Vous êtes ici

Chaires

Les chaires de recherche

« Les Chaires de recherche sont attribuées à des chercheurs d’expérience reconnus comme chefs de file mondiaux dans leur domaine. Les titulaires de Chaire aident à faire reculer les frontières du savoir dans leur domaine, non seulement grâce à leurs travaux, mais également grâce à la supervision d’étudiants, à leur enseignement et à la coordination des travaux d’autres chercheurs.  (Source : Chaires de recherche du Canada).

Quinze chercheurs sont titulaires d'une chaire de recherche.

Dr Olivier F. Bertrand, M.D.

Titulaire de la Chaire internationale en cardiologie interventionnelle et approche transradiale

Cette chaire a entre autres objectifs de promouvoir le développement d’un réseau international d’experts permettant l’échange d’information et l’apprentissage liés à l’approche transradiale, en plus de donner la chance à nos chercheurs de faire preuve de leadership dans la création, la reconnaissance et la mise en œuvre de normes sur l’approche transradiale. Actuellement, à l’échelle mondiale, la maladie coronarienne athérosclérotique est la forme la plus courante de maladie cardiaque et représente la première cause de mortalité avec environ 7,3 millions de décès chaque année. Traditionnellement, l’artère fémorale a été la voie d’accès pour les coronarographies et les angioplasties. Cependant, l’artère radiale, ou approche transradiale, offre une voie de rechange qui comporte de nombreux bénéfices. Outre un meilleur confort pour le patient, l’approche transradiale est associée à moins de risques de complications vasculaires et de saignements, et à une réduction des durées et des coûts d’hospitalisation. Des données récentes suggèrent que l’approche transradiale pourrait réduire la mortalité chez les patients présentant un infarctus aigu du myocarde par rapport à l’approche standard fémorale. Pourtant, l’approche transradiale ne représente qu’environ 20 % des procédures dans le monde.

Dr Sébastien Bonnet, Ph.D.

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en pathologie vasculaire avec remodelage

Les pathologies vasculaires avec remodelage sont la première cause de décès et d’hospitalisation au Canada. À l’heure actuelle, les traitements ne guérissent pas ces maladies, ils ne font que limiter ou ralentir leur progression. L’hypertension pulmonaire (HTAP) se caractérise par un rétrécissement des vaisseaux qui transportent le sang vers les poumons. Leur obstruction conduit à une mauvaise oxygénation du sang, puis une défaillance cardiaque rapidement mortelle. Ces pathologies ont de nombreuses causes, telles que la multiplication des cellules musculaires lisses de la paroi des vaisseaux, la résistance à la mort cellulaire programmée (apoptose), la dysfonction endothéliale et l’inflammation. Toutes ces causes rendent immortelles les cellules des vaisseaux sanguins, de sorte qu’elles s’accumulent et restreignent la circulation du sang.

La création récente par les Drs Bonnet et Provencher du Groupe de recherche en hypertension pulmonaire, associé à cette Chaire de recherche du Canada, utilise une approche multidisciplinaire et translationnelle (du gène à la population) dans le but d’étudier les mécanismes moléculaires et cellulaires impliqués dans le développement des processus de remodelage vasculaire (HTAP et coronaire) et bronchique. Ces travaux ont permis l'identification à la fois de nouveaux marqueurs de risque améliorant l'identification et la prise en charge des individus souffrant de maladies vasculaires comme l’HTAP, mais aussi de nouvelles cibles thérapeutiques comme Pim-1, miR-204 ou encore PARP-1. L’association de la recherche fondamentale et préclinique à la recherche clinique permet dès à présent la réalisation de projets de recherche du laboratoire au lit du malade, ce qui accélérera sans aucun doute la découverte de nouvelles thérapies. 

Dr Yohan Bossé, Ph.D.

