Vous êtes ici

Prévention des infections

La prévention des infections à l’IUCPQ, c’est l’affaire de tous

Une infection nosocomiale est une infection acquise au cours d’un épisode de soins administrés par un établissement de santé. L’équipe de prévention et contrôle des infections effectue la surveillance active des pathogènes, évalue la conformité aux pratiques (AUDITS) et met en place des actions telles des séances d’information et des formations afin de diminuer les risques de transmission d’infections. Les travailleurs, les usagers et les visiteurs doivent participer aux actions qui favorisent la prévention des infections. La réussite, c’est un peu de savoir, un peu de savoir-faire et beaucoup de faire-savoir.

L’hygiène des mains, la pierre angulaire de la prévention des infections

L’hygiène des mains (mousse alcoolisée ou savon et eau) représente la pierre angulaire de la prévention des infections, puisqu’elle est le moyen le plus simple et le plus efficace pour prévenir la transmission d’infections nosocomiales. Un projet novateur, débuté en 2012, sollicitant la participation des usagers à évaluer la pratique de l’hygiène des mains devant eux portent ses fruits en mobilisant les équipes de soins à faire un pas de plus pour diminuer les risques de transmission de différents pathogènes tels : le Clostridium difficile, le virus de la gastro-entérite, etc.

Comment faire la différence comme visiteur ?

Pratiquer l’hygiène des mains est important :

  • En entrant et en sortant de l’hôpital;
  • Avant d’entrer et de sortir de la chambre de l’usager;
  • Avant et après avoir manipulé des aliments;
  • Après avoir satisfait des besoins hygiéniques personnels (ex. : aller aux toilettes ou se moucher).

Outre l’hygiène des mains, les mesures suivantes sont particulièrement importantes :

  • Appliquer les précautions additionnelles lorsqu’elles s’imposent (port de la blouse, du masque ou des gants);
  • Éviter d’être plusieurs visiteurs à la fois dans une même chambre (maximum 2 visiteurs);
  • Éviter autant que possible d’amener des enfants d’âge préscolaire (<12 ans) dans les chambres des usagers;
  • Éviter d’utiliser les toilettes des usager ;
  • Reporter votre visite, si vous sentez que vous êtes malade.

Ce qu’il faut savoir à propos de la gastroentérite

La gastroentérite est une infection du système digestif qui peut être causée par plusieurs agents infectieux, notamment des bactéries et des virus. Après une courte période d’incubation (de 24 à 48 heures), le tableau clinique des gastroentérites comprend habituellement les signes et symptômes suivants :

  • Nausées et vomissements;
  • Diarrhées;
  • Douleurs abdominales;
  • Courbatures, maux de tête;
  • Myalgies, céphalées et autres malaises;
  • Fièvre peu élevée.

La très grande majorité des personnes malades se sentent mieux après un jour ou deux, mais l’infection guérit en général spontanément après environ 2 à 3 jours. Si un usager se présente à l’Urgence avec les symptômes précités, il doit mentionner au personnel hospitalier qu’il présente ces symptômes afin que des mesures appropriées soient mises en place rapidement dans le but d’en limiter la propagation.

Ce qu’il faut savoir à propos de la grippe

La grippe est une infection très contagieuse des voies respiratoires. Elle est causée par le virus de l’influenza et se transmet très facilement, à partir des gouttelettes du nez et de la bouche projetées par une personne infectée lorsqu’elle tousse ou qu’elle éternue. La grippe se transmet aussi par un contact avec une personne infectée, par exemple en l’embrassant, en lui serrant la main ou encore en touchant des objets contaminés par cette personne. Le tableau clinique de la grippe comprend habituellement les signes et symptômes suivants :

  • Fièvre accompagnée de toux;
  • Douleurs et courbatures;
  • Fatigue;
  • Maux de tête.

Après une infection par le virus de la grippe, vous pouvez être contagieux jusqu’à sept jours après le début des symptômes, et peut-être pour une période plus longue chez les enfants, les personnes âgées et les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

La vaccination est la meilleure protection disponible contre l’influenza saisonnière

La vaccination contre l’influenza saisonnière est une priorité, autant chez les usagers que le personnel oeuvrant à l’IUCPQ. L’équipe de prévention des infections et le bureau de santé unissent leurs forces afin d’assurer des soins sécuritaires pour nos usagers dans les différents secteurs de l’établissement. Se faire vacciner contre la grippe permet non seulement de se protéger, mais également de protéger votre famille et votre entourage. Chaque année, plusieurs décès sont causés par le virus de l’influenza. De ce fait, il n’est jamais trop tard pour se faire vacciner.

Une pratique exemplaire pour l’équipe de prévention et contrôle des infections

En décembre 2012, l’équipe de prévention et contrôle des infections a reçu d’Agrément Canada une pratique exemplaire pour la mise en place de la « Procédure relative aux codes d’alerte pour les pathogènes d’acquisition nosocomiale ». Cette procédure visant à détecter précocement et à limiter de façon optimale les éclosions potentielles de Clostridium difficile, d’entérocoques résistant à la vancomycine (ERV), de gastroentérite d’allure virale et de Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) permet ainsi d’être proactif dans le volet de la gestion d’éclosions. Cette précocité d’intervention contribue ainsi à réduire la durée de l’éclosion de même que l’ampleur des mesures déployées. De plus, elle permet de maintenir le plus bas possible l’incidence des différents pathogènes d’acquisition nosocomiale.

Le dépistage des usagers porteurs asymptomatiques de Clostridium difficile, une première à l’échelle mondiale

Pour contrer la transmission nosocomiale du Clostridium difficile, un nouveau projet portant sur « Le dépistage des usagers porteurs asymptomatiques de Clostridium difficile » a été instauré permettant ainsi de mettre en place des mesures adaptées à la situation en empêchant la contamination de l’environnement de soins grâce à l’utilisation d’un test de laboratoire très performant, soit le PCR C. difficile. L’instauration de cette pratique constitue un outil important d’amélioration continue de la qualité des soins dispensés à l’IUCPQ. Les résultats obtenus jusqu’à maintenant sont exceptionnels puisque les taux d’infections à C. difficile à l’IUCPQ ont grandement diminué.

Les travaux de construction et de rénovation, à ne pas prendre à la légère

Plusieurs établissements de santé procèdent ou procéderont dans l'avenir à des travaux de construction et de rénovation. Comme il est largement démontré dans la littérature que de tels travaux peuvent représenter des risques infectieux pour les usagers, l’équipe de prévention et contrôle des infections a la responsabilité de faire connaître les mesures de PCI reliées aux travaux de construction et de rénovation, autant pour les intervenants du milieu que ceux des firmes externes. À cet égard, plusieurs formations avant la mise en chantier sont offertes et une vigilance lors des travaux est assurée pour préserver la sécurité des usagers.