le diabète de type II, le syndrome métabolique, le niveau de créatinine et la sévérité hémodynamique de départ (i.e. Vmax de départ), un niveau élevé du ratio apoB/ApoA-I demeurait significativement associé à la progression rapide de la SA dans le sous-groupe des patients plus jeunes (β standardisé = 0.36; p=0.01).

Conclusion : Cette étude montre qu'un niveau élevé du ratio apoB/apoA-I est associé à une progression très rapide de la SA chez les patients d'âge moyen. Cette découverte suggère ainsi que les facteurs lipidique athérogènes peuvent jouer un rôle crucial dans la pathogénèse de la SA chez les patients d'âge moyen, tandis que chez les patients plus âgés les processus médiés par les lipides n'ont pas d'impact significatif dans la progression de la maladie.

E7 De Avila Dal Bo, Camila - Étudiant(e) niveau Doctorat en Obésité-Métabolisme avec Dr Elena Timofeeva - Retour à l'horaire

 

 

Les effets du knock down des neurones relaxin-3 sur le poids corporel et la prise alimentaire chez les rats femelles

De Avila C1, Ma S2, Gundlach A2  et Timofeeva E1

1Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Faculté de Médecine, Département de Psychiatrie et Neurosciences, Université Laval; 2 The Florey Institute of Neuroscience and Mental Health, Parkville, VIC, Australia

Introduction : Le neuropeptide relaxine-3 (RLN3) fait partie de la famille relaxine et est principalement exprimé dans le cerveau au niveau du nucleus incertus (NI), noyau du tronc cérébral. Dans notre laboratoire, nous avons démontré que l’injection centrale de RLN3 dans le cerveau augmente la prise alimentaire chez les femelles et les mâles, mais que cet effet est plus important chez les rats femelles. Nous avons également montré que,  la RLN3 affecte l’expression de l’hormone de libération des gonadotropines (GnRH) et l’activité de l’axe gonadotrope chez les rats femelles.

Objectif : Évaluer les effets du knock down des neurones RLN3 positifs dans le NI sur le poids corporel, la prise alimentaire corrélée au stade du cycle œstral ainsi que sur des tests comportementaux chez les rats femelles. 

Méthodes : Des rats femelles ont été divisées en 2 groupes : contrôle et knock down (n = 9-10 / groupe). Elles ont reçu respectivement une infusion bilatérale de pAM DCA miRC et de miR499 via le vecteur viral 1/2AAV. Trois semaines après l’injection, la prise de nourriture et le poids corporel ont été mesurés aux 24h. Les phases du cycle œstral ont également été caractérisées. À la septième semaine, les rats ont été soumis à des tests comportementaux. À la huitième semaine d’infection, les cerveaux ont été prélevés, ainsi que du sang par prélèvement intracardiaque

Résultats : Les rats knock down ont un poids corporel significativement diminué comparé au groupe contrôle. La diminution de la prise alimentaire pendant la phase d’œstrus a été effacée chez les rats knock down. De plus, les animaux knock down ont montré un comportement d’anxiété significativement plus élevé par rapport aux rats contrôles.

Conclusion : Le blocage de l’expression de la RLN3 dans le NI induit donc une perturbation du comportement de prise alimentaire associée à une perte de poids et une anxiété plus élevée.     

E8 Zenses, Anne-Sophie - Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Philippe Pibarot - Retour à l'horaire

 

Effect of Pre-existent Prosthesis-Patient Mismatch on Hemodynamic Outcome Following Aortic Valve-in-Valve for the Treatment of Failing Surgical Bioprostheses

Zenses AS1, 2, Dahou A1, Salaun E1, Rodes-Cabau J1, De Larochelière R1, Paradis JM1, Doyle D1, Mohammadi S1, Dumont É1, Chamandi C1, Rodriguez-Gabella T1, Rieu R2, Clavel MA1, Pibarot P1

1Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Université Laval, Quebec, Canada, 2 Institut des Sciences du Mouvement, Aix-Marseille Université, CNRS, ISM UMR 7287, Marseille, France

Transcatheter aortic valve in valve implantation (ViV) has emerged as a valuable technique to treat failing bioprostheses (BP) in high-risk patients. However, the hemodynamic results following ViV are not often optimal with the persistence of high residual gradients (HG) and patient-prosthesis mismatch (PPM). BP size (≤ 21 mm) and degeneration of BP by stenosis have been related to the presence of worse outcomes post-ViV. However, no distinction was made between acquired stenosis (i.e. BP structural degeneration) vs. pre-existent PPM of the surgical BP.

Objectif : The objective of this study was to determine the correlates for bad hemodynamic outcomes post-ViV.

Early post-surgical aortic valve replacement (SAVR), pre-VinV, and post-VinV echocardiographic data of 50 consecutive patients who underwent aortic ViV at our institution were retrospectively analyzed. The primary endpoint was a composite of the occurrence of high gradient (HG: ≥ 20 mmHg) and severe PPM (sPPM: indexed effective orifice area by BSA [EOAi] < 0.65 cm2/m2).

Mean transvalvular gradient after ViV was 23.5 ±11.0 mmHg and EOAi was 0.58 ±0.18 cm2/m2. HG and/or sPPM after ViV procedure were observed in 70% of the patients. Patients with pre-existent sPPM (i.e. sPPM after initial SAVR) had much higher rate of HG and/or sPPM (100% vs. 57.1%; p=0.002) compared to patients without pre-existent sPPM. In univariate analysis, the composite endpoint was correlated with BP type (p=0.002), BP internal orifice diameter (p=0.01) and pre-existent sPPM (p=0.002) and there was a strong trend toward correlation with BP mode of failure (p=0.07). After adjustment for BP true internal diameter, mode of failure (stenosis vs regurgitation), and BP type, the presence of pre-existent sPPM was associated with increased risk of high gradients and/or sPPM post-ViV (p=0.03).

In this series of patients who underwent aortic ViV, pre-existent severe PPM was strongly and independently associated with worse hemodynamic outcomes. ViV can indeed improve the hemodynamic outcomes in the context of acquired stenosis or regurgitation of the BP but not in the context of pre-existent severe PPM. These findings provide strong support for the prevention of severe PPM at the time of SAVR and for the systematic integration of the assessment of pre-existent PPM in the risk stratification and decision making processes prior to-VinV.

F1 Pettigrew, Myriam - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Cardiologie avec Dr Paul Poirier - Retour à l'horaire

 

Niveau quotidien d’activité physique chez des patients ayant suivi un programme d’activité physique supervisé après une chirurgie bariatrique 

Pettigrew M1,2, St-Aubin A3,4, Shanoor SN1,2, Tardif I1,2, Harvey J1,2, Auclair A1, Marceau S1,3, Biertho L1,3, Biron S1,3, Hould FS1,3, Lebel S1,3, Lescelleur O1,3, Julien F1,3 et Poirier P1,2 

1Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ), Québec, Canada. 2Faculté de pharmacie, Université Laval, Québec, Canada. 3Faculté de médecine, Université Laval, Québec, Canada. 4Centre hospitalier de l’Université Laval (CHUL), Québec, Canada.

Introduction : La pratique d’activité physique suite à une chirurgie bariatrique aide au maintien du poids perdu et apporte de nombreux bénéfices sur la qualité de vie. Toutefois, les habitudes de la pratique d’activité physique des patients suite à une chirurgie bariatrique ne sont pas connues.

Objectif : L’objectif de cette étude était de mesurer l’évolution du niveau d’activité physique de patients obèses sévères qui ont subi une chirurgie bariatrique.

Méthodes : Les participants (n=60) ont été randomisés soit dans le groupe exercice supervisé d’une durée de 12 semaines (n=40) ou soit dans le groupe témoin (n=20). Les mesures anthropométriques et le niveau d’activité physique mesuré par accéléromètre ont été effectués avant, à 3 mois et 6 mois après la chirurgie bariatrique. L’analyse du niveau d’activité physique a été réalisée en fonction du nombre de pas quotidien initial soit: groupe sédentaire (<4999 pas/jour) et groupe actif (>5000 pas/jour).

Résultats : Un total de 50 sujets ont été inclus dans cette analyse. Avant la chirurgie, il n’y avait aucune différence significative entre les groupes pour les mesures anthropométriques. Le groupe sédentaire était plus âgé et avait un nombre de minutes moins élevé de pratique d’activité d’intensité faible (p<0,001) et modérée-élevée (p=0,05). À 3 mois après la chirurgie, il y avait uniquement une différence entre les groupes pour le nombre de pas quotidien (5844±1760 vs 3776±1645 pas/jour; actif vs sédentaire; p<0,0001). Entre le 3ème et le 6ème mois (pendant la période d’entraînement supervisé), chacun des groupes a augmenté son nombre de pas quotidien (sédentaire: 1233±1800 pas; p<0.001) (actif: 1613±3332 pas; p=0,034) et leur temps d’activité d’intensité modérée-élevée (sédentaire: 8,8±21,4 min; p=0,039) (actif: 17,9±35,4 min; p=0,028). Toutefois, ces augmentations étaient similaires entre les groupes (p>0,05). 

Conclusion :  Les résultats suggèrent que le niveau initial d’activité physique des participants avant la chirurgie bariatrique n’influence pas la pratique d’activité physique post-chirurgieLa participation à un programme d’exercice supervisé ne semble pas avoir d’effets additifs sur la pratique quotidienne d’activité physique des patients. Des recherches futures dans le domaine sont nécessaires pour mieux comprendre la pratique quotidienne d’activité physique suivant une chirurgie bariatrique.

F2 Labrecque, Jennifer - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Obésité-Métabolisme avec Dr André Tchernof - Retour à l'horaire

 

Relation entre l’expression de la prostaglandine synthase AKR1B1 dans le tissu adipeux et divers paramètres métaboliques 

 Labrecque J1, 2, Michaud A3, Pelletier M2 et Tchernof A1, 2

1École de nutrition, Université Laval; 2Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec; 3Montreal Neurological Institute, McGill University 

Introduction : Les prostaglandines (PG) F et E2 sont des médiateurs lipidiques inflammatoires. Nous avons démontré que la PGF synthase AKR1B1 joue un rôle clé dans la synthèse de PGF par les préadipocytes humains et que l’expression de cette enzyme, particulièrement dans le tissu adipeux (TA) sous-cutané (SC), était positivement associée à l’aire de TA viscéral et l’hypertrophie des adipocytes omentaux (OM). 

Objectif : Vérifier si l’expression d’AKR1B1 dans le TA SC est également un marqueur de dysfonction métabolique. 

Méthodes : Des échantillons de TA OM et SC ont été obtenus chez 46 femmes (âge: 37,6-54,5 ans, IMC: 19,5-50,1 kg/m2). L’expression d’AKR1B1 a été mesurée dans les TA entiers. Des marqueurs de l’homéostasie glucidique et les lipides plasmatiques ont été mesurés. Le diamètre adipocytaire omental moyen a été mesuré après une digestion à la collagénase et l’aire de TA viscéral par tomodensitométrie. 

Résultats : L’expression d’AKR1B1 dans le TA SC était positivement associée aux triglycérides totaux (r=0,46, p<0,002), au ratio cholestérol total/HDL (r=0,33, p<0,03), aux taux de glucose (r=0,36, p<0,02) et d’insuline (r=0,58, p<0,0001) et à l’indice de résistance à l’insuline HOMA (r=0,58, p<0,0001), mais était négativement associée au taux de cholestérol HDL (r=-0,43, p<0,004). Lorsqu’ajustées pour l’aire de TA viscéral, les corrélations demeuraient significatives pour le glucose, l’insuline et l’indice HOMA (p<0,05 pour tous). Une tendance était observée pour les triglycérides et le cholestérol HDL (p<0,09 pour les deux). L’ajustement pour le diamètre adipocytaire OM n’a pas affecté les associations entre l’expression d’AKR1B1 et les niveaux d’insuline, l’indice HOMA et le cholestérol HDL (p<0,02 pour tous). Une tendance subsistait pour le glucose (p<0,09). 

Conclusion : L’expression d’AKR1B1 est positivement reliée à une altération de l’homéostasie glucidique et du profil lipidique. Certaines associations sont indépendantes de l’adiposité viscérale ou de l’hypertrophie des adipocytes OM, suggérant qu’AKR1B1 pourrait être un marqueur de dysfonction métabolique.

F3 Maheux, Catherine - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr Marie-Renée Blanchet - Retour à l'horaire

 

Impact de l’expression du CD103 sur la fonction des cellules dendritiques

Maheux C, Brassard J, Langlois A, Bernatchez E, Marsolais D, Flamand N, Blanchet M-R

Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec

Introduction : Lors de l’initiation de la réponse immune, les cellules dendritiques (DCs) captent les antigènes, migrent aux ganglions lymphatiques et y activent les lymphocytes T. Au poumon, on retrouve majoritairement deux sous-populations de DCs: les DCs CD11b+, qui ont des fonctions pro-inflammatoires, et les DCs CD103+, connues pour réguler l’inflammation. Récemment, notre équipe a démontré que suivant l’exposition au «granulocyte-macrophage colony-stimulating factor» (GM-CSF), un facteur de croissance présent dans un poumon sain, l’expression du CD103 est augmentée sur les DCs. Toutefois, la présence de stimuli inflammatoires comme le lipopolysaccharide (LPS) ou le facteur de nécrose tumorale (TNF) empêcherait cette modulation. L’impact de la modulation de l’expression du CD103 sur la fonction des DCs demeure inconnu. 