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en génomique des maladies cardiaques et pulmonaires

Le Dr Bossé et son équipe utilisent des approches génomiques modernes pour comprendre les bases moléculaires des maladies cardiaques et pulmonaires. Ils collaborent avec des collègues pour organiser des collections d'échantillons (ADN, tissus cardiaques et pulmonaires) larges et diverses que nécessite la recherche en génomique. Avec ces ressources, ils développent des projets permettant de combler les besoins dans le diagnostic et le traitement des maladies ainsi que d’assurer la mise en œuvre des nouvelles connaissances génomiques en milieu clinique. L'objectif principal du laboratoire est de mener la recherche génomique dans le domaine des maladies cardiaques et respiratoires et de traduire les découvertes scientifiques en nouvelles applications cliniques permettant de personnaliser la prise en charge et le traitement des patients atteints de ces maladies.

 

Dr Louis-Philippe Boulet, M.D.

Titulaire de la Chaire en transfert de connaissances, éducation et prévention en santé respiratoire et cardiovasculaire

Les maladies cardiorespiratoires affectent une très grande proportion de la population. Cette chaire a pour objectif de réduire le fardeau humain et socio-économique que représentent ces maladies par l’évaluation de nouvelles méthodes de transfert de connaissances dans ce domaine, tant aux professionnels de la santé qu’aux patients et autres intervenants. Avec le soutien des Drs Paul Poirier et Sébastien Bergeron pour l’aspect des maladies cardiovasculaires, et grâce à de nombreuses collaborations locales, nationales et internationales, le Dr Boulet a développé un programme axé sur le développement de matériel éducatif, d’outils d’aide à la pratique médicale et aux interventions éducatives ainsi qu’un programme de communication et de recherche sur les facteurs de risque des maladies cardiorespiratoires.

Dr Jean-Pierre Després, Ph.D.

Titulaire de la Chaire de recherche internationale sur le risque cardiométabolique
Directeur adjoint de la recherche en cardiologie

Les maladies cardiovasculaires demeurent un important problème de santé publique à l’échelle internationale. L’obésité abdominale est maintenant reconnue comme la cause la plus fréquente de plusieurs complications métaboliques augmentant le risque de maladies cardiovasculaires. La première Chaire internationale sur le risque cardiométabolique a pour objectif de promouvoir des activités de recherche et d’éducation axées sur la prévention, l’évaluation et la prise en charge des patients avec obésité abdominale ou autres éléments du syndrome métabolique.

 

Dr Vincenzo Di Marzo, Ph. D. 

Titulaire de la Chaire d’excellence en recherche du Canada sur l’axe microbiome-endocannabinoïdome dans la santé métabolique 

Cette chaire unique au monde intègrera l’étude du microbiome – dorénavant reconnu comme le deuxième cerveau humain – aux approches conventionnelles dans le but d’élucider les mécanismes modulant la santé métabolique en réponse à l’alimentation. La chaire contribuera ainsi à générer de nouvelles approches thérapeutiques et à concevoir des stratégies nutritionnelles et médicales novatrices pour maintenir la santé et prévenir les complications métaboliques de l’obésité, une maladie multifactorielle considérée comme l’un des plus importants enjeux sociétaux du 21e siècle.

Dr Eric Larose, D.V.M., M.D.

Titulaire de la Chaire de recherche et d’innovation en imagerie cardiovasculaire

L’athérosclérose, ou blocage des artères par l’accumulation de dépôts graisseux, est la principale cause de maladies cardiovasculaires et de mortalité tant dans les pays industrialisés que dans ceux en développement. Elle affecte à la fois les populations à risque et celles considérées en santé et représente un enjeu majeur de santé publique. Les travaux de la Chaire permettront de faire avancer les connaissances sur le développement et la progression de l'athérosclérose grâce à l'imagerie avancée, dans le but de concevoir des stratégies efficaces de prévention applicables à toute la population. La Chaire mettra à contribution des techniques d’imagerie innovantes, telles que l’imagerie par résonance magnétique et la tomodensitométrie, afin de mieux observer, identifier, quantifier et contrôler le risque lié à l’athérosclérose du vivant de l'individu plutôt qu'à l'autopsie.

 Dr François Maltais, M.D.

