Vous êtes ici

Santé et sécurité au travail

Dernières modifications le 19 juillet à 09 h 15.

Santé et sécurité au travail

 Port du couvre-visage ou masque de procédure à l'extérieur de l'établissement

Selon la directive gouvernementale,

le port d’un couvre-visage ou masque de procédure est recommandé dans une perspective de protection collective par tous les travailleurs. Le port obligatoire d’une protection minimale de type masque de procédure demeure recommandé en première instance, car elle confère une protection individuelle tout en procurant une protection collective. Il est également clair que le port du couvre-visage ne se substitue en aucune façon à la prise de mesures de distanciation physique. Ainsi, pour toute personne de 10 ans et plus, en tout temps, ou dès que 2 personnes au moins qui n’habitent pas à la même adresse réalisent une activité ensemble à l’extérieur et pour la durée complète de toute activité de loisir ou de sport, à laquelle participent des occupants de plus d’une résidence privée ou de ce qui en tient lieu, ceux-ci doivent porter un couvre-visage ou un masque de procédure, SAUF si les personnes sont assises à 2 mètres.

Dans le contexte de l'Institut, nous vous demandons de porter le masque de procédure sur le terrain de l'établissement lors de vos pauses ou votre dîner.

Vacances et voyages

Voici quelques informations relatives aux voyages et la période d’isolement obligatoire qui s’ensuit. 

À l’intérieur du Canada : Il n’y a, à ce jour, aucune recommandation d’isolement pour tout voyage dans une autre province ou autres régions à l’intérieur du Canada.  

À l’extérieur du Canada : Les directives sont nouvellement modifiées. Ainsi, toute personne qui n'est pas vaccinée, qui a reçu une seule dose du vaccin (et ce, même si la personne a eu la COVID-19) ou qui n'a pas complété son 14 jours d'immunisation à la suite de sa seconde dose sera soumise à un isolement obligatoire de 14 jours civils. L’employé qui choisit tout de même de voyager à l'extérieur du Canada pendant ses vacances doit s'assurer que la période d'isolement de 14 jours n'aura pas d'impact sur sa présence au travail.  

Le gouvernement du Québec a revu ses directives pour les personnes ayant été vaccinées adéquatement, soit ayant reçu deux doses et ayant complété leur 14 jours suite à leur seconde dose. Celles-ci ne sont plus obligées d’effectuer un isolement de 14 jours civils. Toutefois, le gouvernement fédéral a préséance sur le gouvernement provincial. Il est donc possible que les douaniers exigent malgré tout une quarantaine obligatoire de 14 jours ou un test de dépistage négatif avant le retour au travail. Il est donc important que tout employé doublement vacciné s'arrime avec son gestionnaire avant d'entamer ses démarches pour voyager à l'extérieur du pays en raison du risque potentiel que l'absence soit prolongée à son retour de voyage. .

Dans les deux cas, s’il y a une possibilité de télétravail pendant la période d'isolement, celle-ci devra être évaluée avant le départ à l’extérieur du Canada, et ce, en fonction du poste occupé et des besoins de l’organisation. Quant à la rémunération, s’il n’y a pas de possibilité de télétravail alors que l’employé est prévu au travail, ce dernier ne pourra être rémunéré en raison des conséquences d’isolement obligatoire déjà connues. Il en est de même pour l’employé qui fait l’objet d’un isolement parce qu’il est en attente d’un test de dépistage pendant la période de 14 jours suivant le retour de voyage, il ne pourra être rémunéré pour la période de cet isolement. 

De plus, si la période d’isolement a pour effet d’empêcher le retour au travail comme prévu au calendrier de vacances autorisé, les journées manquées pourraient être considérées comme des absences non autorisées. L’employé s’expose alors aux conséquences qui peuvent en découler. 