Objectif : L’objectif de ce projet est donc de vérifier si la modulation de l’expression du CD103 chez les DCs affecte leur fonction.

Méthodes : L’expression du CD103 chez des DCs isolés de la rate de souris, a été modulée par une exposition au GM-CSF, LPS et TNF. Ensuite, l’expression de différents marqueurs de fonction a été comparée entre les DCs CD103+ et CD103-.

Résultats : Le CCR7, une molécule impliquée dans la migration des DCs, n’est pas exprimé par les DCs CD103+ suivant l’exposition au GM-CSF. Toutefois en présence de LPS ou de TNF, l’expression du CCR7 est augmentée chez cette population comme chez les CD103-. L’E-cadhérine, impliquée dans l’adhésion cellulaire, est augmentée par le GM-CSF seulement chez les DCs CD103+. Le CD80 et le CD40, deux molécules impliquées dans l’activation des lymphocytes T, sont exprimées de façon similaire chez les deux populations de DCs suivant l’exposition au GM-CSF, TNF et LPS. 

Conclusion : Ainsi, l’induction de l’expression du CD103 semble influencer la capacité d’adhésion et de migration des DCs. Une meilleure compréhension de l’impact de la modulation du CD103 sur les DCs nous permettra de mieux comprendre les mécanismes de régulation de l’inflammation au poumon. 

F4 Clisson, Marine - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Cardiologie avec Dr Marie-Annick Clavel - Retour à l'horaire

 

Différenciation sexuelle de l'initiation de la sténose aortique dans un modèle de souris dyslipidémique et diabétique

Marine Clisson1, Mohammed-Salah Annabi1, Maxime Hervaul1, Mylène Shen1, Anne-Julie Boilard1, Maxime Perron1, Lionel Tastet 1, Marie-Annick Clavel1

1 Institut Universitaire de Cqardiologie et de Pneumologie du Québec, Faculté de Médecine, Université Laval, Québec, QC, Canada 

Introduction : Des études antérieures sur la sténose aortique calcifiante (SA) ont montré que pour une même sévérité, les femmes avaient une quantité de calcium sur la valve, significativement, moins importante que chez les hommes. En contre partie, il a été montré qu'elles avaient plus de fibrose. Par conséquent, cela suggère que la pathophysiologie de la sténose aortique pourrait différer entre les femmes et les hommes. Cependant, les études utilisant des modèles animaux manquent d'évaluer les processus pathophysiologiques sous-jacents impliqués dans les différences sexuelles dans la SA. 

Objectif : Dans cette étude, nous avons émis l'hypothèse que les hormones sexuelles sont impliquées dans le développement de la SA chez la souris, avec une initiation plus précoce de la maladie par la testostérone et une protection par les oestrogènes.

Méthodes : Nous avons utilisé une souche de la souris IGF II / Apo B100 / LDLr KO qui est un modèle combinant l'athérosclérose et les caractéristiques du syndrome métabolique et permet le développement d'une SA sévère dans les 9 mois sur une valve aortique tricuspide. Nous avons créé 4 groupes de souris: Mâles intacts (MI), mâles castrés (MC), femelles intactes (FI) et femelles ovariectomisées (FO). Les souris ont été stérilisées à l'âge de 8 semaines. Ainsi, les souris stérilisées ont un développement sexuel normal pendant les 8 premières semaines, l'atténuation des hormones sexuelles au cours de la semaine après la chirurgie et l'absence d'hormone sexuelle au cours des 3 dernières semaines. Les paramètres hémodynamiques de la sévérité de la SA, y compris la vitesse maximale du jet aortique (Vmax), le gradient moyen (MG) et la aire valvulaire aortique (AVA), ont été évalués par échocardiographie à l'âge de 12 semaines.

Résultats : À 12 semaines, il y avait 49 MI, 50 FI, 79 MC et 73 FO. Les mâles étaient, comme prévu, légèrement plus grands que les femelles (poids et surface corporelle [BSA]: tous deux p <0,001). En outre, il y avait une tendance vers un diamètre diastolique du ventricule gauche indexé (VGdind) inférieur chez les femelles par rapport aux mâles. En ce qui concerne la sévérité de la SA, tous les paramètres ont montré que la maladie la plus avancée était chez les MI, tandis que les FI avaient une hémodynamie normale (p <0,003). Fait intéressant, les MC et FO ont des marqueurs intermédiaires mais significativement différents de la sévérité de la SA. La fraction d'éjection ventriculaire gauche était normale et similaire dans tous les groupes (70 ± 10%).

Conclusion : Cette étude est la première à démontrer l'impact des hormones sexuelles sur l'initiation de la sténose aortique chez le modèle de souris avec des valves aortiques tricuspides normales. En effet, sur la valve aortique tricuspide, la sténose aortique s'est développée plus tôt chez les mâles intacts, qui ont plus de testostérone que les mâles castrés. En revanche, les femelles intactes semblent être protégées par rapport à celles ovariectomisées, ce qui suggère un effet protecteur des oestrogènes. Ces résultats doivent être encore confirmés avec un suivi plus long.

F5 Gonthier, Kevin - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Obésité-Métabolisme avec Dr Frédéric Picard - Retour à l'horaire

 

Modulation de l’expression de MED15 au foie dans l’obésité et le vieillissement

Gonthier K1,2, Miard S1, Taubert S3 et Picard F1,2

1Centre de Recherche de l’Institut Universitaire de Cardiologie et Pneumologie de Québec, Canada; 2Faculté de Pharmacie, Université Laval, Québec, Canada; 3Centre de Médecine Moléculaire et Thérapeutique, Université de Colombie-Britannique, Vancouver, Canada

Introduction : Chez les eucaryotes, la transcription est contrôlée par le complexe Mediator. Des travaux effectués chez le nématode Caenorhabditis elegans ont révélé l’importance de la sous-unité MDT-15, orthologue à MED15 chez le mammifère, dans la modulation saine des lipides et dans la protection contre divers stress métaboliques liés au vieillissement. De plus, un blocage pharmacologique de l’association physique et fonctionnelle entre MED15 et SREBP améliore le profil lipidique chez des souris obèses.

Objectif : Dans cette optique, notre équipe a cherché à évaluer l’expression de MED15 au foie en lien avec les altérations métaboliques typiques du vieillissement et de l’obésité.

Méthodes : Toutes les mesures des niveaux hépatiques d’ARN messager (ARNm) de MED15 ont été effectuées avec une méthode de réaction en chaîne par polymérase quantitative (qPCR). Dans l’approche sur le vieillissement, les groupes murins étudiés comprenaient des souris de type sauvage (WT) sacrifiées à 4 mois (n=15), 12 mois (n=15) et 24 mois (n=15) soumises à une diète régulière (Research Diets #12450J). Des groupes de souris obèses âgées de 4 mois n’exprimant pas la leptine (ob/ob) (n=8) ou son récepteur spécifique (db/db) (n=8) furent aussi utilisées et comparées à un groupe de souris WT (n=8) pour évaluer l’impact de l’obésité. Enfin, MED15 a été mesuré dans du foie humain, prélevé lors de chirurgies bariatriques, d’une cohorte de 28 hommes obèses classés en trois tranches d’âge (23 ± 1, 40 ± 1 et 59 ± 1).

Résultats : Une baisse significative d’ARNm de MED15 au foie a été observée entre les souris WT sacrifiées à 4 mois et le groupe âgé de 24 mois (p<0.05). Aucune variation d’importance n’a été notée contre le groupe sacrifié à 12 mois (p>0.05). Les souris ob/ob (p<0.001) et db/db (p<0.0001) furent aussi caractérisées par une diminution importante des niveaux hépatiques d’ARNm de MED15. Nous n’avons toutefois observé aucune différence significative entre les 3 groupes constituant la cohorte de 28 hommes.

Conclusion : Ces données suggèrent que l’expression de MED15 au foie est diminuée par différents challenges métaboliques. Nous pensons que l’absence de variations significatives des niveaux de MED15 dans le foie humain pendant le vieillissement est imputable à une réduction déjà importante de son expression par l’obésité. Des études in vitro et in vivo de l’impact de cette diminution sur le métabolisme sont déjà en cours.

Étude financée par le Réseau Québécois de Recherche sur le Vieillissement (RQRV).

F6 Boucher, Magali - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr David Marsolais - Retour à l'horaire

 

Évaluation de l’activation des cellules dendritiques par des bioaérosols complexes

Boucher M1, Blais Lecours P1, Pilote J1, Létourneau V1, Veillette M1, Duchaine C1,3 et Marsolais D1,2

1 Centre de recherche de l’institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Québec, Canada, 2 Faculté de médecine, Université Laval, Québec, Canada, 3 Département de biochimie, de microbiologie et de bio-informatique, Université Laval.

Introduction : Plusieurs environnements de travail sont hautement contaminés par des bioaérosols associés à diverses maladies pulmonaires. La cellule dendritique (DC) est centrale à l'organisation de la réponse immune pulmonaire. Son rôle a d’ailleurs été suggéré dans l’initiation de réponses immunopathologiques induites par des composantes des bioaérosols. 

Objectif : Évaluer le potentiel des cellules dendritiques à jauger l’immunogénicité des bioaérosols avec un modèle in vivo.

Méthodes : Divers environnements de travail (porcheries, fermes laitières, usines de traitements des eaux) ont été échantillonnés avec le SASS 3100. Les endotoxines ont été quantifiées dans les échantillons d’air. Des DCs murines ont été stimulées avec des doses croissantes d’endotoxines, en guise de courbe standard, et des dilutions d’éluat d’échantillons terrains. La maturation des DCs a été évaluée par cytométrie de flux en quantifiant le pourcentage des cellules positives pour le CMH de classe II et CD86. La sécrétion d’une cytokine pro-inflammatoire (TNFα) a été quantifiée par ELISA. Des souris ont été exposées de manière aiguë à ces mêmes échantillons. Les cellules totales, les comptes différentiels ainsi que la sécrétion de TNF ont été quantifiés dans les lavages bronchoalvéolaires (BAL). 

Résultats : Les éluats d’échantillons terrains induisent la maturation des DCs et la libération de TNFα de manière dose-dépendante. On note que les éluats issus d’échantillons environnementaux sont toujours plus immunogènes qu’une concentration égale à leur contenu en endotoxine. De plus, les résultats obtenus des BAL permettent de stratifier l’immunogénicité des environnements selon les comptes cellulaires (de 0,082 ± 0,006 à 1,49 ± 0,09 x 106 cellules/ml), le nombre de neutrophiles (de 0,013 ± 0,004 x 106 à 1,38 ± 0,07 x 106 cellules) et la quantité de TNF (de 17,5 ± 2,6 à 391 ± 44 pg/ml), de manière équivalente à l’activation des DCs. 

Conclusion : Actuellement, aucun outil biologique n’est mis au point pour évaluer l’immunogénicité des bioaérosols complexes. Nos résultats in vivo supportent que l’activation des DCs est un bon prédicteur du statut de salubrité des environnements de travail.

F7 Tardif, Isabelle - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Cardiologie avec Dr Paul Poirier - Retour à l'horaire

 

Influence d’un programme d’entraînement structuré de 12 semaines sur le bilan lipidique des patients obèses sévères ayant subi une chirurgie bariatrique.

Tardif I1, 2, Auclair A2, Biertho L2, 3, Marceau S2, 3, Hould FS2, 3, Biron S2, 3, Lebel S2, 3, Julien F2, 3, Lescelleur O2, 3, et Poirier P1, 2

1Faculté de pharmacie, Université Laval; 2Centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec; 3Faculté de médecine, Université Laval

Introduction : À ce jour, le rôle et les bienfaits de l’entraînement en soi suite à une chirurgie bariatrique ne sont pas connus.

Objectif : Évaluer les effets d’un programme d’entraînement structuré suivant une chirurgie bariatrique sur le bilan lipidique de patients obèses sévères.

Méthodes : Parmi les patients obèses sévères (indice de masse corporelle ≥40 kgm/m2 ou ≥35 kgm/m2 avec comorbidités) ayant subi une chirurgie bariatrique à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, 60 patients ont été inclus et randomisés dans le groupe entraînement (ENT) (n=40) et le groupe témoin (TEM) (n=20). Les patients du groupe ENT se sont entraînés pendant 1 heure, 3 fois par semaine, sous la supervision d’une kinésiologue et ce, entre les mois 3 et 6 après la chirurgie. Tous les patients ont été évalués à 0, 3, 6 et 12 mois après la chirurgie. À chaque visite, une prise de sang à jeun incluant le bilan lipidique a été effectuée. Les LDL des patients sous traitement hypolipémiant ont été ajustés selon le type et la dose d’hypolipémiant. 