Titulaire de la Chaire de recherche GSK–IRSC sur les maladies inflammatoires chroniques des voies aériennes
Directeur adjoint de la recherche en pneumologie
Directeur du Groupe de recherche en santé respiratoire (GeSer)

La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) est une cause importante de mortalité et de morbidité. Actuellement la 4e cause de mortalité au monde, la prévalence de cette maladie continuera de progresser au cours des prochaines années. La MPOC ne se limite pas à l’atteinte de la fonction respiratoire et est maintenant reconnue comme une maladie multisystémique. Le Dr Maltais s’intéresse à l’impact de la dysfonction des muscles squelettiques auprès des patients qui souffrent de la MPOC, des conséquences de la perte de masse musculaire et de la faiblesse musculaire qui accompagnent la MPOC sur la morbidité et la mortalité reliées à cette maladie. La chaire de recherche a pour objectif de mieux comprendre les mécanismes impliqués dans le développement de la dysfonction du muscle squelettique dans la MPOC afin de bonifier le traitement, la qualité de vie et le pronostic des individus souffrants de cette maladie. Le Centre de recherche de l'Institut offre un environnement unique et propice pour accueillir cette chaire de recherche grâce à la présence de médecins-chercheurs et de chercheurs fondamentalistes qui combinent leur expertise au profit des patients qui souffrent de la MPOC.

 Dr André Marette, Ph.D.

Titulaire de la Chaire de recherche Pfizer–IRSC sur la pathogénèse de la résistance à l’insuline et des maladies cardiovasculaires

La Chaire de recherche Pfizer–IRSC du Dr André Marette a pour objectif général de permettre la mise en place d’un nouveau projet de recherche translationnelle portant sur les déterminants génétiques et moléculaires de l’insulinorésistance et du risque cardiovasculaire chez les sujets obèses diabétiques. Ce nouveau projet devrait stimuler la découverte de marqueurs biologiques, d’outils diagnostiques et de nouvelles molécules et accélérer leur validation comme cibles thérapeutiques dans le contexte d’études précliniques et cliniques. Cet ambitieux projet sera facilité par la création d’un programme de formation en recherche translationnelle afin de favoriser l’acquisition de compétences uniques dans l’utilisation, l’adaptation ou l’élaboration de nouvelles méthodes pouvant répondre aux besoins des organisations de recherche du milieu universitaire et de l’industrie.

Dr Patrick Mathieu, MD, MSc, FRCSC

Titulaire de la Chaire FRQS sur la pathobiologie et le traitement du rétrécissement aortique calcifié

Le rétrécissement aortique calcifié (RAC) est la maladie valvulaire la plus fréquente dans nos sociétés. Les mécanismes qui conduisent à la calcification des valves cardiaques sont encore mal connus. Par contre, les travaux faits par l’équipe du Dr Mathieu au cours des dernières années ont mis en lumière certains processus cruciaux qui pourraient ouvrir sur de nouvelles perspectives thérapeutiques. Son équipe a découvert récemment que la minéralisation de la valve aortique était déclenchée par des dérivés lysophospholipides ainsi que par une dérégulation d’ARN non codants longs qui favorisent une reprogrammation génétique des cellules. Il est par conséquent envisageable de modifier la programmation génétique des cellules de la valve aortique notamment par l’utilisation de thérapies ciblées sur les ARN non codants longs ou encore via la modulation de médiateurs lipidiques. Le but de cette chaire est de comprendre les mécanismes moléculaires de la maladie afin d’apporter de nouveaux traitements aux patients. Le support de cette Chaire est un atout indéniable qui permettra à l’équipe du Dr Mathieu de demeurer des leaders mondiaux dans la recherche sur les causes moléculaires des maladies valvulaires cardiaques.

 Dr Philippe Pibarot, D.M.V, Ph.D.

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en maladies valvulaires cardiaques

Les maladies valvulaires cardiaques sont parmi les maladies cardiovasculaires les plus fréquentes au Canada et dans le monde. La prévalence de ces maladies va augmenter de façon importante dans les prochaines années au Canada en raison du vieillissement de la population. Il n’existe à l’heure actuelle aucun traitement médical pour ces maladies fréquentes et graves. Le seul traitement disponible actuellement est d’implanter une prothèse valvulaire pour remplacer la valve cardiaque défaillante. Des centaines de milliers de chirurgies de remplacement valvulaire sont effectuées chaque année dans le monde. Cette procédure est coûteuse et représente un risque de complica­tions et de mortalité non négligeable. La Chaire vise à élucider les mécanismes de ces maladies afin de développer de nouvelles avenues pour améliorer le diagnostic, la prévention et le traitement.