 Consignes d’isolement

  • Concernant les employés qui ont un membre de la maisonnée en isolement volontaire ou obligatoire, qui présente des symptômes et qui est en attente de résultats d’un test de la
    COVID-19 : 
    • l’employé peut se présenter au travail en surveillant ses symptômes.
  • Concernant les employés qui ont un membre de la maisonnée en isolement volontaire ou obligatoire à la suite de la réception d’un résultat positif à la COVID-19 :
    • l’employé doit contacter les infirmières de la Direction des ressources humaines et des communications (DRHC) au poste 8009 et rester obligatoirement à la maison.
  • Concernant l'isolement obligatoire à domicile à la suite d'un retour de voyage :
    • l’isolement obligatoire de 14 jours est en vigueur pour les personnes ayant reçu une seule dose du vaccin ou n'ayant pas été vacciné. Les autorités fédérales ne reconnaissant pas la COVID comme une dose de vaccin, nous conseillons à toute personne désirant voyager de se faire vacciner avec une seconde dose. La possibilité de télétravail ou l’assignation temporaire seront évaluées par l’employeur, en fonction du poste occupé et des besoins de l’établissement. Dans l’éventualité où aucune de ces mesures ne pouvait être envisagée, cette personne ne pourra être rémunérée étant donné que les conséquences d’isolement obligatoire étaient déjà connues, la prise de congés (avec ou sans solde) sera alors préconisée. Nous vous invitons à bien lire la section liée aux voyages, vous détaillant toutes les informations à considérer avant de prendre la décision de voyager à nouveau.
  • Quarantaine préventive pour les personnes ayant reçu 2 doses du vaccin
    • Grâce à la rapidité de l'immunisation du personnel de l'Institut et au faible risque de contamination, une modification a été apportée à la gestion des quarantaines préventives pour les intervenants de l'Institut. Il a été démontré qu'une personne ayant reçu deux doses du vaccin contre la COVID-19 et ayant été en contact étroit avec une personne positive ne présente aucun risque de contamination pour ses pairs ou les usagers. Ceci s'explique par plusieurs facteurs dont le port obligatoire pour tous des équipements de protection individuels, les mesures de distanciation pratiquées et l'augmentation de l'immunisation collective. 

      Ceci signifie donc que toute personne ayant reçu les deux doses du vaccin contre la COVID-19 et ayant été en contact étroit (à moins de deux mètres) d'une personne déclarée positive à la COVID pourra poursuivre sa prestation de travail tout en pratiquant l'auto-isolement à la maison. L'intervenant pourra se déplacer entre son domicile et son lieu de travail uniquement pendant la période de quarantaine émise par les infirmières en prévention. Il sera également dépisté à certains moments et devra surveiller l'apparition de ses symptômes. Cette mesure s'applique uniquement selon les conditions suivantes : 
      •         la personne a reçu ses deux doses de vaccin
      •         elle n'est pas en contact étroit continu avec la personne ayant contracté la COVID-19.
      Toute personne ayant reçu une seule dose du vaccin et ayant été en contact étroit avec une personne déclarée positive devra effectuer une quarantaine selon les modalités données par l'infirmière en prévention. Ceci s'applique également pour les personnes ayant reçu deux doses et étant en contact étroit continu avec la personne positive comme par exemple, un enfant nécessitant des soins.

Double statut

Toute personne à l’emploi de l'Institut et qui possède un second emploi, en lien ou non avec les services de santé, d'informer son gestionnaire et les infirmières de la DRHC, au poste 8009. Cette mesure a pour but d'assurer la sécurité des employés et des usagers de l’Institut.

Stage à l'extérieur de l'Institut

Afin de réduire les risques de contamination liés à la COVID-19 et assurer la santé et la sécurité de tous, l’Institut demande à toute personne réalisant un stage OU travaillant dans un autre milieu de respecter les consignes suivantes (Recommandations intérimaires concernant les stages en santé en contexte de pandémie de la COVID-19) :

• Lorsque des barrières physiques (plexiglas) ne peuvent être mises en place, la distanciation physique doit être promue à tous les moments.