Résultats : Un total de 52 patients (75% femmes, 41,4± 11,6 ans, 45,8± 6,0 kg/m2, 33% sous traitement hypolipémiant) ont été inclus dans les analyses du bilan lipidique. Avant la chirurgie, les caractéristiques des participants étaient semblables entre les groupes. À 3 mois post-chirurgie bariatrique, il n’y avait pas de différence entre les groupes dans la perte de poids (-18,1±3,4 vs. -18,3±4,2%; ENT vs. TEM, p=0,83) ni dans les variables du bilan lipidique: apo-B, cholestérol total (chol), HDL, non-HDL, LDL, LDL ajusté, ratio chol/HDL et triglycerides (TG). Entre 3 et 6 mois, le groupe ENT a démontré une plus grande augmentation des HDL comparativement au groupe TEM (+0,18±0,14 vs. +0,07±0,12 mmol/L, ENT vs. TEM, p=0,01), mais sans différence significative pour les autres variables du bilan lipidique : apo-B (p=0,40), chol (p=0,46), non-HDL (p=0,64), LDL (p=0,85), LDL ajusté (p=0,98), ratio chol/HDL (p=0,33) et TG (p=0,39).

Conclusion : Nos résultats suggèrent que la pratique d’activité physique a un effet bénéfique additif sur les HDL après une chirurgie bariatrique. D’autres recherches seront nécessaires pour mieux déterminer le rôle à long terme de l’exercice sur le profil lipidique après la chirurgie bariatrique. 

F8 Dion-Dupont, Vanessa - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr Caroline Duchaine - Retour à l'horaire

 

Évaluation de l’exposition professionnelle aux bioaérosols dans les centres de traitement des eaux usées

Dion Dupont V 1,2, Veillette M 2, Brisebois E 1,2, Culley A 1, Lavoie J 3, Duchaine C 1,2

1 Département de biochimie, microbiologie et de bio-informatique, Université Laval, Québec, Canada; 2 Centre de recherche de l’Institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec, Québec, Canada (CRIUCPQ); 3 Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail, Montréal, Canada (IRSST)

Introduction : Les procédés de traitement des eaux usées sont reconnus pour générer d’importantes concentrations de bioaérosols pouvant nuire à la santé des travailleurs. En effet, ces eaux sont fortement concentrées en microorganismes pathogènes. Plusieurs centres de traitement des eaux usées (CTEU) effectuent une grande partie de leur traitement à l’intérieur de bâtiments fermés. Avec les réglementations de plus en plus strictes en matière de santé et sécurité, l’évaluation de l’exposition professionnelle aux bioaérosols dans les CTEU devient donc une nécessité. 

Objectif : L’objectif de cette étude est donc de caractériser les bioaérosols afin de mieux documenter les risques d’expositions des travailleurs et d’étudier les variations saisonnières dans les niveaux d’exposition. 

Méthodes : Huit CTEU ont été investigués, et ce en hiver et en été afin de comparer l’effet saisonnier sur la composition des bioaérosols. Seuls les sites de traitement intérieurs avec le plus grand risque d’exposition ont été choisis. La présence de bactéries dans les bioaérosols est évaluée à l’aide de techniques de culture et par biologie moléculaire pour la présence de pathogènes spécifiques. La présence d’endotoxines est également évaluée. Plusieurs virus pathogènes connus pour être présents dans les eaux usées sont également étudiés par biologie moléculaire.

Résultats : Les résultats démontrent que l’été est la période la plus problématique. Les concentrations de bioaérosols varient également selon le type de traitement. Les résultats obtenus pour les bactéries cultivables et les endotoxines sont très proches des valeurs limite d’exposition recommandée à ne pas dépasser pour une période de 8h de travail. Plusieurs bactéries pathogènes, tels que Pseudomonas aeruginosa, Klebsiella pneumoniae et Aeromonas hydrophila, capable de causer des problèmes respiratoires et gastro-entériques ont été détectés en forte concentration dans l’air. Un certain nombre de virus pathogènes, tel qu’Adénovirus et Rotavirus a également été détectés dans nos échantillons.

Conclusion : Les résultats démontrent qu’il s’agit d’un environnement complexe et qu’il existe bel et bien un risque non négligeable pour la santé des travailleurs. Cette investigation est un premier pas vers l’instauration de meilleures mesures de sécurité pour minimiser l’exposition des travailleurs aux bioaérosols.

F9 Chartrand, Dominic - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Cardiologie avec Dr Jean-Pierre Després - Retour à l'horaire

 

Contributions respectives de la condition cardiorespiratoire et de l’adiposité viscérale au risque cardiométabolique chez la femme et chez l’homme

Chartrand D1,2, Larose E1,2, Poirier P1,3, Mathieu P1,2, Dagenais GR1,2, Pibarot P1,2, Lamarche B4, Rhéaume C1,2 et Després JP1,2

1Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec – Université Laval; 2Faculté de médecine, 3Faculté de pharmacie, 4Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation, Université Laval

Introduction : La condition cardiorespiratoire (CCR) et l'adiposité viscérale influencent plusieurs marqueurs du risque cardiométabolique (RCM). Cependant, leur contribution respective au RCM selon le sexe demeure inconnue. 

Objectif : Quantifier les contributions respectives de la CCR et de l’adiposité viscérale au profil de RCM chez la femme et chez l’homme.

Méthodes : Un échantillon de 141 femmes et 180 hommes asymptomatiques pour les maladies cardiovasculaires de l’étude CMCV (Obésité viscérale, gras ectopique et marqueurs non invasifs d'athérosclérose : une étude d'imagerie cardiométabolique et cardiovasculaire) ont été évalués. Divers tests et mesures ont été effectués (bilan sanguin à jeun, mesures anthropométriques, hyperglycémie orale provoquée, tension artérielle et fréquence cardiaque au repos et à l’effort lors d’une épreuve d’effort maximale sur tapis roulant). Les quantités de tissu adipeux viscéral (TAV) et sous-cutané ont été mesurées à partir d’images obtenues par résonance magnétique. Des analyses de sous-groupes ont été effectuées selon la quantité de TAV et la CCR afin d’évaluer leur influence sur les indicateurs du RCM, et ce, par sexe. De plus, des analyses de régression multivariée ont été réalisées afin d’évaluer les contributions respectives du TAV, de la CCR et du niveau d’activité physique sur le RCM.

Résultats : Chez la femme, une adiposité viscérale élevée montrait un impact plus important sur la lipidémie et la glycémie qu’une faible CCR : LDL-C (R2 = 0,174, p<0,001), HDL-C (R2 = 0,105, p<0,001), triglycérides (R2 = 0,286, p<0,001), glycémie à 120 minutes (R2 = 0,121, p<0,001) et insuline à 120 minutes (R2 = 0,276, p<0,001). Chez l’homme, une faible CCR influençait de façon plus importante ces variables qu’une adiposité viscérale élevée : LDL-C (R2 = 0,057, p<0,01), HDL-C (R2 = 0,123, p<0,001), triglycérides (R2 = 0,173, p<0,001), glycémie à 120 minutes (R2 = 0,172, p<0,001) et insuline à 120 minutes (R2 = 0,227, p<0,0001).

Conclusion : Chez la femme, l’adiposité viscérale semble influencer davantage les indicateurs du RCM liés à la dyslipidémie et à la dysglycémie que la CCR alors que l’inverse est observé chez l’homme.

G1 Argaud, Déborah - Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Patrick Mathieu - Retour à l'horaire

 

ENPP2, un gène inflammatoire sous le contrôle du couple NF-κB/JMJD3

Argaud D1, BoulangerMC1, Mathieu P1

1 Institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec, Québec, Canada

L’autotaxine (ATX), qui est codée par le gène ENPP2, a récemment été décrite comme un acteur clé stimulant la minéralisation et l’inflammation dans la valve aortique. Son expression est également augmentée chez les patients souffrant de sténose aortique.

Objectif : L’objectif de cette étude est d’identifier les mécanismes moléculaires expliquant cette dérégulation.

Méthodes : Des cellules HEK293T ont été traitées avec 100 ng/ml de LPS pendant 6 heures. Une analyse de l’expression d’ATX et de l’activation de son promoteur ont ensuite été réalisées. Des expériences d’immunoprécipitation de la chromatine couplées à une PCR quantitative (ChIP-qPCR) ont permis d’étudier le recrutement de p65, un membre de la famille NF-κB au promoteur d’ATX ainsi que les marques épigénétiques associées.

Dans des expériences de gène rapporteur, le LPS augmente l’activité d’une construction contenant la région promotrice d’ATX. Le LPS induit également l’expression d’ATX et cet effet est aboli par le Bay11-7085, un inhibiteur d’IκB kinase (IKK). En présence de LPS, des expériences de ChIP-qPCR ont révélées un enrichissement de p65 au niveau de deux séquences consensus κB localisées dans le promoteur d’ATX. D’autre part, la délétion de ces séquences κB diminue l’activation de la région promotrice d’ATX induite par p65 dans des expériences gènes rapporteurs.

Après un traitement au LPS, le niveau de H3K27me3, une modification des histones associée à la répression transcriptionnelle, est diminué. Un knockdown de JMJD3, une déméthylase H3K27me3, par une approche ARN interférent (siRNA) inhibe l’expression d’ATX induite par le LPS. De manière intéressante, JMJD3 semble être recrutée au niveau du TSS mais aussi le long du corps du gène ENPP2 en présence de LPS. Simultanément, le recrutement de l’ARN polymérase II est augmenté ainsi que sa phosphorylation sur la Serine 2. Des expériences de co-immunoprécipitations suggèrent que JMJD3 et l’ARN polymérase II interagissent en présence de LPS. Un knockdown de JMJD3 dans des expériences de ChIP-qPCR montre que JMJD3 est nécessaire au recrutement de l’ARN polymérase II sur le promoteur d’ATX.

Le LPS induit l’expression d’ATX dans les cellules HEK293T via une voie NF-κB et un mécanisme épigénétique incluant H3K27me3 et JMJD3. JMJD3 pourrait être une cible pour moduler l’inflammation induite par ATX.

G10 Toubal, Oumhani - Moniteur de recherche clinique en Cardiologie avec Dr Philippe Pibarot - Retour à l'horaire

 

 

Intérêt pronostique des peptides natriurétiques (BNP) dans la régurgitation mitrale organique asymptomatique –l’étude PROGRAM-

Toubal O, MD 1; Mahjoub H , MD, PhD 1; Thébault C , MD 2; O’Connor K, MD 1; Beaudoin J, MD 1; Bernier M, MD 1; Clavel MA, DVM, PhD 1; Pibarot P, DVM, PhD 1.

1&nnbsp;Centre de recherche de l'Institu universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec; 2 Centre hospitalier de Saint Brieuc

Introduction : De nombreuses études ont démontré l’intérêt du dosage du BNP (Brain Natriuretic peptide) comme prédicteur pronostique dans la régurgitation mitrale (RM) dégénérative mais aucune ne l’a fait chez des patients asymptomatiques.

Objectif : L’objectif de cette étude est d’’analyser le rôle du BNP dans l’identification des patients plus à risque d’évènements cardiaques et qui bénéficieraient d’une chirurgie précoce. 

Méthodes : Cent vingt-six (126) patients asymptomatiques (âge moyen 61±14 ans, 52% d’hommes) avec une RM au moins modérée ont été recruté dans le cadre de l’étude prospective PROGRAM de 2008 à 2016. Les patients ont tous subis une échocardiographie de repos ainsi qu’une échocardiographie de stress. Les niveaux plasmatiques de BNP ont été mesurés au repos et exprimés sous forme de ratio de BNP (BNP mesuré divisé par la limite supérieure normale du BNP ajustée pour l’âge et le sexe). Le point d’aboutissement primaire était la survenue d’un des évènements suivants : chirurgie sur la valve mitrale, fibrillation auriculaire, insuffisance cardiaque, hospitalisation ou décès.

Résultats : Durant un suivi de 2.9±1.8 ans il y a eu 53 évènements (42%).

Vingt-deux pour cent des patients avaient un ratio de BNP élevé (>1). La survie sans évènements à 2 ans  était plus basse chez les patients ayant un ratio de BNP élevé versus ceux avec un ratio de BNP normal (59.6±4 versus 82.7±17% p=0.03). En étude univariée un ratio de BNP>1 était associé à une augmentation de risque d’évènements cardiovasculaires (RR : 2.8, IC 95% 1.55-5.08, p=0.001). Après ajustement pour la sévérité de la RM, la fraction d’éjection ventriculaire gauche (FEVG) et le volume de l’oreillette gauche (vol OG), le ratio de BNP restait un prédicteur indépendant d’évènements (RR : 2.46, p=0.01).

Conclusion : Dans cette série de patients avec RM significative, le ratio du BNP était un prédicteur puissant et indépendant d’évènements cardiaques. Il serait donc très utile pour améliorer la stratification du risque chez les patients asymptomatiques et permettrait d’identifier les patients qui bénéficieraient d’une chirurgie précoce de la valve mitrale.