Dr Denis Richard, Ph. D.

Titulaire de la Chaire de recherche sur l'obésité
Directeur de la recherche universitaire de l’IUCPQ
Directeur du Groupe interdisciplinaire de recherche sur l'obésité de l'Université Laval (GIROUL)

Au Canada, 20 % de la population est considérée obèse, alors que plus de 50 % souffre d’un surplus de poids. Les coûts associés aux problèmes de santé reliés à l’obésité ont été estimés à 4,3 milliards de dollars. Les travaux de la chaire s’orientent autour de deux axes : la poursuite de la recherche sur les processus neuronaux et hormonaux qui contrôlent et régularisent le bilan énergétique, ainsi que la diffusion des connaissances de pointe dans le domaine de la prévention et du traitement de l’obésité. La Chaire effectue aussi un important travail d’éducation et tient à chaque année son prestigieux symposium international qui attire à Québec les scientifiques les plus réputés dans différents domaines de recherche liés à l’obésité.

Dr Josep Rodés-Cabau, M.D.

Titulaire de la Chaire de recherche sur le développement de traitements interventionnels des cardiopathies structurelles – Fondation Famille Jacques Larivière

Au cours de la dernière décennie, les techniques d’imagerie avancées et interventionnelles par cathéter ainsi que les dispositifs utilisés dans le traitement des cardiopathies structurelles ont connu un essor fulgurant. Cet essor a grandement contribué à améliorer le diagnostic et le traitement des maladies cardiaques structurelles, principalement en proposant des alternatives aux chirurgies invasives et en réduisant les risques de complications et de mortalité qui y sont associés tout en permettant le traitement des patients à risque élevé. Les travaux de la Chaire de recherche sur le développement de traitements interventionnels des cardiopathies structurelles – Fondation Famille Jacques Larivière porteront sur le développement et l’application de nouvelles technologies et méthodes d’intervention thérapeutiques innovatrices et minimalement invasives par voie percutanée afin de fournir des options de traitements efficaces aux patients souffrant de cardiopathies structurelles. Cette chaire participera aussi au développement de nouveaux dispositifs dans le traitement par cathéter des maladies valvulaires et dans la prévention des embolies cardiaques par la fermeture par cathéter de l’appendice auriculaire.

Dr André Tchernof, Ph. D.

Titulaire de la Chaire de recherche en chirurgie bariatrique et métabolique

Depuis la fin des années 1970 la prévalence de l'obésité sévère, qui se définit par un indice de masse corporelle supérieur à 40, a connu une augmentation de 233 % au Canada, passant de 0,9 % à 2,1 % de la population adulte. La chirurgie bariatrique est le seul traitement actuellement en mesure d’entraîner une perte de poids significative et durable chez les personnes souffrant d’obésité sévère. Cette opération consiste en une diminution de la taille de l’estomac et une réorganisation de l'intestin grêle entraînant à la fois un sentiment de satiété précoce et une absorption réduite des aliments ingérés. Cette chaire aura entre autres objectifs d’assurer une prise en charge optimale des personnes en attente de ce type de chirurgie, d’améliorer les pratiques en matière de suivi des patients opérés et de développer des méthodes d’interventions thérapeutiques minimalement invasives auprès des personnes souffrant d’obésité sévère.

Dr Angelo Tremblay, Ph. D.

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en activité physique, nutrition et bilan énergétique

Le phénomène d’augmentation du pourcentage de personnes obèses est des plus préoccupants pour l’ensemble de la société. Le Dr Tremblay dirige un des deux groupes de recherche les plus performants au monde dans l’étude des facteurs qui prédisposent à l’obésité. Il a été le premier chercheur à démontrer que l’effet positif de l’exercice physique sur l’équilibre énergétique dépend de l’alimentation.