• Respecter les pratiques de base (hygiène des mains, étiquette respiratoire) et l'utilisation appropriée de l'équipement de protection individuelle (ÉPI).

• Le port du masque médical en tout temps dans les milieux de stage en dehors et à l’intérieur de l’Institut est préconisé. En effet, le port du masque lorsque la distanciation physique n’est pas systématiquement possible est une mesure essentielle pour la protection des travailleurs de la santé, des usagers et des patients du RSSS. Mais il n’élimine pas la nécessité de maintenir une distanciation physique lorsque cela est possible.

• En cas de contacts étroits et prolongés dans un contexte de soins, le port des équipements de protection individuelle doit toujours être appliqué en tenant compte du profil épidémiologique (niveau de transmission communautaire), des facteurs de risque présents et de l’évolution des recommandations de la santé publique.

•Utiliser les ÉPI appropriés non seulement dans les situations cliniques, mais aussi dans des situations d'enseignement où la distanciation de 2 mètres n'est pas possible avec les collègues ou les superviseurs. Le port du masque médical en tout temps sur les lieux de stage est préconisé.

• L’auto-surveillance des symptômes et le retrait du milieu de stage en cas de symptômes ou de contact étroit avec un cas confirmé doivent être promues afin d’éviter des éclosions en milieu de soins.

• S’isoler en cas d’apparition de symptômes compatibles avec la COVID-19, d’une confirmation de diagnostic de COVID-19, ou d’un contact étroit avec un cas confirmé, aviser son superviseur et contacter les infirmières de la DRHC, au poste 8009 pour procéder rapidement à un test diagnostique

• En cas de dépistage, et si le résultat du test est négatif, il est recommandé de refaire le test entre 48 et 72 heures plus tard si vous avez été exposés à un ou de cas dans la communauté. Si toujours négatif, attendre de ne plus avoir de symptômes avant de retourner en stage selon les politiques en vigueur dans l'établissement.

• En cas de diagnostic confirmé de la COVID-19, l’apprenant doit informer immédiatement son superviseur pour la journée et son responsable de stage. Il doit communiquer avec le bureau de santé du milieu de stage.

• Si un stagiaire a été exposé à un milieu en éclosion, il devra surveiller ses symptômes et prendre sa température régulièrement pendant 14 jours et se soumettre à des tests de détection de l’infection à SARS-CoV-2 récurrent, selon les prescriptions des officiers en prévention et contrôle des infections. Il est recommandé de cesser les déplacements entre deux milieux dès que l’un d’eux est déclaré en éclosion. Le fait d’avoir été exposé à un milieu en éclosion ou encore d’avoir séjourné dans une région à forte endémicité peut engendrer un isolement préventif de 7 jours et restreindre l’accès à des milieux de stage subséquents.

Contacter le 8009 si vous présentez des symptômes liés à la COVID-19.

 Dépistage lors d’un passage d’une zone chaude à une zone froide

En raison du faible taux de contamination actuelle et de la reprise des déplacements au sein de l’Institut, l’équipe de prévention et de contrôle des infections ainsi que l’équipe de prévention en santé et sécurité au travail ont pris la décision de cesser l’obligation d’effectuer un dépistage lors d’un passage d’une zone chaude à une zone froide.