G2 Gendron, David - Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr David Marsolais - Retour à l'horaire

 

A phosphorylatable sphingosine analogue reverses airway smooth muscle enlargement in experimental asthma

Gendron DR1, Blais Lecours P1, Lemay AM1, MJ Beaulieu1, Huppé CA1, Lee-Gosselin A1, Flamand N1,2, Don AS3, Bissonnette E1,2, Blanchet MR1,2, Laplante M1,2, Bourgoin SG2,4, Bossé Y1,2, D Marsolais1,2

1Centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec; 2Faculté de Médecine, Université Laval; 2Prince of Wales Clinical School; 3Centre de recherche du CHU de Québec

Introduction : Dans l'asthme, l'épaississement du muscle lisse bronchique (MLB) contribue directement à l’hyperréactivité bronchique (HRB). Les analogues de la sphingosine (ASp) sont principalement connus pour leur effets immunomodulateurs. Cependant, ceux-ci sont aussi de puissants inhibiteurs de la réponse anabolique, mais leur habileté à interférer avec l’épaississement du MLB est inconnu. Les effets biologiques des ASp dépendent fortement de leur capacité à être phosphorylés. Les analogues phosphorylables, comme AAL-R, peuvent être phosphorylés intracellulairement et induire l’apoptose ou être exportés de la cellule pour agir sur des récepteurs membranaires spécifiques. Les ASp non phosphorylés, comme AAL-S, peuvent induire l’activation de la protein phosphatase 2A intracellulaire. Les ASp pré-phosphorylés, comme AFD-R, ne peuvent agir intracellulairement, mais modulent les mêmes récepteurs membranaires.

Objectif : Notre premier objectif était donc de tester la capacité des ASp, selon leur statut de phosphorylation, à résoudre l’HRB dans un modèle d’asthme chronique. Notre deuxième objectifs était de déterminer si ces ASp modulent la prolifération et/ou l’apoptose de cellules musculaires lisses (BSMC) in vitro

Méthodes : In vivo. Des souris BALB/c ont reçu de la poudre d’acarien (HDM) ou de la saline pendant 5 semaines. AAL-R, AALS, ou leur véhicule (VEH) ont été administrés pour 7 jours, une semaine après la dernière administration de HDM. Les analyses sont effectuées 24H après le dernier traitement. L'HRB a été déterminée avec une dose-réponse à la méthacholine avec l’appareil flexiVent et l’épaisseur du MLB en histologie. In vitro. Des BSMC primaires ont été traitées avec AAL-R, AALS, AFD-R ou leur VEH pendant 24 à 72H. Le nombre de cellules viables a été déterminé avec le test MTT, la prolifération avec l’incorporation du BrdU et l’apoptose avec un marquage à l’annexin V. 

Résultats : Dans un modèle d’asthme chronique expérimental, l’HRB est fortement diminuée par AAL-R (réduction de 70% comparativement au VEH), ce qui n’est pas répliqué par AAL-S. Cette diminution est associée à la résorption pratiquement complète (86%) de l’épaississement du MLB. Sur les BSMC, AAL-R réduit la prolifération de 26% avec une augmentation marginale de l’apoptose. AAL-S et AFD-R ne modulent pas la prolifération, malgré une modulation similaire à AAL-R de l’apoptose.

Conclusion : Uniquement les ASp phosphorylables peuvent renverser l’épaississement du MLB favorisant l’HRB observée dans l’asthme en favorisant la balance catabolique des BSMC. 

G3 Jubinville, Éric - Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Mathieu Morissette - Retour à l'horaire

 

Impact du tabagisme sur le transport inverse des lipides pulmonaires

E Jubinville1,2, M Talbot1,2, J-C Bérubé1,2, M Hamel-Auger1,2, M-J Beaulieu2, S Aubin2, M-E Paré2, D G Kallend3, B Arsenault2,4, Y Bossé2,5 et M C Morissette2,4

1Faculté des études supérieures, Université Laval; 2Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec; 3The Medicines Company (Schweiz) GmbH, Zürich, Suisse; 4Département de médecine, Université Laval; 5Département de médecine moléculaire, Université Laval

Introduction : Le transport inverse des lipides est crucial pour le maintien de l’homéostasie pulmonaire. Le tabagisme déstabilise l’homéostasie des lipides pulmonaires. En effet, il provoque une accumulation intracellulaire importante de lipides dans les macrophages pulmonaires, ce qui suggère une altération des mécanismes impliqués dans le transport inverse des lipides.

Objectif : Investiguer le lien entre le tabagisme et le transport inverse des lipides. Caractériser ces effets sur la réponse inflammatoire pulmonaire, les fonctions pulmonaires et la composition corporelle dans un modèle murin.

Méthodes : Afin de mesurer l’expression de gènes clés dans le transport inverse lipidique pulmonaire en contexte tabagique, un jeu de données d’expression génique pulmonaire de sujets fumeurs et non-fumeurs (cohorte Laval) a été interrogé. Les résultats chez l’humain ont été comparés avec un modèle murin d’exposition à la fumée de cigarette. Par la suite, nous avons mesuré, avec un test in vitro, la capacité fonctionnelle du lavage broncho-alvéolaire (BALF) et du sérum murin à exporter du cholestérol de macrophages J774.

De plus, des souris ApoA-1-/-, présentant une capacité de transport lipidique réduite, et des souris traitées avec une molécule recombinante d’ApoA-1 Milano/Phospholipides (MDCO-216), favorisant le transport inverse des lipides, ont été exposées à la fumée de cigarette. Des analyses cellulaires et fonctionnelles pulmonaires, en plus de l’impact sur la composition corporelle des souris, ont été effectuées.

Résultats : Le tabagisme module l’expression de gènes clés (↓abca1, ↑abcg1, ↑apoe et ↓scarb1) impliqués dans le transport inverse des lipides pulmonaires chez l’humain et la souris. Malgré une augmentation, in vitro, de la capacité du BALF et du sérum murin à exporter le cholestérol de macrophages après une seule exposition à la fumée de cigarette, in vivo les macrophages pulmonaires demeurent très gros. Notre test in vitro démontre que les souris ApoA-1-/- exposées à la fumée de cigarette ont une diminution de 50% de leur capacité à exporter les lipides. Ces mêmes souris ont une plus grande neutrophilie et de plus gros macrophages pulmonaires comparées aux souris fumeuses sauvages. Les souris ApoA1-/- fumeuses ont une perte de masse maigre plus marquée, comparativement aux souris ApoA-1-/- exposées à l’air ambiant. D’autre part, les souris traitées avec le MDCO-216 semblent protégées des effets de la fumée de cigarette. En effet, le MDCO-216 diminue la taille des macrophages pulmonaires et entraîne un gain de masse maigre chez les souris fumeuses traitées.

Conclusion : Cette étude démontre une interaction fonctionnelle entre le tabagisme et le transport inverse des lipides et ouvre la porte à de nouvelles avenues pour mieux comprendre le lien entre les maladies pulmonaires et métaboliques reliées au tabagisme.

G4 Dahou, Abdellaziz - Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Philippe Pibarot - Retour à l'horaire

 

B-Type Natriuretic Peptide and High-Sensitivity Cardiac Troponin for Risk Stratification in Low Flow, Low Gradient Aortic Stenosis -A Substudy of the TOPAS study-  

Abdellaziz Dahou, MD, MSc, Marie-Annick Clavel, DVM, PhD, Romain Capoulade, PhD, Kim O’Connor, MD, Henrique B. Ribeiro, MD, PhD, Nancy Côté, PhD, Florent Le Ven, MD, Josep Rodés-Cabau, MD, Jean G. Dumesnil, MD, Patrick Mathieu, MD, MSc Philippe Pibarot, DVM, PhD

Institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec / Québec Heart & Lung Institute, Laval University, Québec city, Québec, Canada

Introduction : Elevated (≥550 pg/mL) level of B-type natriuretic peptide (BNP) is associated with increased risk of mortality in patients with LF-LG AS. The incremental prognostic value of high-sensitivity cardiac troponin T (hsTnT) in these patients is unknown.

Objectif : The objective of this study was to determine the prognostic value of the combined BNP and hsTnT in patients with LF-LG AS with either preserved or reduced LVEF.

Méthodes : Ninety-eight patients (74±10 year; 75% men) with LF-LG AS (LVEF<50% and/or stroke volume index [SVi]<35 ml/m2, mean gradient <40 mmHg, and indexed aortic valve area <0.6 cm/m2) prospectively enrolled in the TOPAS study were included in this subanalysis. The cohort was divided into three groups according to BNP and hsTnT plasma levels: Group A: BNP <550 pg/mL and undetectable TnT (hsTnT<15 ng/l); Group B: BNP≥550 pg/mL or hsTnT≥15 ng/l and Group C: BNP≥550 pg/mL and hsTnT≥15 ng/l. The primary endpoint was all-cause mortality.

Résultats : 27 (27%) were in Group A, 39 (40%) in Group B, and 32 (33%) in Group C. During a median follow-up of 2.8 years, 43 patients died. Two-year mortality was higher in Group C (41±9%) than in Group B (23±7) and Group A (5±4%) (p=0.002). In Group B, there was no significant difference in 2-year mortality rates between the subgroup with hsTnT≥15 ng/l (n=29) vs. that with BNP ≥550 pg/mL (n=10) (26±9% vs. 11±10%, respectively, p=0.21). In multivariable analysis adjusted for age, type of treatment (AVR vs. conservative), coronary artery disease and LVEF, being in Group C remained independently associated with increased risk of mortality (HR= 4.25; p=0.023), and Group B tended to have higher mortality (HR=3.63; p=0.058) as compared to Group A.

Conclusion : The results of this study demonstrate the usefulness of combined measures of BNP and hsTnT to enhance risk stratification in patients with LF-LG AS. Patients with elevation of both BNP and hsTnT have a markedly increased risk of mortality.

G5 Imhoff, Sarah - Étudiant(e) niveau Doctorat en Cardiologie avec Dr Patrice Brassard - Retour à l'horaire

 

Découplage entre le débit sanguin cérébral et l’oxygénation cérébrale à l'exercice chez une athlète ayant un syndrome post-commotionnel: étude de cas.

Sarah Imhoff 1,2, Simon Malenfant 2,3, Éric Nadreau 2, Paul Poirier 2, Damian M. Bailey 4,5 & Patrice Brassard 1,2

1Département de kinésiologie, Faculté de médecine, Université Laval, Québec, Canada ; 2 Institut Universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Québec, Canada ; 3 Groupe de recherche en hypertension pulmonaire, Institut Universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Québec, Canada ; 4 Neurovascular Research Laboratory, Faculty of Life Sciences and Education, University of South Wales, South Wales, UK ; 5 Université de Provence Marseille, Sondes Moléculaires en Biologie, Laboratoire Chimie Provence UMR 6264 CNRS, Marseille, France.

Introduction : Une atteinte de la fonction vasculaire cérébrale à la suite d’une commotion cérébrale pourrait induire une vulnérabilité aux changements excessifs de débit sanguin cérébral et contribuer à la présence de symptômes aigus et chroniques. De plus, l'exercice de haute intensité pourrait présenter un risque pour les patients atteints d'un syndrome post-commotionnel (SPC), lorsque des symptômes sont induits pendant l'effort. Le cas d'une athlète paralympique ayant un SPC qui a connu une succession de périodes de convulsion-éveil après avoir signalé une augmentation marquée des symptômes post-commotionnels lors d’un protocole d’effort progressif maximal est présenté. Lors de l’épreuve d’effort, l’oxygénation cérébrale a diminuée de 18% malgré une augmentation continue (20%) du débit sanguin cérébral. Cette augmentation s’est produite en dépit de l’hypocapnie induite par l’hyperventilation durant l’exercice à haute intensité. Ces résultats suggèrent une dysfonction de la fonction vasculaire cérébrale pouvant mener à une hyperperfusion cérébrale à l’effort de haute intensité chez cette athlète. En conclusion, les symptômes post-commotionnels induits par l'exercice peuvent refléter une dysfonction de la fonction vasculaire cérébrale. L’exercice de haute intensité devrait être introduit avec précaution dans cette population, tel que recommandé par les grandes lignes directrices.

G6 Turcotte, Caroline - Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Nicolas Flamand - Retour à l'horaire

 

Les neutrophiles humains expriment la 15-lipoxygénase-2 et métabolisent les acides gras et l’endocannabinoïde anandamide via cette voie enzymatique.

Turcotte C, Archambault AS, Larose MC, Martin C, Provost V, Laviolette M, Bossé Y, Flamand N.

Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Département de médecine, Faculté de médecine, Université Laval, Québec.

Les neutrophiles participent tant à la défense de l’hôte qu’aux dommages tissulaires observés dans les maladies inflammatoires pulmonaires. Comprendre comment ils exercent leurs différentes fonctions est essentiel afin de limiter leurs effets délétères et de promouvoir leurs effets bénéfiques. À cet égard, ils produisent plusieurs lipides inflammatoires, notamment le leucotriène B4. Ils synthétisent ces médiateurs à partir de divers précurseurs, dont l’acide arachidonique et les endocannabinoïdes. En étudiant ces voies métaboliques, nous avons remarqué la production de métabolites issus de la voie de la 15-lipoxygénase (LO) par les neutrophiles humains. 

Objectif : Définir le sentier métabolique impliqué dans la biosynthèse de produits de la 15-LO par les neutrophiles humains. 

Nos analyses par immunobuvardage indiquent que les neutrophiles humains expriment la 15-LO-2 tandis que les éosinophiles expriment la 15-LO-1. Tout comme les éosinophiles, les neutrophiles incubés avec de l’acide arachidonique produisent de la lipoxine A4 et de l’acide 15-hydroxy-éicosatétraénoïque (15-HETE). De plus, les neutrophiles humains métabolisent l’acide linoléique en 13-HODE, l’acide éicosapentaénoïque en 15-HEPE, l’acide docosahexaénoïque en 17-HDoHE et l’endocannabinoïde anandamide en 15-HETE-EA. La synthèse de ces métabolites survient rapidement (maximale à 15 secondes) et dépend de la concentration des substrats. En opposition avec les éosinophiles humains, des inhibiteurs spécifiques de la 15-LO-1 ou de la 5-LO n’ont pas inhibé la synthèse des dérivés de la voie de la 15-LO par les neutrophiles, indiquant que ces derniers proviendraient de la voie de la 15-LO-2. 

Conclusion : Nos résultats démontrent que les neutrophiles expriment la 15-LO-2 et ont la capacité de synthétiser plusieurs dérivés de la voie de la 15-LO. Ce sentier métabolique pourrait contribuer à la régulation de la réponse inflammatoire et de l’immunité pulmonaire, notamment en contrôlant les niveaux d’endocannabinoïdes et de leurs métabolites. 

G7 Gazzola, Morgan - Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Ynuk Bossé - Retour à l'horaire

 

Une exposition chronique au HDM augmente le gain de force du muscle lisse dans un modèle murin

Morgan Gazzola1, Samuel Mailhot-Larouche1, Clémentine Beucher1, Katherine Lortie1, David Marsolais1, Ynuk Bossé1

1Centre de Recherche de l'Institut en Cardiologie et en Pneumologie de Québec

Introduction : L’hyperréactivité bronchique ainsi qu’une contraction soutenue du muscle lisse des voies aériennes (i.e. ‘tonus’) sont deux caractéristiques de l’asthme. Nos études chez la souris et plus récemment chez l’humain, en contextes in vitro et in vivo, ont démontré que la présence d’un tonus augmente les capacités contractiles du muscle lisse. En revanche, la contribution de ce phénomène dans l’asthme demeure à élucider.

Objectif : Ce projet vise à étudier l’impact du gain force du muscle lisse des voies aériennes induit par un tonus dans un modèle chronique de souris asthmatiques sensibilisées à la poudre d’acarien (HDM).

Méthodes : Des souris C57BL/6 ont été exposées au HDM ou à la saline de façon intranasale durant 5 semaines, puis reprovoquées après 2 semaines avec une dose de HDM ou de saline. Ce modèle chronique induit du remodelage bronchique et la reprovocation permet d’étudier cet effet en présence ou en absence d’inflammation. Les fonctions respiratoires ont ensuite été mesurées avec l’appareil FlexiVent, en réponse à différentes doses de métacholine (MCh); soit 4 doses de saline à des intervalles de 5 minutes suivies d’une forte dose de MCh (75 mg/ml), ou soit 4 faibles doses de MCh (5 mg/ml), afin d’introduire un tonus, suivies d’une forte dose de MCh (55 mg/ml).

Résultats : La résistance et l’élastance du système respiratoire suivant la dernière dose de MCh furent augmentées chez tous les groupes de souris exposées à un tonus. Cet effet fut amplifié chez les souris sensibilisées au HDM, et amplifié encore davantage chez les souris reprovoquées au HDM. De plus, l’effet du tonus n’a pas influencé la résistance newtonienne, témoignant que le phénomène du gain de force influence principalement le comportement des petites voies respiratoires.

Conclusion : Ces résultats suggèrent que le remodelage, ainsi que l’inflammation, amplifient le gain de force du muscle lisse induit par un tonus. Ces résultats démontrent également que le phénomène affecte principalement les voies respiratoires périphériques.

G8 Quansah Amissah, Richard - Étudiant(e) niveau Doctorat en Obésité-Métabolisme avec Dr Elena Timofeeva - Retour à l'horaire

 

Neuronal activity is increased in the medial prefrontal cortex of binge-eating prone rats

Quansah Amissah R, Calvez J, Guèvremont G and Timofeeva E

Centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec

Introduction : Binge eating disorder (BED) is the most prevalent eating disorder yet little is known about its underlying pathophysiology. It is characterised by episodes of bingeing and compulsivity, and is more prevalent in females than males. During bingeing, palatable foods are consumed implicating reward processing brain regions like the medial prefrontal cortex (mPFC), nucleus accumbens (NAcb) (core and shell) and ventral tegmental area (VTA) in BED. Individuals with BED display high sensitivity to reward, which is associated with increased neuronal activity in the frontal cortex.

Objectif : The objectives were to determine which regions in the brain are implicated in binge-like eating and to identify possible differences in neuronal activity during bingeing.

Méthodes : A binge-like eating rat model was developed using repeated 1-hour access to 10% sucrose solution and three foot-shock stresses. Rats were classified, based on their consistently high or low sucrose intake after stress, as either binge eating prone (BEP) or binge eating resistant (BER), respectively. The first cohort of BEP (n = 6) and BER (n = 6) rats were euthanized in non-stressful conditions. DeltaFosB (ΔFosB) immunohistochemistry was detected on retrieved brains to assess neuronal activation. To confirm the results obtained, a second cohort of BEP (n = 8) and BER (n = 8) rats were surgically implanted with electrodes and real-time activity of neurons in the prelimbic (PrL) and infralimbic (IL) cortices of the mPFC in response to sucrose consumption was obtained and analysed.

Résultats : After immunohistochemistry, we found that BEP rats had a higher number of ΔFosB-expressing neurons in the mPFC (PrL: p = 0.0024, IL: p = 0.0289), nucleus accumbens (core: p = 0.0043, shell: p = 0.0005), ventral tegmental area (p = 0.0002) and granular insular cortex (p = 0.0147) compared to BER rats. The number of ΔFosB-expressing neurons was comparable in both phenotypes in the locus coeruleus (p = 0.2586), and in the dysgranular (p = 0.0654), agranular dorsal (p = 0.0589) and agranular ventral insular cortex (p = 0.1239). After analyses of real-time neuronal activity in the PrL and IL during sucrose consumption, which was by licking, three groups of neurons were identified namely the cluster-start excited (CSE), cluster-start inhibited (CSI) and cluster-start non-responsive (CSN) neurons. CSE neurons are neurons with baseline firing rate (firing rate between 3s and 1s before lick onset) significantly lower than response firing rate (firing rate between 0s and 2s after lick onset), CSI neurons are neurons with baseline firing rate significantly higher than response firing rate and CSN neurons are neurons with baseline firing rate comparable to response firing rate. Their differences in proportions between BEP and BER rats were analysed. The overall number of neurons that were identified in the mPFC around lick onset in BEP rats was significantly higher than that in BER rats (p < 0.0001). For both phenotypes, majority of the neurons were CSE while CSI neurons formed the minority. In the PrL of both phenotypes, no difference in proportions of CSE, CSI and CSN neurons was found (0.2777). BEP rats, however, had a significantly higher proportion of the three groups of neurons in their IL (p < 0.0001) compared to BER rats. Also, the IL contained a higher proportion of CSE, CSI and CSN neurons in BEP (p < 0.0001) and in BER (p = 0.0004) rats compared to the PrL.

Conclusion : Sucrose- and stress-induced neuronal activity was higher in reward processing structures in BEP than BER rats, suggesting that an increase in neuronal activity in reward-related brain areas may be associated with binge-like eating phenotype. Specifically, the higher electrophysiological activity of neurons in the mPFC of BEP compared to BER rats implicates this region in sucrose bingeing and this corroborates the results obtained using ΔFosB immunohistochemistry.

G9 Auclair, Audrey - Professionnel(le) de recherche en Cardiologie avec Dr Paul Poirier - Retour à l'horaire

 

Effet d’un programme d’entraînement de 12 semaines suivant une chirurgie bariatrique sur les changements de la composition corporelle et du muscle à la cuisse

Auclair A1, Harvey J1,2, Marceau S1,3, Biertho L1,3, Julien F1,3, Hould FS1,3, Biron S1,3, Lebel S1,3, Lescelleur O1,3 et Poirier P1,2

1Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Québec; 2Faculté de médecine, Université Laval, Québec; 3Faculté de pharmacie, Université Laval, Québec.

Introduction : La perte de poids induite par la chirurgie bariatrique est caractérisée par une réduction de la masse grasse et de la masse musculaire, mais à une proportion moindre. Les effets sur la composition corporelle de la pratique d’activité physique suivant une chirurgie bariatrique ne sont pas connus.

Objectif : Mesurer les effets d’un programme d’entraînement supervisé, entre les mois 3 et 6 suivant une chirurgie bariatrique, sur les changements de la composition corporelle et du muscle à la cuisse.

Méthodes : Les patients inclus étaient candidats pour une chirurgie bariatrique restrictive ou mixte et ont été randomisés soit : 1) groupe exercice ou, 2) soins habituels (groupe témoin). Ceux dans le groupe exercice devaient effectuer 3 séances de 60 minutes d’entraînement (aérobie et musculation) entre les mois 3 et 6 après la chirurgie bariatrique. La composition corporelle, par la balance à impédance, et une tomodensitométrie de la cuisse ont été effectuées avant ainsi qu’à 3, 6 et 12 mois post-chirurgie.

Résultats : Un total de 60 patients ont été randomisés pour lesquels 50 ont été inclus dans l’analyse (74% femme, 52% chirurgie mixte, 42 ± 12 ans, 46 ± 6 kg/m2). Avant la chirurgie bariatrique et à 3 mois post-opératoire, il n’y avait aucune différence entre le groupe exercice et témoin. Pendant la phase d’entraînement (entre 3 et 6 mois), il n’y avait aucune différence dans les changements liés à la composition corporelle (circonférence de taille, poids, masse grasse, masse maigre). Toutefois, dans le groupe exercice, il y avait un maintien du muscle à la cuisse (125 ± 27 cm2 à 125 ± 27 cm2; p=0,92) comparativement à une réduction dans le groupe témoin (123 ± 29 cm2 à 119 ± 26 cm2; p=0,007). Entre 6 et 12 mois après la chirurgie, dans le groupe exercice et témoin, le muscle à la cuisse a été maintenu malgré une réduction du poids de 9,0 ± 5,6% qui était semblable entre les groupes.

Conclusion : Nos données suggèrent un effet favorable d’un programme d’entraînement supervisé suivant une chirurgie bariatrique sur le maintien du muscle à la cuisse, sans toutefois avoir un effet bénéfique supplémentaire sur la composition corporelle.

H1 Tremblay, Eve - Professionnel(le) de recherche en Pneumologie avec Dr Sébastien Bonnet - Retour à l'horaire

 

Macitentan, un antagoniste des récepteurs à l’endotheline, utilisé comme traitement dans un modèle d’hypertension pulmonaire secondaire à une cardiopathie gauche chez le rat Fawn Hooded

Tremblay E, Lampron MC, Turmel E, Provencher S, Bonnet S

Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec

Introduction : L’Hypertension pulmonaire (HTP) associée à une cardiopathie gauche (groupe 2) est l’HTP la plus fréquente. Elle touche jusqu’à 60% des patients souffrant de dysfonction ventriculaire gauche ou de valvulopathie sévère (aortique ou mitrale) et est associée à un mauvais pronostic. Cette forme d’HTP se caractérise aussi par un certain remodelage artériolaire pulmonaire pour lequel aucune médication n’existe.

Objectif : Développer un modèle fiable et reproductible d’HTP groupe 2 afin de déterminer l’efficacité du Macitentan, un antagoniste des récepteurs de l’endothéline qui à montré de certains bénéfices dans des d’autres types HTAP.

Méthodes : Une constriction standardisée de l’aorte (chirurgie SAB : Suprocoronary aortic banding) est effectuée chez des rats FHR. Les rats sont traités par gavage quotidien de Macitentan 30mg/kg  pour une période de 9 à 12 semaines. Un suivi par échocardiographie est effectué à intervalle régulier pour observer l’évolution des paramètres cardiaques puis un cathétérisme cardiaque est effectué afin de mesurer la pression et le volume dans les ventricules et dans l’artère pulmonaire.

Résultats : Nous avons confirmé la présence d’HTP chez les rats SAB par la mesure de l’épaississement de la paroi du ventricule droit ainsi que de la diminution du temps d’accélération du flux pulmonaire (PAAT) par échocardiographie dans les groupes SAB comparativement aux contrôles. Un cathétérisme cardiaque nous a permis de mesurer la pression ventriculaire systémique droite (RVSP) et gauche (LVSP) et constaté une augmentation de façon significative chez les SAB (p<0,05). Le ratio du poids de chacun de ces ventricules sur la masse de l’animal démontre une hypertrophie cardiaque qui n’est pas limitée au cœur gauche. Suite au traitement au Macitentan, le PAAT a augmenté de façon significative passant d’une moyenne de 0,019 sec chez les SAB à des valeurs plus normales à 0,026 sec chez les rats traités. De plus, une diminution de 20% des RVSP et LVSP ont été mesurées ainsi qu’une légère diminution de la muscularisation du cœur. 

Conclusion : La chirurgie SAB chez les FHR constitue un bon modèle pour l'étude de l'HTP de groupe 2 et le traitement au Macitentan tend à améliorer les paramètre hémodynamiques.