Ceci signifie que tout intervenant ayant à travailler auprès d’un patient positif à la COVID-19 n’est plus obligé d’effectuer un dépistage lorsqu’il retourne travailler auprès de patients considérés « comme froid ». La mobilité des travailleurs de la santé est possible entre les

usagers, et ce, sans quarantaine ni autre mesure systématique de retrait. Toutefois, nous demandons à ce que la conduite habituelle de surveillance des symptômes soit poursuivie. Toute personne présentant le moindre symptôme, incluant la rhinorrhée ou la congestion nasale, doit contacter une infirmière de l'équipe de prévention, au poste 8009 afin d’être évaluée et dépistée. Il est impératif que l’intervenant reste à la maison et suive les consignes dictées par l'infirmière. De plus, nous rappelons que toute personne non vaccinée doit toujours se soumettre au dépistage obligatoire dicté par l’arrêté ministériel 2021-024. Ainsi, si une personne non vaccinée intervient auprès d’un usager positif à la COVID-19, elle doit contacter un intervenant au poste 8009 afin de prendre un rendez-vous de dépistage et d'appliquer les mesures dictées par l’arrêté. Dans la mesure du possible, les professionnels doivent commencer leur travail par les usagers non suspectés, suivi des usagers suspectés et terminer par les usagers confirmés.

Le travailleur de la santé doit continuer de respecter toutes les mesures de prévention et contrôle des infections (PCI), ainsi que les directives ministérielles et les consignes sanitaires, peu importe son statut vaccinal (distanciation physique, port de l’équipement de protection individuelle (ÉPI), hygiène des mains).

 Clinique de dépistage à l’Institut et symptômes à surveiller

Si vous présentez des symptômes de toux, fièvre (supérieure à 38°C), faiblesse généralisée, céphalées (mal de tête), fébrilité/frissons, douleur (musculaire, thoracique,  abdominale ou articulaire), mal de gorge, diarrhée, nausées ou vomissement, rhinorrhée (écoulement nasal), difficulté à respirer (dyspnée), anosmie ou agueusie (perte de goût ou d’odorat), adressez-vous aux infirmières de la DRHC au poste 8009 qui réaliseront une évaluation de votre condition et vous dirigeront, si nécessaire, à notre clinique de dépistage de la COVID-19.

Veuillez prendre note que ce service est exclusivement réservé à toute personne oeuvrant au sein de l'Institut ou aux membres de leur famille (consultez la section suivante pour toutes les informations). La carte d’identité de l’Institut est obligatoire. La clinique est ouverte 7 jours sur 7, de 7 h à 17 h du lundi au vendredi et de 8 h à 16 h les fins de semaine. Un rendez-vous vous sera donné ainsi que des consignes à respecter pour assurer la santé et la sécurité de tous.

Plans de localisation intérieur et extérieur

Cliquez sur l'image pour voir le plan en plus grand format.

Cliquez sur l'image pour voir le plan en plus grand format.

Dépistage pour la famille des intervenants

En  raison  de  la  progression  de  la  maladie  à  coronavirus  COVID-19  dans  le  monde  et  de l’augmentation de cas au Québec, les soins et les services offerts doivent être adaptés pour tenir compte de ce contexte exceptionnel. Afin d’éviter des bris de services, le MSSS a ainsi pris la décision que tous les travailleurs de la santé et des services sociaux, qu’ils soient à l’emploi du réseau public ou du secteur privé, ainsi que leurs contacts domiciliaires, bénéficieront d’une trajectoire permettant d’accélérer leur processus de dépistage.

Dans ce contexte, nous avons pris la décision d’offrir le service de dépistage aux membres de la famille de 6 ans et plus vivant sous le même toit des intervenants de l’Institut présentant des symptômes de la COVID19 ou ayant eu un contact étroit avec une personne confirmée positive à la COVID-19. Notez que nous incluons les enfants des familles recomposées. De plus, seuls les membres de la famille des intervenants attendus physiquement au travail auront accès à ce service, soit :

  • Employés de l’établissement syndiqué et non syndiqué
  • Gestionnaires et hors-cadres
  • Médecins, dentistes et pharmaciens
  • Résidents

Les critères ayant mené à cette prise de décision sont l’importance d’éviter des bris de service au sein de l’Institut et la capacité de dépistage de notre clinique actuelle. Pour tous les autres intervenants, l’offre se maintient uniquement au dépistage du personnel œuvrant au sein de l’Institut. 