H2 Pilote, Sylvie - Professionnel(le) de recherche en Cardiologie avec Dr Benoit Drolet - Retour à l'horaire

 

La souris T0901317: Un modèle animal rapide à obtenir et peu coûteux pour évaluer l’impact de la stéatose hépatique sur les cytochromes P450?

Pilote S1, Thibault C2, Jubinville É1,3, Routhier J1,3, Drolet B1,2,  Morissette MC1,3, Simard C1,2

1Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, 2Faculté de pharmacie, Université Laval, 3Faculté de médecine, Université Laval

Introduction : La stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD), fréquemment  associée à l'obésité et au diabète de type II, représente actuellement la cause numéro un de maladie hépatique dans les pays occidentaux. La prévalence de la NAFLD a doublé ces 20 dernières années et les patients NAFLD utilisent de nombreux médicaments pour gérer les comorbidités. Cependant, il y a peu de données disponibles concernant  les effets directs de la NAFLD sur l'élimination des médicaments.

Objectif : Développer et caractériser un modèle murin de NAFLD généré par l’administration de T0901317, un agoniste des récepteurs nucléaires hépatiques LXR. D’évaluer l’impact de cette pathologie sur l'expression et l’activité du CYP3A, une sous-famille des cytochromes P450, un joueur clé dans le métabolisme des médicaments.

Méthodes : Le T0901317 (T0, 20 mg/kg) ou le véhicule ont été injectés par voie intra-péritonéale quotidiennement pendant 4 jours à des souris femelles C57BL/6 âgées de sept à neuf semaines (n=5/groupe). Les foies ont été prélevés, lavés, pesés et congelés rapidement dans l'azote liquide. Des coupes de foie congelées dans l’OCT ont été  colorées à  l'huile rouge afin d’évaluer l’infiltration d’acides gras. L'ARN total a été extrait et les niveaux d’expression en ARNm de quatre iso-enzymes : cyp3a11, cyp3a13, cyp3a25 et cyp3a44, ont été évalués par PCR quantitatif (qPCR). Les microsomes ont été extraits et les incubations standards ont été effectuées avec la testostérone, un substrat-type du CYP3A.

Résultats : L’administration de T0 a entraîné une augmentation de 1,8 fois du poids total du foie comparé au véhicule. Une infiltration lipidique marquée, caractéristique de la stéatose hépatique non alcoolique, a également été observée chez les souris traitées avec le T0. Les niveaux d'ARNm hépatiques de cyp3a11 et cyp3a25 ont augmenté de manière significative de 2,1 et 1,6 fois, respectivement, chez les souris traitées avec le T0, alors que des diminutions significatives de 1,4 et 2,5 fois ont été observées dans les niveaux d'ARNm de cyp3a13 et cyp3a44, respectivement. Fait intéressant, une diminution significative (4,5 fois) de l'activité hépatique CYP3A a été constatée chez les souris traitées avec le T0, par rapport aux souris traitées avec le véhicule.

Conclusion : Bien que des analyses ultérieures soient encore nécessaires pour préciser l’amplitude de la NAFLD, la souris traitée au T0901317 pourrait représenter un modèle animal rapide à obtenir et peu coûteux, permettant d’évaluer les effets de la stéatose hépatique sur le métabolisme des médicaments et éventuellement assurer une meilleure prise en charge des approches thérapeutiques.

H3 Turgeon, Nathalie - Professionnel(le) de recherche en Pneumologie avec Dr Caroline Duchaine - Retour à l'horaire

 

Preferential aerosolization of bacteria in laboratory

Turgeon N1,2, Perrot P1,2, Duchaine C1,2

1Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec; 2Département de biochimie, de microbiologie et de bioinformatique, Université Laval

Introduction : Bioaerosols can have significant impacts on human, animal and public health. Indeed, they can be vehicles for infectious disease agents as well as trigger for allergies and occupational respiratory diseases. Bioaerosols can be produced from diverse sources, including engineering activities and natural environments. However, little is known about aerosolization mechanisms and impacts on microorganisms. Bioaerosol composition is influenced by the source and mechanisms of aerosolization. However, recent studies have reported that bioaerosol composition does not always mirror the source. Some microorganisms could be aerosolized more easily than others from a source (generally a liquid), and therefore, are enriched in the aerosols compared to the source. This phenomenon has been described as preferential aerosolization

Objectif : 1) Design and build an aerosol chamber and a bubble burst aerosol generator to study preferential aerosolization. 2) Perform in vitro experiments to compare preferential aerosolization of Gram-positive and Gram negative bacteria as well as rod and coccus shaped bacteria. 3) Evaluate the impact of aerosolization mechanism on preferential aerosolization

Méthodes : We used two different aerosol generators to produce bioaerosols from a liquid mixture composed of 5 bacteria (Pseudomonas aeruginosa, Moraxella catarrhalis, Lactobacillus paracasei, Staphylococcus aureus, and Streptococcus suis). We collected bioaerosols generated using an SKC BioSampler. The total concentration of each bacterium in the liquid source and in collected bioaerosols was determined using specific qPCR. The proportion of intact cells of each bacterium was also determined using PMA-qPCR. The relative proportion of each bacterium in bioaerosols was compared with their relative proportion in the liquid source. We also compared the proportion of intact cells for each bacterium between the liquid source and the collected bioaerosols. 

Résultats : In our setup, P. aeruginosa was preferentially aerosolized compared to the four other bacteria using the two aerosols generators. L. paracasei, S. aureus, and S. suis were significantly less abundant in air samples compared to liquid source. S. suis was significantly more resistant to aerosolization and air sampling compared to other tested bacteria. Indeed, the proportion of intact S. suis cells was not significantly different between air samples and liquid source

Conclusion : We demonstrated that P. aeruginosa, a respiratory pathogen, could be preferentially aerosolized compared to other bacteria independent of the aerosolization mechanism. Further experimentation is needed to determine the bacterial properties leading to this phenomenon.

H4 Thiboutôt-Gagnon, Nicolas - Personnel de soutien DRU en Centre de Recherche avec Mme Michèle Clavet - Retour à l'horaire

 

Procédures de redérivation embryonnaire chez la souris dans un cadre d'introduction d'une lignée transgénique dans un secteur exempt d'organismes pathogènes spécifiques (EOPS).

Thiboutôt-Gagnon N1, Robillard J2, Paradis E3

1Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec; 2Animalerie

Introduction : Les exigences du travail en recherche avec des animaux vivants évoluent au même rythme que les découvertes générées par ce travail. Des standards du plus haut niveau s'imposent désormais dans les installations d'hébergement d'animaux de laboratoire. La présence de certaines bactéries, virus ou parasites dans les milieux de vie de ces animaux peut interférer directement avec les résultats de recherche désirés. Le maintien du statut "exempt d'organismes pathogènes spécifiques (EOPS)" s'inscrit donc dans un démarche visant à assurer la qualité et la cohérence des résultats de recherche. Un des principaux défis engendrés par ce type d'installation est d'importer une lignée de souris en provenance d'un milieu externe dans l'animalerie et particulièrement vers un secteur de colonies d'élevage (EOPS). Ce secteur clé de l'animalerie se doit d'être hors de tout doute exempt de ces pathogènes, puisqu'il génère la majeure partie des animaux aux fins d'études. Jusqu'à présent, la méthode jugée la plus efficace pour se départir de tous ces pathogènes potentiels est le nettoyage des embryons transgéniques à la source, suivi du transfert de ceux-ci dans une femelle certifiée exempte de ces organismes indésirables. Cette femelle porteuse pourra alors donner naissance aux fondateurs de la lignée de souris dans le secteur spécifique désiré. L'animalerie du CRIUCPQ possède maintenant dans ses installations, des laboratoires ainsi que l'expertise permettant cette véritable acrobatie au coeur de la création de la vie. Bienvenue dans l'univers de la redérivation embryonnaire.

Conclusion : La maîtrise des concepts et techniques entourant la redérivation embryonnaire chez la souris ouvre un horizon de possibilités pour l'avenir de l'animalerie du CRIUCPQ. Les récents succès lors des manipulations d'embryons aussi jeunes, nous permettent d'imaginer les prochains épisodes d'une série d'expertises de fine pointe relatifs à la transgénèse. 

H5 Beaulieu, Marie-Josée - Professionnel(le) de recherche en Pneumologie avec Dr Mathieu Morissette - Retour à l'horaire

 

Plateforme d’analyse ex vivo de tissus par micro-tomodensitométrie.

Beaulieu M-Jet Morissette M1,2

1Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec; 2Département de Medicine, Université Laval

Introduction : La microtomographie à rayons X (micro-TDM ou micro-CT) permet de reconstruire le volume d’un objet selon la perméabilité aux rayons X de ses différents constituants. Cette technique est utilisée dans plusieurs domaines incluant la géologie, l’électronique, la science des matériaux et la recherche biomédicale.

La micro-TDM de petits animaux permet des analyses longitudinales et peu invasives où chaque animal demeure son propre contrôle. Toutefois, malgré une bonne résolution spatiale, le contraste obtenu avec un micro-CT in vivo offre rarement la possibilité d’une analyse fine de la composition et de la structure des tissus mous. Une analyse histologique de ces tissus est alors souvent nécessaire. Or, malgré l’utilité de la microscopie pour la caractérisation des cellules et des structures cellulaires d’un tissu, les analyses histologiques conventionnelles entrainent une perte irréversible d’une partie de l’échantillon. De plus, un grand nombre de coupes est indispensable afin d’obtenir une vue d’ensemble de l’organe étudié. Seules des analyses ex vivo à l’aide d’un micro-CT permettent d’obtenir une image en 3D, d’une grande résolution spatiale, d’un tissu ou d’un organe entier.

Le laboratoire de Mathieu Morissette possède un micro-CT qui permet des analyses ex vivo de tissus, de petits organismes ou de tout objets mesurant entre 5 et 30mm de largeur et jusqu’à 60mm de longueur. La résolution spatiale tridimensionnelle de cet appareil est de 6 à 30µm. Les reconstructions en 2D s’apparentent à des coupes histologiques et les reconstructions volumétriques permettent de mesurer plusieurs paramètres. Il est notamment possible de mesurer le volume de microcalcifications ou de tumeurs et leur distribution dans un tissu, de quantifier des aires de fibrose, de segmenter un arbre bronchique ou le réseau artériel d’un organe, de mesurer l’épaisseur des trabécules osseuses ou le raccourcissement d’un muscle.

L’analyse en 3D par micro-CT in vivo est devenue une méthode de choix en recherche préclinique et clinique. Les études ex vivo assurent cependant une meilleure résolution spatiale tridimensionnelle, résolution nécessaire pour une caractérisation détaillée des tissus mous et peu perméables aux rayons X tel que le poumon. Si vous désirez effectuer des analyses ex vivo par micro-CT, n’hésitez pas à venir nous voir pour discuter de vos projets et des possibilités qui vous sont offertes.

H6 Roussel, Élise - Professionnel(le) de recherche en Cardiologie avec Dr Marie Arsenault - Retour à l'horaire

 

 

Dhrs7c, une des multiples oxydo-réductases de type SDR à être modulée dans l’hypertrophie cardiaque.

Roussel, É, Drolet, M-C, Lavigne, A-M, Arsenault, M et Couet, J.

Groupe de recherche sur les valvulopathies, CRIUCPQ, Université Laval.

Introduction : Les oxydo-réductases de type SDR (OR-SDR) forment une super-famille d’enzymes impliquées dans l’activation/inactivation des stéroïdes, rétinoïdes ainsi que dans le métabolisme de divers xénobiotiques, prostaglandines, acides gras et polyols. Les OR-SDRs partagent relativement peu d’identité au niveau de leur séquence protéique (20-30%) mais elles possèdent toutes des similarités au niveau de leur site actif et catalysent des oxydo-réductions dépendantes des cofacteurs NAD(P)(H). En condition de surcharge hémodynamique chronique, le cœur s’hypertrophie. Notre groupe étudie les adaptations du myocarde soumis à une régurgitation sévère de la valve aortique (RA) chez le rat. Lors d’un profilage d’expression génique, nous avons observé une expression significative de plus d’une trentaine de gènes encodant des OR-SDRs dans le myocarde et près d’une quinzaine étaient modulés dans les cœurs dilatés à la suite de neuf mois de RA sévère.

Objectif : L’objectif de cette étude était de déterminer le profil d’expression d’une sélection de neuf de ces OR-SDRs dans différents modèles d’hypertrophie cardiaque (HC) animaux ou cellulaires. 

Méthodes : Les ARNms et les protéines de cœurs de rats, de souris, de cardiomyocytes néonataux de rat en culture (NRCMs) et d’une lignée de cardiomyoblastes (H9C2) ont été extraits et analysés par qRT-PCR, immunobuvardage (IB) et immunofluorescence (IF).

Résultats : Nous avons étudié 9 des 10 gènes les plus fortement exprimés et/ou modulés encodant pour des OR-SDRs (Dhrs7c, Dhrs4, Dhrs11, Decr, Hsd17b8, Hsd17b10, Hsd11b1, Blvrd et Pecr) provenant du profilage d’expression. À l’exception de Hsd11b1, tous voient leur expression réduite dans le myocarde des rats RA tout comme dans des modèles murins d’HC induite par une infusion continue (14 jours) d’angiotensine II ou d’isoprotérénol. Dans les NRCMs, l’isoprotérénol et la phényléphrine modulent aussi ces différents gènes de façon assez semblable à ce que l’on observe chez l’animal.

Dhrs7c est l’OR-SDR  dont l’expression est la plus forte dans le myocarde et aussi, la plus fortement modulée dans les différentes situations d’HC décrites plus haut. On connaît encore mal le rôle de cette enzyme bien qu’une activité rétinol déshydrogénase ait été proposée. Par IB, nous observons que Dhrs7c est exprimé dans le cœur adulte mais est à peine détectable dans les NRCMs. L’acide rétinoïque, un facteur favorisant la différentiation des NRCMs et des H9C2, stimule fortement l’expression de Dhrs7c. L’expression de Dhrs7c augmente aussi avec le temps en culture de ces cellules.  En exprimant artificiellement Dhrs7c dans des NRCMs, on note, par IF, une localisation principalement associée au réticulum sarcoplasmique, une structure centrale dans la régulation du calcium et donc, dans la contraction.

Conclusion : Notre étude montre qu’un nombre important d’OR-SDRs, des enzymes pouvant métaboliser des stéroïdes, rétinoïdes ou autres sont modulés dans l’HC. L’un d’entre eux, le plus fortement modulé dans l’HC, Dhrs7c, est un candidat possible dans le contrôle du calcium intracellulaire, un joueur central dans la physiologie du cardiomyocyte.

H7 Lambert, Caroline - Professionnel(le) de recherche en Pneumologie avec Dr Sébastien Bonnet - Retour à l'horaire

 

Signalisation épigénétique altérée dans les artères coronaires de patients atteints d’hypertension artérielle pulmonaire : le rôle de BRD4 dans le développement de comorbidités

Lambert C, Meloche J, Nadeau V1, Tremblay E1, Lampron MC1, Potus F1, Boucherat O1, Paulin R1, Charbonneau E2, Provencher S1 and Bonnet S1

1Groupe de recherche en hypertension pulmonaire et biologie vasculaire du 2Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Faculté de médecine, Université Laval. 

Introduction : L'hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) est une vasculopathie dévastatrice qui ne se limite pas aux poumons. En effet, les patients atteints d’HTAP présentent davantage de comorbidités vasculaires telles que les maladies coronariennes (CAD). En effet, 30% des patients atteints d’HTAP développent une CAD comparativement à 7.3% dans la population générale. Le débalancement entre prolifération et apoptose des cellules musculaires lisses (CMLV) des artères pulmonaires en HTAP et coronariennes (CMLV-AC) dans les CAD est une composante majeure des deux pathologies, ce qui nous laisse suggérer une étiologie moléculaire commune. Il a été montré en HTAP que le dommage à l’ADN et qu’une surexpression du lecteur épigénétique BRD4 (Bromodomain-containing protein 4) présente un déséquilibre entre prolifération et apoptose dans le mur vasculaire. 

Objectif : L'objectif de cette étude est d'étudier le rôle de ces dysfonctions épigénétiques dans le débalancement prolifération/apoptose des CMLV et déterminer les éléments fondateurs du développement des maladies coronariennes en HTAP.

Méthodes : Les artères coronaires ont été isolées de cœurs explantés lors de chirurgies cardiaques (avec ou sans maladie coronarienne) ou lors d'autopsies (HTAP). Les CMLV des coronaires ont été isolées à l’aide d’une digestion enzymatique. Deux modèles d’HTAP ont été induits soit par injection de monocrotaline (60mg/kg) ou par injection de Sugen (60mg/kg) en combinaison d’hypoxie, et ce afin d’étudier l’évolution du remodelage coronarien dans ce modèle.

Résultats : Les artères coronaires humaines de patients avec CAD ou HTAP présentent davantage de dommage à l’ADN (53BP1), ainsi qu’une surexpression de BRD4. Ce désordre épigénétique subsiste au niveau cellulaire. En effet, les CMLV issues de patients ayant une HTAP ou une CAD ont plus de dommage à l’ADN (γ-H2AX) et surexpriment BRD4. Les CMLV de CAD ou HTAP présentent également une prolifération excessive (Ki67) et une résistance à l’apoptose (AnnexinV) qui est BRD4 dépendante et activée par des facteurs circulants tels qu’IL-6 et TNF. L’inhibition de BRD4, par le JQ1, un inhibiteur pharmacologique, permet de restaurer la balance prolifération/apoptose. De manière intéressante, les modèles in vivo d’HTAP présentent également un remodelage coronarien, qui semble survenir après les premiers signes d’HTAP. De plus, l'expression de BRD4 au sein du mur vasculaire coronarien corrèle avec cet épaississement du mur vasculaire.

Conclusion : Les inhibiteurs de BRD4 présentent une nouvelle thérapie novatrice et innovante, ciblant les mécanismes physiopathologiques en HTAP et les complications vasculaires.

14h15 Martineau, Sandra - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr François Maltais - Retour à l'horaire

 

Dommages mitochondriaux dans les quadriceps des patients atteints de la maladie pulmonaire obstructive chronique

Martineau S1, Patoine D1, Dubé A1, Bonnet S1, Maltais F1

1Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec

Introduction : Les patients atteints de la MPOC ont une dysfonction importante au niveau des muscles locomoteurs caractérisée entre autres, par de la faiblesse, de l’atrophie et des dommages oxydatifs. Certains auteurs ont également suggéré que la fonction mitochondriale soit altérée dans la MPOC, possiblement en lien avec le tabagisme et/ou le stress oxydatif. Nous émettons l’hypothèse que les patients atteints de la MPOC ont plus de dommages mitochondriaux que les sujets sains. 

Objectif : Quantifier la fonction et les dommages aux mitochondries et à l’ADN mitochondrial dans les muscles locomoteurs de patients atteints de la MPOC en les comparant avec des sujets sains.

Méthodes : Nous avons recruté 18 patients atteints de la MPOC et 11 sujets sains. Tous sont ex-fumeurs et sédentaires. Une biopsie du quadriceps a été effectuée. Nous avons déterminé, par immunobuvardage (western blot), la quantité de protéines suivantes : i) succinate dehydrogenase complex iron-sulfur subunit B (SDHB) et cytochrome c oxidase subunit 4 (COX4), qui sont des sous-unités du complexe II et IV de la chaine de transport des électrons respectivement, ii) mitochondrial transcription factor A (TFAM), un facteur de transcription mitochondrial, et iii) mitofusin (MFN) 1 et MFN2 qui sont impliqués dans la fusion des mitochondries. Ensuite, la quantité de mitochondries et la présence de la délétion commune (4977 pb) dans l’ADN mitochondrial, un marqueur de dommages mitochondriaux, ont été mesurées par qPCR. La proportion de fibres qui ont un complexe IV (COX) de la chaine de transport des électrons déficient a été quantifié par histochimie. Finalement, les dommages oxydatifs ont été évalués en mesurant la quantité de 8-hydroxy-2’-deoxyguanosine (8-OHdG) dans l’ADN mitochondrial et génomique par ELISA. 

Résultats : Les patients atteints de la MPOC ont une plus grande proportion de fibres dont le complexe IV de la chaine de transport des électrons est déficient que les sujets sains (0,58 ± 0,08% et 0,32 ± 0,06%, p = 0,032). De plus, ces patients ont une diminution de l’expression relative de la protéine SDHB comparé aux sujets sains (0,82 ± 0,12 et 1,12 ± 0,09, p = 0,05). Il n’y a pas de différence significative entre les deux groupes pour la présence de la délétion commune, la quantité de mitochondries, l’expression protéique de COX4, MFN1, MFN2 et TFAM et la quantité de 8-OHdG dans l’ADN mitochondrial et génomique. Il y a une corrélation entre l’historique tabagique (nombre de paquets-année) et l’expression protéique de SDHB (r = -0,44, p = 0,036), la quantité de 8-OHdG (r = 0,71, p = 0,007) et la proportion de fibres déficientes en COX (r = 0,64, p = 0,007), lorsque tous les sujets sont regroupés.

Conclusion : Les sujets atteints de la MPOC ont une plus petite quantité protéique de la sous-unités SDHB du complexe II de la chaine de transport des électrons et une plus grande proportion de fibres qui ont un complexe IV non fonctionnel, suggérant une diminution de la fonction mitochondriale. Ces anomalies sont associées avec l’historique tabagique de façon indépendante à la MPOC. Il serait intéressant d’investiguer les impacts du tabagisme sur le muscle squelettique, indépendamment de la maladie, et les effets persistants dans le temps suite à un arrêt tabagique.

14h30 Annabi, Mohamed-Salah - Moniteur de recherche clinique en Cardiologie avec Dr Philippe Pibarot - Retour à l'horaire

 

Quel biomarqueur pour stratifier le risque dans la sténose aortique à bas debit et à fraction d’éjection abaissée, le peptide natriuretique de type B ou sa fraction N-terminale ?

Annabi MS1, Dahou A1, Bergler-Klein J2, Burwash IG3, Orwat S4, Baumgartner H4, Bartko P5, Mascherbauer J2, Mundigler G2, Pibarot P1 et Clavel MA1

1Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Université Laval, Québec-ville, Québec, Canada; 2Department of Internal Medicine II, Divisions of Cardiology, Medical University of Vienna, Vienna, Austria; 3University of Ottawa Heart Institute, University of Ottawa, Ottawa, Ontario, Canada; 4Division of Adult Congenital and Valvular Heart Disease, Department of Cardiovascular Medicine, University Hospital Muenster, Muenster, Germany; 5Massachusetts General Hospital, Harvard Medical School, Boston

Introduction : Le peptide natriurétique de type B (BNP) et sa fraction N-terminale (NT-pro-BNP) sont utilises indifféremment pour prédire le pronostic. Pourtant, le BNP est éliminé de la circulation en quelques minutes tandis que le NT-pro-BNP reste détectable pendant plusieurs semaines.

Objectif : Le but de cette étude est de comparer les valeurs pronostiques du BNP et du NT-pro-BNP dans une population de sténose aortique à bas débit et à fraction d’éjection altérée (SA-BD classique).

Méthodes : Parmi 343 patients avec SA-BD classique recrutés de façon prospective dans l’étude TOPAS, 108 avaient à la fois le BNP et le NT-pro-BNP mesurés au moment de l’échocardiographie diagnostique. Le BNPratio et le NT-pro-BNPratio ont été calculés en divisant la valeur mesurée par la valeur maximale attendue pour l’âge et le sexe.

Résultats : L’âge moyen était de 74±10 ans et 78,7% étaient de sexe masculin. Le LnBNPratio était mieux corrélé à l’aire valvulaire projetée à débit normal (AVAproj) (r=-0,27, p=0,03 vs. r=-0,23, p=0,05; p<0,001) et au gradient moyen (r=0,20, p=0,04 vs. r=0,04, p=0,70; p<0,001) que LnNT-pro-BNPratio. Par contre, LnNT-pro-BNPratio était mieux corrélé à la fraction d’éjection ventriculaire gauche (r=-0,43, p<0,001 vs. r=-0,36, p<0,001).  Durant un suivi médian de 3,4 ans (plage interquartile=5), 72 décès sont survenus. Après ajustement pour l’âge, le sexe, l’euroSCORE, le remplacement valvulaire aortique et la sévérité de la sténose selon l’AVAproj (modèle de survie de base), le NT-pro-BNPratio était un prédicteur indépendant de la mortalité totale (RR=1,02 par incrément de 5, IC95% [1,01-1,03], p=0,004), mais pas le BNP-ratio (HR=1,03, [0,95-1,12], p=0,47).  L’adjonction du NT-pro-BNPratio au modèle de base permettait une amélioration nette de reclassification à 0,71 (p=0,008) pour la prédiction de la mortalité totale à 1 an. L’adjonction du BNPratio n’avait aucun impact (0,39, p=0,15).

Conclusion : Dans une comparaison face à face, le NT-pro-BNPratio s’est avéré supérieur au BNPratio pour prédire la survie dans la sténose aortique à bas débit et à fraction d’éjection abaissée. Le NT-pro-BNP devrait donc être préféré au BNP pour la prise de décision thérapeutique dans ce groupe de patients dont la prise en charge reste controversée.

14h45 Elliot, Élizabeth - Étudiant(e) niveau Doctorat en Pneumologie avec Dr Jorge Soliz - Retour à l'horaire

 

Erythropoietin protects against the stress-related respiratory dysfunction in mice: neural control of ventilation and sex dimorphism

Elliot-Portal E1, Kinkead R1 et Soliz J1

1Centre de recherche Institute Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec (IUCPQ), Université Laval, Québec.

Introduction : Neonatal maternal separation (NMS) is an established model of early life adversity that mimics stressful conditions experienced by newborn and infants. NMS disrupts brain development and as adults, individuals show sex-dependent abnormal neuroendocrine response, predisposing them to physiological/psychological disorders. Concerning the neural control of respiration, studies in rats revealed that NMS causes respiratory instability by promoting increased levels of corticosterone that remained during adulthood. Moreover, increased ventilatory response to hypoxia (HVR) but decreased to hypercapnia (HcVR) was observed in male animals, while decreased HVR but increased HcVR was observed in female rats. Implantation of corticosterone pellets in adult animals, mimicking the increased levels of corticosterone obtained through NMS, have shown to replicate the ventilatory response of animals exposed to NMS.