Pour avoir accès au service de dépistage ou pour signifier un contact étroit, nous vous invitons à contacter les infirmières en prévention au poste 8009 afin d’effectuer une évaluation des symptômes et obtenir un rendez-vous à notre clinique de dépistage.

 Membre de la famille en attente d'un résultat de test de dépistage

Quoi faire lorsqu'un membre de la famille est en attente d'un résultat de test de dépistage?

Dernièrement, une nouvelle consigne a été diffusée par l'INSPQ demandant à la population de rester à la maison lorsqu'un membre de la famille est en attente d'un résultat de test. Toutefois, cette consigne ne s'applique pas pour le personnel œuvrant à l'Institut. Si un membre de votre maisonnée est dépisté, car il présente des symptômes ou qu'il a reçu une lettre de la Santé publique, vous êtes requis au travail en vous assurant de respecter toutes les mesures sanitaires demandées depuis le début de la pandémie. N'hésitez également pas à contacter une infirmière au poste 8009 si vous avez des questions en fonction de la situation que vous vivez. Il nous fera plaisir de vous aider.

 Enquête épidémiologique et aspects financiers

 Qu'est-ce qu'une enquête épidémiologique?

Modalités en lien avec les réaffectations dans les autres établissements

Dépistage

Selon les recommandations de la santé publique, voici les modalités de dépistage pour tous les travailleurs de la santé, incluant les médecins, suite à leur volontariat dans un autre établissement dans les régions chaudes, dans les centres de convalescence ou dans les CHSLD étant en éclosion. 

  • Les travailleurs seront testés, même s’ils sont asymptomatiques, quelle que soit l’unité fonctionnelle à  laquelle ils ont été affectés. 
  • Le test sera réalisé avant le retour à l’Institut, puis trois à cinq jours à partir de son retour et 14 jours plus tard.

Réaffectation à l’Institut

L’intervenant pourra travailler au sein de l’Institut si le résultat est négatif. Il devra également :

  • Porter un masque en continu;
  • Respecter les mesures de distanciation physique;
  • Éviter au maximum les espaces communs (salle à manger, salle de repos, etc.);
  • Procéder à l’hygiène des mains dès que cela est indiqué;
  • Surveiller  ses  symptômes et  prendre  sa  température  deux  fois  par  jour  pendant  les  14 jours suivant son retour;
  • S’abstenir de rentrer au travail et obtenir un test s’il développe des symptômes en communiquant avec les infirmières de la DRHC au poste 8009.

Service d'hôtellerie offert par l'Institut

L’Institut, en collaboration avec le CIUSSS de la Capitale-Nationale, met en place des mesures exceptionnelles visant à offrir l’accès à des chambres d’hôtel réservées aux employés et aux médecins œuvrant au sein de l’Institut, et ce, sans frais.

Critères d’admissibilité

Afin de protéger la clientèle, le personnel et la population, les personnes répondant aux deux critères suivants pourront bénéficier d’une chambre d’hôtel : 

1. Être un employé de l’Institut ou un médecin qui répond à l’une des situations suivantes :

  • en attente de résultat de dépistage
  • confirmé positif à la COVID-19
  • en isolement à la suite d’une enquête effectuée par les infirmières de la DRHC ou par la Direction de santé publique
ET

2. Ne pas être en mesure de respecter les mesures suivantes pour la durée de la période d’isolement à domicile :

  • dormir seul dans une pièce de la maison
  • utiliser une salle de bain réservée
  • demeurer à deux mètres de toute personne vivant sous le même toit

Toute autre situation exceptionnelle fera l’objet d’une analyse par la DRHC. La direction se réserve le droit de modifier les critères d’admissibilité à cette mesure selon l’évolution de la situation, et ce, à tout moment.

Inclusion

  • Les frais de la chambre d’hôtel seront entièrement déboursés par l’Institut. Les autres dépenses ou activités quotidiennes, telles les repas et la buanderie, demeureront sous la responsabilité de l’employé ou du médecin.