Although it is primarily recognized for its capacity to stimulate erythrocyte production, erythropoietin (Epo) is a cytokine that is also produced in the brain (by neurons and astrocytes), and plays role in development, maintenance, protection and repair of the nervous system. Studies from our lab demonstrated that cerebral Epo is a potent and sex-specific respiratory stimulant (with higher impact in males) that enhances the ability to tolerate hypoxic conditions at neonatal and adult ages. As cerebral Epo also attenuates the activation of the hypothalamic-pituitary-adrenal (HPA) axis, here we hypothesized that Epo protects against the stress-induced respiratory dysfunction produced by NMS-associated increased levels of corticosterone. In order to test our hypothesis, we did a first evaluation increasing circulating corticosterone levels through the subcutaneous implantation of pellets containing corticosterone.

Objectif : - Evaluate the interaction of cerebral Epo and increased levels of circulating corticosterone in the neural control of ventilation (under basal, hypoxic and hypercapnic conditions) of adult male and female mice. To do so, we used a transgenic mouse strain overexpressing Epo only in the brain (Tg-21), maintaining normal levels of hemoglobin and hematocrit.

- Determine if such interaction (cerebral Epo and corticosterone) in the modulation of the ventilatory pattern is sex-dependent.

Méthodes : Experiments were performed in 3-month-old female and male mice, wild type and Tg21, which overexpress Epo only in the brain. Increased corticosterone levels were achieved by implanting Beeswax + Peanut oil pellets with corticosterone (or without, for controls) in the back of adult mice for 14 days. After the 14 days of duration of the pellet implantation we evaluated the breathing pattern through whole body plethysmography. We recorded breathing under basal normoxia, hypoxia (HVR:10% O2; 20 min) and hypercapnia (HcVR: 5%CO2, 15 min). Since the hypoxic ventilatory response is biphasic, we evaluated two periods of the recordings to obtain values for tidal volume, frequency and minute ventilation. The first five minutes of the hypoxic response, which belong to the carotid body response, and the last 5 minutes which reflects the sum of central and peripheral regulation. 

Résultats : Our preliminary results have shown a sexual dimorphism in the ventilatory response to hypoxia (HVR) and hypercapnia (HcVR), under increased levels of circulating corticosterone. In males corticosterone increases HVR in wild type mice but not in Tg21 and HcVR is increased in Tg21 with corticosterone which is not observed in wild type. Therefore showing that Epo has an effect on the ventilatory response of male mice with increased levels of circulating corticosterone. Meanwhile, females have showed no significant effect in the interaction between cerebral Epo and/or increased levels of circulating corticosterone, both on the basal ventilation and in response to hypoxia or hypercapnia.

Our results show that increased levels of circulating corticosterone have a sex-dependent effect on the ventilatory response to hypoxia and hypercapnia, leading to an altered HVR and HcVR only in male mice. However, our data also shows that the ventilatory dysfunction is observed in Wt males, where HVR is increased and HcVR is decreased. This data indicates that there is an interaction between cerebral Epo and increased corticosterone, suggesting that Epo has a protective role against ventilatory dysfunction induced by increased circulating corticosterone, in male mice only.

15h00 Moreault, Olivier - Résident(e) / Externe niveau Stagiaire en Pneumologie avec Dr Jean Bussières - Retour à l'horaire

 

Physiologie de l’affaissement pulmonaire en ventilation uni-pulmonaire

Moreault O1,2, Provencher S1,3, Bussières JS1,2

1Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec; 2Département d'Anesthésiologie; 3Département de Pneumologie

Introduction : Les techniques d’isolation pulmonaire et la ventilation uni-pulmonaire sont les piliers de la chirurgie thoracique. Les tubes double lumières (TDL) et les bloqueurs bronchiques (BB) sont fréquemment utilisés lors de chirurgies thoracique vidéo-assistée. Jusqu’à tout récemment, les études n’ont pas été en mesure de clairement démontrer quel outil d’isolation pulmonaire permettait d’obtenir le meilleur affaissement pulmonaire. Toutefois, en 2016, un groupe de recherche a observé un affaissement beaucoup plus rapide avec l’utilisation d’un BB comparé au TDL lorsque le canal interne du BB était alors occlus et une seconde période d’apnée était effectuée à l’ouverture de la plèvre. Les mécanismes physiologiques de cet affaissement plus rapide demeurent inconnus.  

Objectif : Le but de cette étude est d’approfondir les connaissances sur les mécanismes physiologiques sous-jacent à l’isolation pulmonaire avec les TDL et les BB. L’objectif est de comparer la mesure des pressions intra-pulmonaires (Ppulm) et le volume gazeux résorbé en provenance de l’air ambiant (VRésorb) dans le poumon non-ventilé pendant la ventilation uni-pulmonaire par le TDL versus le BB.

Méthodes : Après l’approbation du CER local et l’obtention du consentement écrit, quarante patients nécessitant une ventilation uni-pulmonaire pour chirurgies thoracique video-assistée ont été randomisés pour des mesures de Ppulm ou de VRésorb avec un TDL versus un BB (4 groupes, 10 patients par groupes). Pour la Ppulm, un transducteur de pression différentielle a permis de mesurer la pression intra-bronchique associée à l’occlusion de la lumière du TDL du poumon non-ventilé ou à l’occlusion du canal interne du BB. Les pressions recueillies ont été analysées sur des moyennes de trente secondes avant et après l’ouverture de la plèvre, pour un total de 60 minutes. Pour le VRésorb, la lumière du TDL du poumon non-ventilé ou le canal interne du BB étaient mis en contact avec un sac respiratoire préalablement remplis avec un volume précis d’air (FiO2 0,21). Le volume d’air résiduel permettait de calculer le volume d’air résorbé à la fin de la période d’observation.

Résultats : Un patient du groupe BB a été exclus en raison de pressions mesurées non-analysables.  Les sujets étaient comparables en âge, sexe, IMC, VEMS et site chirurgical. Les Ppulm se sont négativées progressivement jusqu’à l’ouverture de la plèvre (p<0,0001). Il n’y a pas de différence significative de Ppulm à 10 minutes entre les groupes TDL et BB (-20±13 versus -28±33cmH20, p=0.12). De plus, le VRésorb était comparable dans les groupes TDL et BB (504±268 versus 630±272 ml, p=0.31). 

Conclusion : L’isolation pulmonaire à thorax fermé a causé le développement d’une pression négative significative avec le TDL et le BB lorsque la lumière ou le canal interne était occlus. Lorsqu’ouvert à l’air ambiant, l’isolation pulmonaire à thorax fermé a entrainé une aspiration significative d’air à travers la lumière ou le canal interne du TDL/BB, résultant en un ralentissement de l’atélectasie de réabsorption en diluant l’O2 intra-alvéolaire avec de l’air ambiant. Ces résultats expliquent l’affaissement pulmonaire plus rapide observé avec l’occlusion du canal interne du BB comparé au TDL avec sa lumière ouverte.

15h15 Sweeney, Catherine - Étudiant(e) niveau Maîtrise en Pneumologie avec Dr Louis-Philippe Boulet - Retour à l'horaire

 

Connaissances et perception de contrôle à l'égard de l’interprétation de la spirométrie chez les étudiants en médecine.

Sweeney C1,2, Desjardins A1,2, Gagné M1,2, Boulay M-E 2, Simon M 2,3, Boulet L-P1,2,

1 Chaire de transfert de connaissances, éducation et prévention en santé respiratoire et cardiovasculaire, Université Laval, Québec, QC, Canada, 2 Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Québec, QC, Canada, 3 Faculté de médecine, Université Laval, Québec, QC, Canada

Introduction : La spirométrie est l’examen permettant d’objectiver l’obstruction des voies respiratoires. Bien que des études aient confirmé le manque de confiance des médecins de soins primaires dans l'interprétation de la spirométrie, ce problème reste à être évalué chez les étudiants en médecine. 

Objectif : Chez les étudiants en médecine de première année qui ont complété sept mois du programme : Évaluer le changement dans 1) la capacité à interpréter une spirométrie et 2) la perception de contrôle (PDC) concernant l'interprétation des résultats de spirométrie.

Méthodes : Il s’agissait d’une étude pré-post. Des étudiants de première année en médecine à l’Université Laval ont été recrutés. Les données ont été recueillies à l’aide de questionnaires auto-administrés, avant (T0) et après sept mois (T1) d'activités scolaires qui incluaient des classes de révision de notions en pneumologie. La capacité des élèves à interpréter une spirométrie a été mesurée à l'aide de 4 cas cliniques. La PDC a été mesurée à l'aide d’items adaptés d'un questionnaire validé fondé sur la théorie du comportement planifié (score 1-7, un score élevé est meilleur).

Résultats : Sur les 183 étudiants éligibles, 91 étudiants (femmes : 60% ;

Conclusion : Malgré une amélioration significative de la proportion des étudiants ayant correctement interprété les 4 cas cliniques et de la PDC, une minorité d’étudiants ont pu correctement interpréter les 4 cas cliniques. Les résultats de ce projet suggèrent la pertinence d’améliorer la pédagogie de la spirométrie pour les étudiants en médecine afin de pouvoir ultimement améliorer la confiance des futurs médecins de soins primaires pour son interprétation.

15h30 Villot, Romain - Étudiant(e) niveau Doctorat en Obésité-Métabolisme avec Dr Mathieu Laplante - Retour à l'horaire

 

Caractérisation de ZNF768, une nouvelle protéine à doigts de zinc sous contrôle de l’axe RAS/MAPK/PI3-Kinase/AKT et potentiellement impliquée dans la régulation du cycle cellulaire. 

Villot R.1, Bakan I.1, Poirier A. 1, Bérubé J.C.1, Coulombe Y.1, Gélinas Y.1, Caron D.2, Gobeil S.2, Bossé Y.1,  Masson J.Y.2, Bilodeau S.2, Elowe S.2, Laplante M.1*

 Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (CRIUCPQ), Faculté de Médicine, Université Laval, 2725 Chemin Ste-Foy, Québec, Qc, Canada, G1V 4G5

2 Centre Hospitalier Universitaire de Québec, CHUQ, Faculté de Médicine, Université Laval, 2705 Boulevard Laurier, Québec, Qc, Canada, G1V 4G2

Introduction : L’oncogène Ras est une petite protéine Rho-GTPase placée au sommet de la signalisation des facteurs de croissance et nécessaire à la survie ainsi qu’à la prolifération cellulaire.  Ras stimule de nombreuses voies de signalisation anaboliques telles que les MAPs kinases et l’axe PI3-Kinase/mTOR/AKT. On parle d’ailleurs d’axe Ras/MAPK/PI3K/AKT. Des mutations dans ces voies de signalisation ont été identifiées dans différents types de cancers tels que le cancer du poumon, et associées à certains phénomènes pro-oncogéniques d’instabilité chromosomique. Actuellement, bien que ces voies de signalisation soient intensément étudiées dans la physiopathologie du cancer, les liens moléculaires entre la dérégulation de Ras et/ou de la PI3-Kinase et leurs effets sur le cycle cellulaire et sur l’instabilité génomique sont encore mal caractérisés. 

Objectif : Le but de nos études repose sur l’identification et la caractérisation de nouvelles protéines nucléaires dont l’activité serait régulée par l’axe Ras/MAPK/PI3K/AKT pour contrôler la progression du cycle cellulaire et impliquée le développement de l’instabilité génomique dans le cancer.

Méthodes : En nous basant sur le phosphoprotéome de mTOR, notre équipe a identifié ZNF768, une nouvelle protéine à doigts de zinc jamais caractérisée dans la littérature. En utilisant la culture cellulaire, la biochimie et la biologie moléculaire, nous avons entrepris la caractérisation de ZNF768 afin d’améliorer les connaissances sur son rôle dans la progression du cycle cellulaire et le maintien de la stabilité génomique.

Résultats : Nous avons démontré que l’ensemble de l’axe Ras/MAPK/PI3K/AKT converge vers une régulation négative de ZNF768 au niveau post-traductionnel et que le blocage de cette voie à l’aide d’inhibiteurs entraine une réduction de son état global de phosphorylation. Par ailleurs, les niveaux de ZNF768 sont massivement régulés au cours du cycle cellulaire et chutent drastiquement en mitose lors de la métaphase. Tandis qu’une perte complète et chronique de la protéine est létale pour la cellule et entraine des dommages profonds telles que des mitoses abérrantes, la perte partielle de ZNF768 précipite subitement les cellules en mitoses. Enfin, la surexpression de ZNF768 entraine un délai dans l’entrée en mitose et un ralentissement globale de la vitesse de prolifération. 

Conclusion : ZNF768 est une nouvelle protéine à doigts de zinc négativement régulée par l’axe Ras/MAPK/PI3K/AKT, un réseau de signalisation particulièrement sensible aux facteurs de croissance et critique dans la physiopathologie du cancer. L'impact d'une délétion de ZNF768 et ses relations avec les voies anaboliques liées à l'oncogène Ras suggèrent que cette protéine est un régulateur important du cycle cellulaire et pourrait être un intermédiaire entre la suractivation de RAS et l'instabilité chromosomique observée chez certains cancers.