Pour bénéficier de cette mesure

  • L’employé voulant bénéficier de cette mesure doit en faire la demande à son gestionnaire ou au coordonnateur d’activités d’établissement de soir et de fin de semaine. Quant aux médecins, ils doivent s’adresser au directeur des services professionnels. Les demandes seront ensuite acheminées à la DRHC pour approbation et suivi.

Intervenants immunosupprimés

Tout intervenant immunosupprimé est invité à contacter les infirmières de la DRHC, au poste 8009. Elles analyseront votre situation pour s’assurer de prendre les meilleures dispositions à votre égard afin de préserver votre santé et votre sécurité au travail. 

Recommandations intérimaires pour la protection des travailleurs immunosupprimés | INSPQ

Intervenants atteints de maladies chroniques

Tout intervenant atteint de maladies chroniques est invité à contacter les infirmières de la DRHC, au poste 8009. Elles analyseront votre situation pour s’assurer de prendre les meilleures dispositions à votre égard afin de préserver votre santé et votre sécurité au travail. 

Avis scientifique intérimaire pour la protection des travailleurs avec maladies chroniques | INSPQ

Travailleuses enceintes ou qui allaitent

Concernant les employées en retrait préventif qui sont réaffectées au travail, le programme Pour une maternité sans danger continue de s’appliquer. Toutes les travailleuses enceintes sont actuellement réaffectées à des tâches où elles peuvent maintenir une distance de 2 mètres avec les gens la majeure partie de leur temps. Si cela n'est pas possible, nous la retirons préventivement du travail.

Concernant les travailleuses qui allaitent, elles peuvent être affectées dans les secteurs traitant des usagers suspectés ou confirmés COVID-19. Soyez assurés que nous prenons toutes les dispositions nécessaires pour assurer la sécurité du personnel de l’Institut. Au besoin, contactez les infirmières de la DRHC au poste 8009.

Pour votre santé et votre sécurité, protégez-vous!

Voici une nouvelle capsule pour vous rappeler les bonnes pratiques à adopter.

Mesures d’hygiène de base

  • Lavez-vous les mains souvent à l'eau tiède courante et au savon pendant au moins 20 secondes.
  • Si vous n'avez pas accès à de l'eau et à du savon, un désinfectant à base d'alcool peut également être utilisé. Nous demandons la collaboration de tous pour privilégier l’usage du savon, puisque la réserve de désinfectants à base d’alcool est en baisse.
  • Observez les règles d'hygiène lorsque vous toussez ou éternuez.
  • Si vous utilisez un mouchoir de papier, jetez-le dès que possible et lavez-vous les mains par la suite.
  • Dès votre arrivée à la maison, lavez-vous les mains à l'eau tiède et changez vos vêtements utilisés lors de votre journée de travail et mettez-les au lavage.

Mesures de distanciation physique

Pratiquer la distanciation physique, c’est modifier ses habitudes quotidiennes afin de réduire au minimum les contacts étroits avec d’autres personnes, ce qui comprend :

  • Éviter les endroits achalandés et les rassemblements non essentiels;
    • Le nombre maximal pour un rassemblement intérieur est de 25 personnes.
  • Éviter les salutations d’usage, comme les poignées de main;
  • Maintenir autant que possible une distance d'environ 2 mètres avec les autres;
  • Utiliser les escaliers plutôt que les ascenseurs;
  • Limiter le nombre de personnes par ascenseur :
    • 3 personnes maximum pour les ascenseurs du pavillon C
    • 2 personnes maximum pour les ascenseurs du pavillon Y
    • 1 personne maximum pour les ascenseurs des autres pavillons
  • Privilégier la visioconférence pour vos rencontres;
  • Limiter les déplacements dans l'établissement et vous en tenir aux déplacements nécessaires dans le cadre de votre travail.